10 conseils pour tout conci­lier

Su­per pro, su­per ma­man, su­per amante, nous avons toutes à coeur d’être au top dans cha­cun des rôles que nous en­dos­sons au quo­ti­dien. Comment ré­soudre l’im­pos­sible équa­tion ? Les conseils avisés d’une ma­man coach en équi­libre de vie.

Magicmaman - - Notre grand dossier - AVEC DIANE BALLONAD ROLLAND*, COACH EN GES­TION DU TEMPS ET ÉQUI­LIBRE DE VIE.

Rendre un dos­sier avant 18 heures tout en étant à la crèche à 17 h 30, faire la liste des courses tout en par­cou­rant ses mails, cou­rir au pres­sing entre deux réunions… Nous payons cher – en termes de fa­tigue et de charge men­tale – notre dé­sir d’être tout à la fois : une su­per pro et une su­per ma­man. 79 % des femmes pensent que la vie est une course de tous les ins­tants, ré­vèle un son­dage ré­cent de l’Ifop*. Et 90 % ne fixent pas – ou peu – de li- mites à ce qu’elles peuvent ac­com­plir. Trop exi­geantes avec elles-mêmes, les femmes ? « Elles se mettent une grosse pres­sion, elles veulent “per­for­mer” à tous les étages », confirme Diane Ballonad Rolland, coach en ges­tion du temps et équi­libre de vie. Dans un quo­ti­dien tis­sé d’obli­ga­tions et de contraintes tem­po­relles, comment re­lâ­cher un peu la pres­sion ? Comment res­ter zen et équi­li­brée ? Dix pistes à suivre. * Son­dage Con­trex réa­li­sé en fé­vrier 2017

1. TORDEZ LE COU À LA CULPA­BI­LI­TÉ

C’est le « blues de la mom­taf­feuse ». Quand on est en réunion, on culpa­bi­lise de ne pas être au­près de ses en­fants. Quand on est avec ses en­fants, on culpa­bi­lise de ne pas avoir suf­fi­sam­ment pré­pa­ré sa réunion. Stooop ! Ce qui per­met d’échap­per à la culpa­bi­li­té, c’est d’as­su­mer plei­ne­ment ses choix. Si vous tra­vaillez, c’est parce que vous ai­mez ça/vous avez be­soin d’exis­ter en de­hors de votre fa­mille/vous te­nez

à gar­der votre in­dé­pen­dance fi­nan­cière/c’est in­dis­pen­sable à l’équi­libre du bud­get fa­mi­lial… Quelles que soient vos rai­sons, elles sont bonnes. Po­si­tion­nez-vous clai­re­ment vis-à-vis de vos en­fants. Plus tôt les choses se­ront po­sées, mieux ils les com­pren­dront.

2. REVOYEZ VOS AM­BI­TIONS À LA BAISSE

On ne peut pas tout faire… et en plus le faire à la per­fec­tion. Di­vor­cez d’avec votre fer à re­pas­ser. Ache­tez de pré­fé­rence des vê­te­ments in­frois­sables : im­pec­cables si­tôt éten­dus ! Don­nez-vous des ob­jec­tifs rai­son­nables. Une mai­son en ordre et à peu près propre, oui, un ap­par­te­ment té­moin non. Un gâ­teau mai­son pour l’an­ni­ver­saire de Bi­bou oui, des crêpes pour toute la classe au mi­lieu de la se­maine, non.

3. SA­CHEZ DE­MAN­DER DE L’AIDE

Ce n’est pas en conti­nuant à faire les choses à la place de votre com­pa­gnon parce que « ça va plus vite et c’est mieux fait » que vous vous en sor­ti­rez. Met­tez da­van­tage votre homme à contri­bu­tion. Si, si, il va le faire… pour­vu que vous vous y pre­niez bien. Com­men­cez par éta­blir en­semble un ta­bleau : qui fait quoi à la mai­son. C’est sou­vent très éclai­rant, ça per­met de prendre la me­sure de la charge de cha­cun et des dés­équi­libres. Ré­flé­chis­sez en­semble à une nou­velle ré­par­ti­tion des tâches. Plus il se­ra im­pli­qué dans la nou­velle or­ga­ni­sa­tion, plus il la res­pec­te­ra. Et sur­tout, évi­tez de cri­ti­quer ce qu’il fait ! Le CQFAR, vous con­nais­sez ? Ce­lui qui fait a rai­son. Ça évite bien des conflits !

4. PARTAGEZ LA CHARGE MEN­TALE AVEC L’HOMME DE VOTRE VIE

Dans 98 % des cas, les femmes sont l’or­di­na­teur fa­mi­lial. Or tout gar­der à l’es­prit, tout or­ga­ni­ser, tout pré­voir, ça sa­ture la mé­moire de travail et c’est fa­ti­guant. Pour par­ta­ger la charge men­tale, il faut aus­si par­ta­ger l’in­fo. Le plan­ning af­fi­ché sur le fri­go, c’est bien… mais en gé­né­ral c’est la femme qui le com­plète et le consulte. Pour­quoi ne pas éta­blir un agenda Google que cha­cun pour­ra consul­ter sur son por­table ? Il per­met de croi­ser les ren­dez-vous pro­fes­sion­nels de cha­cun et le plan­ning fa­mi­lial. Au dé­but de chaque se­maine, on re­garde ce qui est pré­vu et on ven­tile les tâches.

5. IMPLIQUEZ LES EN­FANTS TRÈS TÔT

Même pour de toutes pe­tites choses comme ap­por­ter le linge sale au pa­nier ou nour­rir le chat, il est es­sen­tiel de mettre les en­fants très vite à contri­bu­tion. C’est une ques­tion d’état d’es­prit. Soit on ins­talle l’idée que, dans la mai­son, c’est Ma­man qui s’oc­cupe de tout. Soit on fait com­prendre que la vie de la mai­son­née, c’est l’affaire de tous. Si on est nom­breux à s’oc­cu­per de la mai­son, on gagne du temps sur les contraintes et on peut faire des choses sym­pas en­semble. Tout le monde en bé­né­fi­cie ! Vous n’avez pas en­vie de ré­pé­ter in­dé­fi­ni­ment les mêmes consignes ? Fixez des règles et af­fi­chez-les bien en évi­dence. Pour les jeunes en­fants, rien de tel que de les tra­duire en images. Un plan­ning en pic­tos est té­lé­char­geable sur www. fem­mes­de­bor­dees.fr. Il n’y a plus qu’à dé­cou­per les sym­boles et à col­ler !

6. SOYEZ TOP OR­GA­NI­SÉE

Faites des listes, éta­blis­sez des ta­bleaux, te­nez les comptes. Pas douée pour ça ? Il existe plein d’ap­plis qui peuvent vous sim­pli­fier la vie. Le top five de notre spé­cia­liste ? Wun­der­list, Li­notte, Ever­note, Do it to­mor­row, Re­mem­ber the milk. Le site www.fem­mes­de­bor­dees.fr (tou­jours lui) vous pro­pose une foule d’ou­tils ma­lins comme la liste des iné­luc­tables mis­sions du mois (qui per­met de ne pas ou­blier la fête des Pères ni la dé­cla­ra­tion d’im­pôts) ou la liste du mé­nage ma­gique (toutes les tâches à ac­com­plir pour avoir une mai­son im­pec­cable, à co­cher jour après jour).

7. PRE­NEZ DU TEMPS POUR VOUS

Pour éva­cuer le stress et ne pas hur­ler sur tout le monde à la mai­son comme au bu­reau, rien de tel que le sport. L’ac­ti­vi­té phy­sique a ce­ci de pro­di- gieux qu’elle re­donne de l’éner­gie à un corps fa­ti­gué. Pas be­soin de vous le­ver à 5 heures du ma­tin pour faire un jogging. Il suf­fit de des­cendre du bus trois sta­tions avant votre ar­rêt. Vous êtes réfractaire à tout ef­fort phy­sique ? Ré­flé­chis­sez à tout ce que vous ai­miez faire avant (lire, chan­ter, des­si­ner…) et re­pre­nez ces ac­ti­vi­tés. Vous avez be­soin de re­char­ger vos bat­te­ries.

8. RÉHABILITEZ LA PLACE DU PLAI­SIR DANS VOTRE VIE

Faites la liste de tout ce qui vous fait plai­sir et que vous pou­vez ré­in­jec­ter à pe­tites doses dans votre quo­ti­dien : un ca­fé en ter­rasse (entre deux ren­dez-vous, c’est pos­sible !), un coup de fil à une amie, un bain par­fu­mé. Vous ne vo­lez per­sonne en pre­nant un peu de temps pour vous. Au contraire. C’est en se don­nant du plai­sir à soi-même qu’on peut en re­dis­tri­buer aux autres.

9. PRATIQUEZ LE “DI­GI­TAL DÉTOX”

At­ten­tion aux smart­phones qui per­mettent d’être jointe et per­fu­sée d’in­fos 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ! Rien de plus stres­sant que de pas­ser le dî­ner fa­mi­lial l’oeil en alerte sur les icônes de l’écran. Sans comp­ter que vous don­nez un bien mau­vais exemple à vos en­fants. Re­pre­nez la main. Ne lais­sez plus les ap­pa­reils vous ap­pe­ler, dé­ci­dez vous­même du mo­ment où vous les consul­tez. Le mode avion existe, uti­li­sez-le !

10. ES­SAYEZ DE TRA­VAILLER AU­TRE­MENT

Le monde du travail évo­lue. Or­ga­ni­ser son em­ploi du temps pour avoir des jours de re­pos sup­plé­men­taires, par­tir plus tôt cer­tains soirs, tra­vailler en par­tie chez soi pour évi­ter des temps de trans­ports longs et épui­sants… toutes ces ques­tions peuvent être abor­dées avec votre en­tre­prise. Alors, osez le faire : tra­vailler au­tre­ment ne si­gni­fie pas tra­vailler moins ou moins bien mais tra­vailler mieux !

* Re­trou­vez-la sur son blog : www. zen-et-or­ga­ni­see.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.