Les pa­rents 2017

Cha­cun de leur cô­té, ils nous confient leurs émo­tions avant et après la nais­sance de leur bé­bé. Ce mois-ci, Laure, 29 ans, cadre ban­caire, et Phi­lippe, 33 ans, agent im­mo­bi­lier.

Magicmaman - - Sommaire - PHO­TOS : MAT­TEO PELLEGRINUZZI.

Quand et com­ment vous êtes-vous ren­con­trés ? Elle En avril 2006, sur un site de ren­contres. Au dé­but, Phi­lippe n’était pas pres­sé de me voir, j’ai dû un peu in­sis­ter… Lui Sur In­ter­net. Ça a « mat­ché » as­sez ra­pi­de­ment mais on a pris le temps de se connaître. Qui a par­lé le pre­mier de faire ce deuxième en­fant ? Elle Phi­lippe. J’ai eu un pre­mier ac­cou­che­ment dif­fi­cile, dé­clen­ché, long et qui s’est ter­mi­né par une hé­mor­ra­gie de la dé­li­vrance…

Lui Moi. J’ai at­ten­du que Laure soit prête, qu’elle ait un peu « di­gé­ré » son pre­mier ac­cou­che­ment.

Laure, com­ment avez-vous an­non­cé votre gros­sesse à votre ma­ri ? Elle Le plus sim­ple­ment du monde. J’avais un re­tard de règles, j’ai fait un test et il était pré­sent quand j’ai lu le ré­sul­tat ! Phi­lippe, vous avez été sur­pris ? Lui Pas tant que ça, on a ache­té le test en­semble. La gros­sesse est ar­ri­vée ra­pi­de­ment comme pour notre aî­né.

Quels se­ront pour vous les plus beaux sou­ve­nirs de cette gros­sesse ?

Elle Quand mon fils aî­né, Jules, a sen­ti le bé­bé bou­ger pour la pre­mière fois : il a eu peur ! Et puis mes amis et mes col­lègues me disent qu’ils me trouvent épa­nouie.

Lui Sen­tir le bé­bé bou­ger dans le ventre de Laure, ce­la avait été im­pos­sible pour Jules. Et aus­si, quand nous avons an­non­cé cette gros­sesse à mon père, après son gros pé­pin de santé… Et ce qui « pèse » le plus ? Elle J’ai tou­jours des nau­sées et des ai­greurs d’es­to­mac. J’ai aus­si le sen­ti­ment qu’on a moins d’at­ten­tions pour moi pen­dant cette deuxième gros­sesse que lors de la pre­mière. Lui Laure est fa­ti­guée et s’en­dort de­vant la té­lé à 19 h 30 !

Com­ment a ré­agi Jules, votre aî­né, quand vous lui avez an­non­cé qu’il al­lait être grand frère ?

Elle Il n’a que 3 ans et n’a pas réa­li­sé, d’au­tant plus que j’avais le ventre plu­tôt plat. On li­sait des livres en­semble sur le su­jet mais il ne com­pre­nait pas pour­quoi les ma­mans avaient des gros ventres et pas moi ! Main­te­nant, il parle da­van­tage du bé­bé à ve­nir et dit à qui veut l’en­tendre : « C’est mon pe­tit frère, je vais lui prê­ter mes jouets. »

Lui C’est seule­ment main­te­nant qu’il se rend compte de ce qui va se pas­ser. C’est at­ten­dris­sant d’en­tendre Jules dire que le bé­bé fe­ra du ju­do avec moi et du vé­lo avec lui.

De quoi avez-vous peur ?

Elle De l’ac­cou­che­ment. Peut-être au­rais-je une cé­sa­rienne, mon bé­bé est en siège. J’ai fait une séance d’acu­punc­ture pour qu’il se re­tourne mais trop tôt dans la gros­sesse, car il a re­bas­cu­lé tête en haut. J’en re­fais une dans quelques jours et j’es­père que ça va mar­cher. A la ma­ter­ni­té, le mé­de­cin a ten­té une ver­sion qui n’a pas fonc­tion­né. Je crains aus­si les pro­blèmes d’or­ga­ni­sa­tion à mettre en place quand nous se­rons quatre à la mai­son…

Lui De l’ac­cou­che­ment, j’es­père qu’il ré­pa­re­ra un peu le pre­mier. Si c’est une cé­sa­rienne pro­gram­mée, ce­la me ras­sure un peu. Pour Jules, Laure est res­tée en ré­ani­ma­tion pen­dant huit jours, ce fut dif­fi­cile pour nous deux. Connais­sez-vous le sexe du bé­bé ? Elle C’est un gar­çon. J’avoue, j’ai été un peu déçue au dé­but mais la dé­cep­tion est pas­sée main­te­nant.

Lui Oui et, gar­çon ou fille, ce­la m’est com­plè­te­ment égal !

Laure, al­lai­te­rez-vous ? Elle Non, je n’en ai pas en­vie. J’avais fait le même choix pour l’aî­né, qui va très bien, mer­ci. Phi­lippe, as­sis­te­rez-vous à l’ac­cou­che­ment ? Lui Si je peux, oui.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.