Sa­voir-faire

Ven­due à plus de 50 mil­lions d’exem­plaires de­puis sa nais­sance en 1859, la «chaise bis­trot» de Tho­net de­meure un must: un suc­cès to­ta­le­ment cin­tré et bien mé­ri­té!

Maison Côté Est - - SOMMAIRE - Par Anne-Laure Mu­rier. Pho­tos Jean-Marc Pa­lisse.

Por­trait d’une icône. Re­tour sur la my­thique «chaise bis­trot», ven­due à plus de 50 mil­lions d’exem­plaires.

Au­der­nier Salon du meuble de Mi­lan, Tho­net pré­sen­tait ses nou­velles créa­tions contem­po­raines. Au rang du seg­ment lounge, par­mi un fau­teuil ca­dré par de l’acier tu­bu­laire et un autre aux ac­cou­doirs saillants ? Le ca­na­pé en bois cour­bé, dit 2002, au­tre­ment dit « mi­ni­ma­liste, flexible et au­then­tique ». Pa­role de la ma­nu­fac­ture al­le­mande : ce­la fait bien­tôt deux cents ans qu’elle ca­ra­cole sur son sa­voir-faire ico­nique, po­pu­la­ri­sé par la chaise n°14 – plus tard re­bap­ti­sée n°214. Ébé­niste in­no­vant, son fon­da­teur Mi­chael Tho­net ex­pé­ri­mente des tech­niques de cin­trage de bois dès 1819, dans son ate­lier de Bop­pard sur le Rhin. Ré­flé­chis­sant à une pro­duc­tion en sé­rie, cou­plée à une per­son­na­li­sa­tion de sa chaise aus­si lé­gère que ré­sis­tante, il met au point des ou­tils pour chauf­fer le hêtre à la va­peur avant sa mise en forme, tout en éla­bo­rant des ma­chines qui in­dus­tria­lisent le pro­cé­dé de fa­bri­ca­tion et op­ti­misent in fine la lo­gis­tique. « Com­po­sé de six pièces, dix vis et deux écrous, cet as­sem­blage pou­vait se trans­por­ter fa­ci­le­ment dans une caisse d’un mètre cube qui pou­vait conte­nir jus­qu’à trente-six chaises. C’était Ikea avant l’heure », ra­conte Va­lé­rie F. Lé­cuyer, res­pon­sable des ventes pour la France. « Alors qu’on ache­tait ce kit chez des re­ven­deurs, où dos­siers et as­sises étaient sus­pen­dus à des cro­chets, au mi­lieu de pieds em­pi­lés, Mi­chael Tho­net et ses quatre fils ont même in­ven­té des af­fiches pour vi­sua­li­ser ces dé­cli­nai­sons sur me­sure ; ces pré­misses de ca­ta­logues se sont ré­pan­dus chez tous les corps de mé­tier. » Co­rol­laire de cette mo­der­ni­té vi­sion­naire, ven­due à un prix dé­mo­cra­tique qui ne dé­pas­sait pas ce­lui d’une bou­teille de vin, cette pièce de mo­bi­lier s’im­pose comme un pro­duit de masse, convoi­té de Mos­cou à Chi­ca­go. « Éta­blie en Mo­ra­vie en 1856, la pre­mière usine a né­ces­si­té six sites de pro­duc­tion sup­plé­men­taires dans toute l’Eu­rope de l’Est, em­ployant cha­cune quelque six mille ou­vriers. Cha­cun était im­plan­té à proxi­mi­té de fo­rêts, pour l’ap­pro­vi­sion­ne­ment en ma­tières pre­mières, mais aus­si des fleuves, pour l’ex­por­ta­tion des mar­chan­dises par voie ma­ri­time. Dans les an­nées trente, l’en­tre­prise fa­mi­liale était le plus grand fa­bri­cant mon­dial de meubles ! » Car, loin de se

sa­tis­faire de son best-sel­ler en bois tour­né et de ses dé­cli­nai­sons, dont le fau­teuil 209 adou­bé par Le Cor­bu­sier, Tho­net ins­pire les plus grands ar­chi­tectes avec un nou­veau ma­té­riau : l’acier tu­bu­laire. Avec des créa­tions aux lignes tou­jours claires, si­gnées Mar­cel Breuer, Lud­wig Mies van der Rohe, Mart Stam, Char­lotte Per­riand et autres te­nants de la « Nou­velle Ob­jec­ti­vi­té », cette deuxième gamme ajoute en sé­rie des icônes, col­lec­tion­nées par le Centre Pom­pi­dou, le Bri­tish Mu­seum comme le Mu­seum of Mo­dern Art (Mo­Ma) à New York. Et, pen­dant que leurs col­lec­tions se mettent à jour des col­la­bo­ra­tions contem­po­raines, les meubles his­to­riques at­teignent des prix re­cords dans les ventes aux en­chères. Il s’en est fal­lu de peu pour que ces créa­tions in­tem­po­relles ne de­viennent ir­ré­mé­dia­ble­ment des pièces de mu­sée: entre ex­pro­pria­tion et des­truc­tions, Tho­net perd en ef­fet tout son ou­til pro­duc­tif après la Se­conde Guerre mon­diale. En lieu et place de la der­nière usine qui a vu le jour, l’ar­rière-pe­tit-fils du gé­nial in­ven­teur fait re­cons­truire le site de Fran­ken­berg/Eder. Très vite, le suc­cès com­mer­cial re­vient, ain­si que les col­la­bo­ra­tions avec des ta­lents tels que Ver­ner Pan­ton, Pierre Pau­lin et lord Nor­man Fos­ter. Dans ce nord de la Hesse, c’est au­jourd’hui la cin­quième gé­né­ra­tion, dé­jà re­le­vée par la sixième, qui per­pé­tue le sa­voir-faire de la ma­nu­fac­ture al­le­mande. « Sur les mêmes ma­chines, les mêmes gestes sont faits par les hommes, sauf qu’ils portent au­jourd’hui des bas­kets ! », se plaît à ré­su­mer Phi­lipp Tho­net. Prendre de longues tiges de hêtre ou de frêne. Les plon­ger six heures dans une cuve à va­peur de plus de 100 de­grés. Les cin­trer en moins de trois mi­nutes sur le moule ad hoc, sous peine de cas­ser le bois. Les pla­cer deux jours dans une chambre de sé­chage. Des­ser­rer les étaux. Po­lir ce bois, aus­si ro­buste qu’élas­tique... Une belle or­ches­tra­tion. N’est pas Tho­net qui pré­tend l’être ! © tho­net.de

1. Kit à as­sem­bler, la chaise n° 14 (au­jourd’hui 214) donne forme au slo­gan mai­son : «L’in­di­vi­dua­li­té est la norme.» Pour vi­sua­li­ser cette offre in­no­vante, Tho­net a conçu des af­fi­chettes, pré­misses de ca­ta­logues qui ont ins­pi­ré tous les corps de...

Ci-contre, 1, 2 et 3. Choix du bois, des pieds, de l’as­sise... Les col­lec­tions Tho­net sont à géo­mé­trie va­riable, of­frant des pièces uniques res­sem­blant à leurs ache­teurs et col­lec­tion­neurs. Page de droite, 4, 5, 6 et 7. De­puis près de deux cents ans,...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.