RE­BELLE DIA­LOGUE

TRÈS DIF­FÉ­RENTS L’UN DE L’AUTRE, LE SCULP­TEUR AL­BER­TO GIA­CO­MET­TI ET LE PEINTRE FRAN­CIS BA­CON, AMIS DANS LA VIE ET RÉUNIS LE TEMPS D’UNE EX­PO­SI­TION, ONT NOUR­RI LEURS OEUVRES RES­PEC­TIVES DE NOM­BREUSES COR­RES­PON­DANCES. UNE REN­CONTRE IN­TENSE AU SOM­MET DE L’AR

Maison Côté Est - - INSTANTS D’ART - PAR Lau­rence de Ca­lan

« L’art n’est qu’un moyen de sa­voir comme je vois le monde ex­té­rieur », di­sait le sculp­teur suisse. « Le chaos fait naître des images que l’in­tel­lect ne pour­rait ja­mais pro­duire », ar­gu­men­tait de son cô­té le peintre bri­tan­nique. Al­ber­to Gia­co­met­ti (1901-1966) et Fran­cis Ba­con (1909-1992) s’étaient ren­con­trés au dé­but des an­nées soixante par l’en­tre­mise de leur amie et muse com­mune, Isa­bel Raws­thorne. En 1965, Ba­con rend vi­site à Gia­co­met­ti à la Tate Gal­le­ry de Londres où ex­pose ce­lui-ci. Une ren­contre im­mor­ta­li­sée par le pho­to­graphe Gra­ham Keen. Mais qu’ont eu en com­mun ces deux im­menses ta­lents, fi­gures de proue du monde des arts de la se­conde moi­tié du XXe siècle à au­jourd’hui ? Conçue par la Fon­da­tion Beye­ler (le marchand d’art et col­lec­tion­neur Ernst Beye­ler les ex­po­sa sou­vent dans sa ga­le­rie) et la Fon­da­tion Gia­co­met­ti (qui ou­vri­ra le 21 juin l’Ins­ti­tut Gia­co­met­ti dans un hô­tel par­ti­cu­lier du XIVe ar­ron­dis­se­ment pa­ri­sien), cette ex­po­si­tion met en exergue, au-de­là des apparences, leurs nom­breuses si­mi­li­tudes. Tous deux ins­pi­rés par les grands maîtres, ces contem­po­rains ont, leur vie du­rant, re­pro­duit la fi­gure hu­maine. Ba­con à sa fa­çon, ex­pres­sive, com­pul­sive, aux cou­leurs vi­brantes, Gia­co­met­ti en im­mo­bi­li­sant ses per­son­nages dans des tons plus dis­crets. Han­tés par l’as­pect sombre de l’exis­tence hu­maine, le sculp­teur comme le peintre ont frag­men­té, dé­for­mé les corps dans l’es­pace et, cha­cun dans son art, a re­mis en ques­tion l’op­po­si­tion fi­gu­ra­tif et abs­trait. Une in­fluence qui reste ma­jeure. Une cen­taine de leurs oeuvres, connues ou non, sont pour la pre­mière fois réunies : Self-por­trait, Fi­gure with Meat ou Fi­gure in Mo­ve­ment pour Ba­con, Boule sus­pen­due, Grande tête mince ou An­nette as­sise dans l’ate­lier pour Gia­co­met­ti. On peut aus­si dé­cou­vrir des plâtres ori­gi­naux ja­mais dé­voi­lés de la suc­ces­sion Gia­co­met­ti ou en­core quatre grands trip­tyques de Fran­cis Ba­con. Dans la salle mul­ti­mé­dia, leurs ate­liers à Londres et à Pa­ris ré­sonnent de leurs voix en­re­gis­trées et dé­voilent leurs ha­bi­tudes de tra­vail, sus­ci­tant en nous une émo­tion re­nou­ve­lée.

BA­CON-GIA­CO­MET­TI

— Jus­qu’au 2 sep­tembre, Beye­ler Museum AG, Ba­sel­strasse 77, CH-4125, fon­da­tion­beye­ler.ch, fon­da­tion-gia­co­met­ti.fr

1. 2. 3. 1. Fran­cis Ba­con, trip­tyque Th­ree Stu­dies for Por­traits (in­clu­ded Self-por­trait), huile sur toile, 1969, col­lec­tion pri­vée. 2. Al­ber­to Gia­co­met­ti et Fran­cis Ba­con, ti­rage gé­la­ti­no-ar­gen­tique, un cli­ché sai­sis­sant du pho­to­graphe bri­tan­nique...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.