BI­JOUX DE TABLE

CLÉA ET MA­NON MAL­BE­ZIN, ALIAS LES DEMOISELLES D’ANJOU, EM­PRUNTENT AU TEXTILE SES MO­TIFS ET SES EF­FETS DE MA­TIÈRES POUR DÉ­CLI­NER UNE COL­LEC­TION SAVAMMENT TRA­VAILLÉE D’AS­SIETTES HAUTE COU­TURE EN VERRE.

Maison Côté Ouest - - TALENT - PAR Ma­rie Le­pe­sant

Si les deux soeurs ont choi­si, au dé­part, des voies bien dif­fé­rentes, Cléa et Ma­non Mal­be­zin avaient en­vie de­puis long­temps de conju­guer leurs ta­lents et de mon­ter leur en­tre­prise fa­mi­liale. C’est chose faite de­puis un an : elles dis­posent d’un ate­lier au sein de Rive d’Arts, lieu col­lec­tif créé dans une an­cienne usine d’ar­ticles de pêche aux Ponts-de-Cé, com­mune voi­sine d’An­gers. Les Demoiselles d’Anjou ont édi­té une jo­lie col­lec­tion d’as­siettes en verre, cha­cune por­tant le nom d’un can­ton de l’Anjou. C’est Cléa, di­plô­mée d’un Mas­tère en de­si­gn, qui des­sine, dé­coupe le verre et le met en cou­leur. Du­rant ses études, la jeune femme a fait sien l’uni­vers du textile et ex­pé­ri­men­té le tra­vail du verre. Ma­non oeuvre, quant à elle, du cô­té com­mer­cial et com­mu­ni­ca­tion. Elle par­ti­cipe éga­le­ment à la fa­bri­ca­tion des as­siettes en réa­li­sant cer­taines fi­ni­tions. Elles ont ima­gi­né en­semble un uni­vers très gra­phique et co­lo­ré qui re­vi­site les mo­tifs in­tem­po­rels de la mode, comme les che­vrons, les pois ou les rayures. De la même fa­çon, sont dé­tour­nées les tech­niques tra­di­tion­nelles de l’em­preinte et du trompe-l’oeil. Les moules sont fa­çon­nés en fibre cé­ra­mique, ce qui per­met d’ob­te­nir des formes clas­siques ou asy­mé­triques. Des pig­ments de verre co­lo­rés broyés, ap­pe­lés frittes, sont en­suite sau­pou­drés sur le verre pour le su­bli­mer. Deux cuis­sons sont né­ces­saires, l’une pour fixer le mo­tif des­si­né, l’autre pour dé­fi­nir la forme de l’as­siette. Ces créa­tions ori­gi­nales ont dé­jà sé­duit plu­sieurs chefs étoi­lés de la ré­gion, comme Ma­thieu Gui­bert du res­tau­rant Anne de Bre­tagne à La Plaine-sur-Mer, Gé­rard Bos­sé d’Une Île à An­gers, Ch­ris­tophe De­bray du Mou­lin de l’Épi­nay à La Cha­pelle-SaintF­lorent ou en­core Jean-Yves Gué­ho de L’At­lan­tide à Nantes. Té­moin par­ti­cu­liè­re­ment évo­ca­teur de leur sa­voir-faire, l’as­siette phare « La De­moi­selle », dont l’ori­gi­na­li­té ré­side dans sa mo­du­la­ri­té ; di­vi­sée en deux par­ties, celle du mi­lieu a la forme d’une aile de li­bel­lule. De quoi ra­vir les chefs qui peuvent pré­sen­ter deux plats dans une même as­siette ou gar­der une sauce au chaud, le temps de la dé­gus­ta­tion.

Ma­non (à gauche) et Cléa Mal­be­zin, créa­trices de la marque Les Demoiselles d’Anjou. Mo­dèle « La Ro­sié­roise ». Mo­dèles « L’An­ge­vine » et « La Tier­céenne » (as­siette tron­quée).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.