L’ÉVA­SION

Maison Côté Ouest - - LE SOMMAIRE - PAR Anne- Laure Mu­rier PHO­TOS Ch­ris­tophe Du­gied

Ar­ca­chon, nou­veau cap. Ta­bleau sen­sible et ma­jes­tueux d’Ar­ca­chon aux pe­tits ports du Sud Bas­sin, en pas­sant par la dune du Pi­lat.

Sous la dé­fer­lante de­si­gn de Phi­lippe Starck au Py­la-sur-Mer, Ar­ca­chon re­vient dans le vent io­dé qui a fait son âge d’or. Alen­tour, les ports d’at­tache surfent sur cette vague vi­vi­fiante. Bonne passe pour le sud du Bas­sin.

TA­BLEAU SEN­SIBLE Clas­sée parc na­tu­rel ma­rin, cette la­gune à ma­rée mo­dèle ses pay­sages en os­mose avec l’Océan. Sur le lit­to­ral sud où est an­cré Ar­ca­chon, une passe fait ain­si che­nal at­lan­tique entre le banc d’Ar­guin et la dune du Pi­lat. Un équi­libre in­stable, fra­gile et ma­jes­tueux.

Ap­pe­lez Chan­tal Tho­mas à New York et l’au­teure de Sou­ve­nirs de la ma­rée basse, pe­tite mu­sique sur son en­fance dans le sillage de sa mère na­geuse, a l’im­pres­sion d’une conver­sa­tion, tran­quille, au Club Plage Pe­reire. « Ar­ca­chon n’est pas une ville par­mi d’autres pour moi, par­tage cette grande voya­geuse, en ape­san­teur où qu’elle se trouve. C’est un lieu unique, fon­da­teur dans ma fa­çon d’ap­pré­hen­der le monde. Un sub­til air qu’on trans­porte avec soi. L’ori­gine d’une dis­po­si­tion au bon­heur, à la sen­sua­li­té, et à une cer­taine in­tel­li­gence des lieux. » Jo­li ba­gage pour se lais­ser al­ler à « de pures ex­pé­riences

du mou­ve­ment » , après une ful­gu­rance spa­tiale en TGV. Comme cette pas­sa­gère dans l’âme, pre­nez vos quar­tiers à l’hô­tel. Au Home, c’est peu dire que l’on se sent à la mai­son. Dans une bâ­tisse du XIXe siècle ri­po­li­née avec goût, dix chambres pim­pantes se par­tagent l’in­ti­mi­té écar­late d’un pa­tio, pa­lis­sé comme une ca­bane du cru. La je­tée des Ma­rins est à un jet de pas, idéal pour ac­cos­ter une des plages de sable fin qui donnent la tem­pé­ra­ture de la Ville d’Été. Puis l’air io­dé et les es­sences bal­sa­miques des pins mènent par le bout du nez vers la Ville d’Hi­ver, dans une prise de hau­teur géo­gra­phique et ar­chi­tec­tu­rale. Loin du vil­lage de pê­cheurs ori­gi­nel, cet en­tre­lacs d’al­lées mul­ti­plie le pit­to­resque de son pa­tri­moine à chaque courbe bri­sevent. Ici, un pa­lais mau­resque ; là, une villa néo­go­thique. Dans une an­cienne usine de la Gé­né­rale des Eaux, c’est un autre hô­tel qui sus­pend le temps. Un de ces lieux qui

« per­mettent de mieux in­té­rio­ri­ser la beau­té » , ac­quies­ce­rait la femme de l’Être. Puisque le chan­ge­ment ne la dé­bous­sole pas, di­rec­tion la place de la mai­rie. Loueur de vé­los aus­si chics que pra­tiques, ma­ga­sin dé­co qui fait éta­lage de belles cu­rio­si­tés, concept-store à l’art de vivre dans le vent : la créa­ti­vi­té dé­borde dans la rue pié­tonne de la ville. En roue libre, reste à faire le tour des quatre saisons qui qua­drillent Ar­ca­chon. Après la Ville de Prin­temps, en pleine san­té jus­qu’à son centre tha­las­so, cap sur la Ville d’Au­tomne ! Si elle abrite le deuxième port de plai­sance de l’At­lan­tique, c’est un an­crage à la sé­ré­ni­té d’un vil­lage de pê­cheurs que l’on dé­couvre toutes voiles de­hors. Unique en Gi­ronde, la criée tend ses fi­lets pour une vi­site aux au­rores. Jus­qu’à un apé­ro les pieds dans le sable, face au cou­cher du so­leil... Bonne pêche !

AR­CHI PIT­TO­RESQUE CI- CONTRE Clas­sée pour son ar­chi­tec­ture bal­néaire de la bour­geoi­sie du XIXe siècle, la Ville d’Hi­ver se dis­tingue par ses lam­bre­quins. PAGE DE DROITE 1. Cette ville-parc a été édi­fiée sur une dune au mi­lieu d’une fo­rêt de pins.

2. Chalets suisses, vil­las néo­go­thiques ou pa­lais mau­resques ornent son éclec­tisme.

3. Ban­quiers bor­de­lais, les frères Pe­reire sont les cons­truc­teurs de cette sta­tion cli­ma­tique.

4. Elle met au bal­con es­sences de pin et air io­dé, au gré d’al­lées courbes en brise-vent.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.