INSTALLATION ARTISTIQUE

GA­LE­RIES D’ART ARCHITECTURÉES, JAR­DIN PAY­SA­GER AUX EX­PO­SI­TIONS SCULPTURALES, CHAMBRES D’HÔTES INSPIRÉES, RES­TAU­RANT LOCAVORE : L’ES­PACE HAUSER & WIRTH SO­MER­SET, INS­TAL­LÉ DANS UNE FERME CLASSÉE DU SUD- OUEST DE L’AN­GLE­TERRE RÉNOVÉE ET AGRANDIE PAR L’AGENCE

Maison Côté Ouest - - LE SOMMAIRE - PAR Anne- Laure Mu­rier

Dans le sud-ouest de l’An­gle­terre, une ferme du XVIIIe siècle fait sa mue : dé­sor­mais ga­le­rie d’art, jar­din pay­sa­ger et chambres d’hôtes !

Re­con­nus comme deux per­son­na­li­tés par­mi les plus in­fluentes de l’art contem­po­rain, les Zu­ri­chois Ma­nue­la et Iwan Wirth sont des col­lec­tion­neurs hors cadre. « Leur concept de ga­le­rie à vivre, inauguré dans le So­mer­set en 2013, est ré­vo­lu­tion­naire », ex­pose Luis La­place, de l’agence d’ar­chi­tec­ture épo­nyme. Avec son com­parse Ch­ris­tophe Co­moy, l’Ar­gen­tin ba­sé à Pa­ris a été choisi pour in­ven­ter ce « lieu qui leur res­semble, comme ils aiment ac­cueillir des amis, très à l’aise et sans hié­rar­chie, et avec la vo­lon­té d’in­té­grer leur vie à celle des lo­caux, dans ce vil­lage ru­ral de l’An­gle­terre du Brexit. » Per­for­mance réus­sie : si cette ex­pé­ri­men­ta­tion est confi­den­tielle de ce cô­té-ci de la Manche, plus de 500 000 vi­si­teurs se sont pres­sés à Bru­ton pour dé­cou­vrir les trois ex­po­si­tions an­nuelles – dont la mise à l’hon­neur, cet été, d’Alexan­der Cal­der avec de nom­breuses oeuvres ra­re­ment mon­trées en Grande-Bre­tagne –, se lais­ser ins­pi­rer par le jar­din pay­sa­ger où éclosent ré­gu­liè­re­ment des sculp­tures, se ré­ga­ler de pro­duits du ter­roir à la table du Roth Bar & Grill, ou en­core s’ins­tal­ler dans une des six chambres d’hôtes, des oeuvres à elles seules. Meu­blées de pièces chi­nées lo­ca­le­ment, peintes dans le jus des cou­leurs d’ori­gine, elles res­ti­tuent ma­gni­fi­que­ment l’es­prit des lieux. Soit une ferme classée du XVIIIe siècle, pas­sée par plu­sieurs mains avant d’être dé­lais­sée. Lieux de vie, bu­reaux, es­paces d’ex­po­si­tion, books­tore : « Le pre­mier tra­vail a été de dé­fi­nir l’usage des bâ­ti­ments », pour­suit le duo. De briques ap­pa­rentes en char­pentes mas­sives, d’un sol en bé­ton à de vastes vo­lumes blancs, la dis­tri­bu­tion entre patrimoine ré­no­vé et ex­ten­sion contem­po­raine évo­lue aus­si na­tu­rel­le­ment qu’har­mo­nieu­se­ment, sans rup­ture spa­tiale ni pos­ture dé­co­ra­tive. Ce qui, au­près des au­to­ri­tés lo­cales éga­le­ment, a ren­du le pro­jet po­pu­laire. « Prag­ma­tique, fluide, res­pec­tueux, notre par­ti pris peut se ré­su­mer à une ar­chi­tec­ture si­len­cieuse » , conclut Luis La­place pour étayer ce « flou entre art et dé­co­ra­tion ». Ha­bi­té, il n’a pas fi­ni de faire par­ler de lui.

1. 2. 3.1. Alexan­der Cal­der est à l’hon­neur jus­qu’au 9 sep­tembre. 2, 6. Mo­biles, sculp­tures, huiles, plus de cent pièces sont ex­po­sées. 3, 4. Ou­verte en 2014, la ga­le­rie éta­blie dans une ferme du XVIIIe siècle in­tègre une ex­ten­sion contem­po­raine. 5. Ce lieu plu­riel est l’oeuvre de l’agence fran­çaise La­place & Co.7. Six chambres d’hôtes ac­cueillent vi­si­teurs et ar­tistes. 8. En ré­si­dence, l’ar­gen­tin Guiller­mo Kuit­ca a réa­li­sé la fresque qui ta­pisse la salle à man­ger.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.