LES FUL­GU­RANCES DE FULVIO

Sur l’île de la Giu­dec­ca, la grande ré­tros­pec­tive de Fulvio Roi­ter, pho­to­graphe amou­reux de Ve­nise.

Maison Côté Sud - - LE SOMMAIRE - PAR Cé­cile Vaia­rel­li

Pour un jour ou pour l’éter­ni­té, Fulvio Roi­ter et Ve­nise ne font qu’un. Don­ner sub­stance et consis­tance à la Sé­ré­nis­sime, le pho­to­graphe vé­ni­tien s’y est em­ployé une vie du­rant. De­puis son pre­mier ou­vrage pu­blié, en 1954, Ve­nise à fleur d’eau, en pas­sant par le cé­lèbre Vivre Ve­nise qui a trou­vé un écho dans le monde en­tier, ou plus ré­cem­ment La La­gune et ses en­vi­rons, ses pho­to­gra­phies en noir et blanc et en cou­leur n’ont ces­sé de cé­lé­brer la ci­té des Doges. La pas­sion édi­to­riale de Fulvio Roi­ter est au moins aus­si in­tense et mé­ti­cu­leuse que ses prises de vues et ses ca­drages. Dans cette ex­po­si­tion qui réunit pour la pre­mière fois pas moins de deux cents images vin­tage et archives, la fable in­time et si­len­cieuse qui se noue entre un pho­to­graphe et son su­jet prend une vé­ri­table di­men­sion nar­ra­tive. De­puis les fe­nêtres de la Ca­sa Tre Oci sur la Giu­dec­ca, la Ve­nise de Fulvio Roi­ter est là, à por­tée de re­gard, si sem­blable et si dif­fé­rente de l’in­ter­pré­ta­tion que le pho­to­graphe nous livre. Le pay­sage men­tal de l’ar­tiste s’y re­flète au fil de l’eau et d’ins­tants dé­ro­bés. In­ter­prète d’une Ita­lie d’après­guerre en bas­cule entre monde an­tique et monde contem­po­rain, c’est pour­tant en Si­cile que dé­bute, en 1953, son pre­mier voyage pho­to­gra­phique. Une longue sé­quence en noir et blanc, ter­rienne, riche, hu­maine, tein­tée de cette sa­veur néo­réa­liste qui nour­rit alors les plus belles pages de la littérature et du ci­né­ma ita­liens. Mi­neurs nus dans les mines de soufre, routes sa­tu­rées de so­leil, vignes sur l’et­na… Ce sont ces images d’un monde ar­chaïque qui marquent la re­con­nais­sance du pho­to­graphe sur la scène in­ter­na­tio­nale. Le pou­voir des images est im­mense. Notre mu­sée ima­gi­naire se nour­rit de scènes qui parlent à cha­cun et à tous. Amou­reux de la beau­té et d’une forme d’éclipse du réel, Fulvio Roi­ter col­lec­tionne le monde pour mieux par­ta­ger son re­flet.

FULVIO ROI­TER — « Fo­to­gra­fie 1948 - 2007 » Jus­qu’au 26 août 2018 Tre Oci, Fon­da­men­ta delle Zi­telle, 43, Giu­dec­ca, Ve­nise Tél. 00 39 041 24 12 332 treo­ci.org

1. 2. 3.1. Fulvio Roi­ter croise les che­mins d’une Si­cile im­muable. Sur la route Ge­la - Nis­ce­mi en 1953, in­vite à une lec­ture néo­réa­liste du monde ru­ral. 2. Aux cou­leurs de Ve­nise, l’ac­qua al­ta in Piaz­zet­ta San Mar­co, 2002. Le point de vue d’un Vé­ni­tien en­ra­ci­né dans sa la­gune, que le pho­to­graphe culti­ve­ra tout au long de sa vie. 3. Scène de vie ar­ti­sa­nale. Une mise en lu­mière es­sen­tielle et des archives in­édites de Fulvio Roi­ter ras­sem­blées le temps d’une ré­tros­pec­tive.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.