FOR­TE­RESSE ES­TI­VALE

Face à la mer Égée, une mai­son contem­po­raine re­prend les codes de l’ha­bi­tat de l’île de Sy­ros.

Maison Côté Sud - - LE SOMMAIRE - PAR Lau­rence Dou­gier PHO­TOS Ni­co­las Ma­théus

Un ver­sant cou­vert d’oli­viers, face à la mer Égée, avec en plein so­leil ce grand V for­mé par deux bâ­tisses de pierres brutes. De loin, on pour­rait son­ger à un mo­nas­tère contem­po­rain. Mais l’im­pec­cable géo­mé­trie de cette mai­son d’été im­pose sa ra­di­ca­li­té. Au loin, des cris d’en­fants, où s’en­tre­mêlent langues an­glaise et grecque, évoquent un mé­tis­sage de cultures. Les pa­rents d’eu­ge­nia sont ori­gi­naires de Sy­ros, mais el­le­même vit à Londres avec ses trois en­fants de­puis tou­jours, is­sue de cette com­mu­nau­té des Lon­don Greeks, tan­tôt ar­ma­teurs, res­tau­ra­teurs, ou col­lec­tion­neurs… Avant de re­trou­ver son île na­tale, Eu­ge­nia a sillon­né les Cy­clades, mais rien ne va­lait l’es­prit et la tran­quilli­té de Sy­ros. L’île était au­tre­fois un im­por­tant site com­mer­cial de la Mé­di­ter­ra­née orien­tale. La ville prin­ci­pale, Er­mou­po­lis, ci­té d’her­mès, conserve toute son au­then­ti­ci­té au­tour de mai­sons aux cou­leurs pas­tel. À quelques mi­nutes par la route cô­tière du vil­lage mé­dié­val, dans la par­tie nord-ouest de l’île, Eu­ge­nia et les siens ont trou­vé, après vingt ans de re­cherche, leur terre pro­mise. De­vant l’éter­nelle « baie­la-plus-bleue-de-la-mer-la-plus-bleue-du-monde », et po­sée sur les flots ar­gen­tés, une pe­tite île in­ha­bi­tée très ins­pi­rante puisque, sur les plans de Ka­te­ri­na Tsi­ga­ri­da, elle est de­ve­nue le point de vue et a dé­ter­mi­né les axes des bâ­ti­ments à édi­fier. Eu­ge­nia avait pas­sé un été à Pat­mos dans la mai­son de l’ar­chi­tecte. Ce ne pou­vait être qu’elle qui construi­rait cette bâ­tisse, ima­gi­née comme une for­te­resse aux murs épais pour mieux se fondre dans le pas­sé de l’île. À l’ar­ri­vée, celle-ci se com­pose de quatre vo­lumes au­to­nomes aux formes cu­biques. On joue l’in­dé­pen­dance des chambres, l’iso­le­ment d’un stu­dio, et le par­tage dans une grande pièce à vivre. « L’ins­pi­ra­tion vient clai­re­ment des huttes pri­mi­tives qui peu­plaient Sy­ros, ex­plique Ka­te­ri­na Tsi­ga­ri­da. L’orien­ta­tion fut un vé­ri­table casse-tête. Nous vou­lions que chaque uni­té bé­né­fi­cie de vues sur la baie et l’île dé­serte, et en même temps que tous les es­paces soient éclai­rés par le so­leil et bé­né­fi­cient d’une ven­ti­la­tion na­tu­relle. » Ain­si ont été pen­sés les deux bâ­ti­ments prin­ci­paux, plan­tés en oblique de part et d’autre d’un pa­tio orien­té face à la mer. Si la pierre est pré­pon­dé­rante, cer­taines pièces de struc­ture en bé­ton res­tent vi­sibles et se ma­rient par­fai­te­ment au bois. Les sols en ci­ment lis­sé et le mo­bi­lier épu­ré ac­com­pagnent l’idée d’un uni­vers com­plè­te­ment intemporel. So­lide, mas­sive, la mai­son fu­sionne avec la terre aride et les eaux trans­pa­rentes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.