9 CHAUFFE-EAU THER­MO­DY­NA­MIQUES

Maison et Travaux - - Test-achat -

Un chauffe-eau ther­mo­dy­na­mique (CET) se com­pose d’une cuve et d’une pompe à cha­leur ( PAC). Celle-ci trans­forme les ca­lo­ries de l’air am­biant ou ex­té­rieur en cha­leur pour ré­chauf­fer l’eau de la cuve, à 55 °C en moyenne. Une ré­sis­tance électrique pal­lie des be­soins ponc­tuels im­por­tants et porte l’eau à 60-65 °C pour réa­li­ser un cycle an­ti-lé­gio­nel­lose. La marque NF Élec­tri­ci­té Per­for­mance ga­ran­tit la qua­li­té.

Trois scé­na­ri d’ins­tal­la­tion

Le CET s’ins­talle dans un lo­cal ven­ti­lé et hors-gel.

Sur air am­biant, le CET as­pire et re­jette l’air dans une pièce non chauf­fée, de 20 m3 mi­ni­mum (env. 10 m2). La pré­sence d’une chau­dière ou d’ap­pa­reils élec­tro­mé­na­gers lui per­met de ré­cu­pé­rer la cha­leur qu’ils émettent. Le re­nou­vel­le­ment d’air de la pièce ne doit pas dé­pas­ser 10 vol./heure pour ne pas per­tur­ber le fonc­tion­ne­ment du CET.

Sur air ex­té­rieur, on équipe le CET de deux gaines : l’une as­pire l’air ex­té­rieur et l’autre re­jette l’air « re­froi­di ». Il peut s’ins­tal­ler dans un es­pace res­treint, dans le vo­lume chauf­fé (at­ten­tion au bruit). Le CET peut chauf­fer l’eau avec des tem­pé­ra­tures ex­té­rieures in­fé­rieures à 0 °C, mais le COP est moins per­for­mant. Un sys­tème de dé­gi­vrage au­to­ma­tique s’im­pose.

Sur air ex­trait, le CET se rac­corde sur le réseau de la VMC. L’air vi­cié et chaud, ex­trait par les bouches des pièces d’eau, est ré­cu­pé­ré par la PAC pour chauf­fer l’eau de la cuve. L’air « re­froi­di » est re­je­té à l’ex­té­rieur. Une ins­tal­la­tion dé­li­cate, sou­vent oné­reuse.

Les cri­tères de choix

Tous les bal­lons offrent un vo­lume de 250 à 300 litres (be­soins d’un foyer de 4 per­sonnes). Quelques mo­dèles de 200 litres sont éga­le­ment dis­po­nibles.

La cuve in­té­rieure du bal­lon est émaillée, ou mieux en Inox. Contre la cor­ro­sion, elle est do­tée d’une anode en ma­gné­sium qui « s’use » en 3 à 5 ans. En ver­sion élec­tro­nique, l’anode ti­tane est sans en­tre­tien.

La ré­sis­tance électrique d’ap­point est blin­dée ou mon­tée sur stéa­tite. La pre­mière (moins chère) convient si l’eau est peu cal­caire. Elle s’en­tartre plus ou moins vite et perd de son ef­fi­ca­ci­té (dé­tar­trage ré­gu­lier). Au contraire, une ré­sis­tance sur stéa­tite li­mite la for­ma­tion du tartre, pré­serve les per­for­mances et la consom­ma­tion d’élec­tri­ci­té. En cas de panne, on la change sans vi­dan­ger le chauffe-eau.

La mon­tée en tem­pé­ra­ture du vo­lume d’eau (in­dice de qua­li­té) in­dique le temps que met la PAC pour chauf­fer tout le vo­lume au dé­mar­rage du chauffe-eau. Après, l’eau est main­te­nue constam­ment en tem­pé­ra­ture.

Le vo­lume de ré­fri­gé­rant est un in­dice de qua­li­té en­vi­ron­ne­men­tale. Moins il y en a, mieux c’est pour la pla­nète.

Le ni­veau de bruit, ou pres­sion acous­tique, est me­su­ré se­lon la norme, à 2 mètres de dis­tance. In­fé­rieur à 40 dB(A), le ni­veau est con­for­table.

Une ver­sion à échan­geur ther­mique per­met de rac­cor­der le CET à une chau­dière (rem­place la ré­sis­tance électrique), à des cap­teurs so­laires ou à une PAC pour plus d’éco­no­mies d’éner­gie.

AIR AM­BIANT Dans une pièce non chauf­fée (buan­de­rie, ga­rage...), le CET ré­cu­père la cha­leur de l’air

am­biant.

AIR EX­TÉ­RIEUR Dans une pièce chauf­fée (ar­rière cui­sine, cel­lier...), le CET ré­cu­père la cha­leur de l’air

ex­té­rieur.

AIR EX­TRAIT Rac­cor­dé à la VMC, le chauf­feeau ré­cu­père l’air chaud des pièces hu­mides (salle

de bains...).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.