Pays nî­mois

Terre de garrigue et de vi­gnobles

Maison et Travaux - - La Maison Dans Sa Région - SO­PHIE GIAGNONI PHO­TOS AN­TO­NIO DUARTE

Entre Ca­margue et Cé­vennes, la ville de Nîmes rayonne sur un large ter­ri­toire, avec le­quel elle en­tre­tient de longue date d’étroits liens éco­no­miques et cultu­rels. De l’éle­vage des vers à soie à la culture vi­ti­cole, ces ac­ti­vi­tés, qui ont as­su­ré la ri­chesse de la ville, ont mar­qué le pa­tri­moine ar­chi­tec­tu­ral de la ré­gion.

C’est un pays aride, par son cli­mat et la na­ture de ses sols caillou­teux, mais ce n’en est pas moins un pays riche et ce­ci de­puis la fin du Moyen Âge. Du XVIe siècle au XIXe siècle, l’in­dus­trie de la soie lui a of­fert un es­sor re­mar­quable, vi­sible dans les beaux hô­tels par­ti­cu­liers de Nîmes, mais éga­le­ment dans les im­pres­sion­nantes fi­la­tures et ma­gna­ne­ries qui par­sèment ses cam­pagnes. Lors­qu’en­suite vint le dé­clin de la sé­ri­ci­cul­ture, la culture de la vigne prit le relais, en­gen­drant la construc­tion d’im­po­sants mas vi­ti­coles, es­sai­més sur le pla­teau des Cos­tières, mais éga­le­ment dans la plaine, au pied des Cé­vennes. Sur les re­liefs cé­ve­nols, les bâ­tisses, im­po­santes et aus­tères, portent l’em­preinte du pro­tes­tan­tisme, re­li­gion qui contri­bua à agré­ger ce ter­ri­toire mar­qué par la pierre, pierres de car­rières jo­li­ment ap­pa­reillées ou pierres des champs ma­çon­nées à sec.

Si­tué à 19 km au nord-ouest de Nîmes, le pe­tit vil­lage de Mous­sac s’ins­crit sur une col­line en pente douce, à l’ombre d’une tour sei­gneu­riale du XII e siècle. Ses mai­sons hautes et étroites et son église des XII e et

XIII e siècles trans­for­mée en temple pro­tes­tant l’ins­crivent pro­fon­dé­ment dans ce ter­ri­toire nî­mois et an­noncent les Cé­vennes voi­sines.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.