Un bois re­mar­quable!

TROI­SIÈME ES­SENCE FEUILLUE FRAN­ÇAISE, LE CH­TAI­GNIER POUSSE VITE ET FOUR­NIT UN BOIS AUS­SI À L’AISE À L’EX­TÉ­RIEUR QU’À L’IN­TÉ­RIEUR. JEUNE, IL SE PLIE À TOUTES LES COURBES, ET VIEUX, IL DURE TRÈS LONG­TEMPS !

Maison et Travaux - - Matériothèqum Matériothèque Q E - ÉLI­SA­BETH DELAIGUE

Dif­fi­cile de savoir exac­te­ment quand dé­bute l’his­toire entre l’homme et le châ­tai­gnier ! Si les Gau­lois uti­li­saient dé­jà son bois pour faire des pieux, ils te­naient ce savoir-faire de leurs loin­tains an­cêtres (…) de l’époque du bronze. Plus près de nous, cet arbre qui peut at­teindre l’âge de 1000 ans, voire plus, a of­fert aux hommes, en plus de son bois d’une du­ra­bi­li­té ex­cep­tion­nelle, une base de nour­ri­ture pro­vi­den­tielle en pé­riode de di­sette. Il était « l’arbre à pain » des ré­gions pauvres en cé­réales. Tra­di­tion­nel­le­ment, on parle de châ­taigne lors­qu’elle nour­rit (fa­rine, pu­rée…) et de mar­ron lors­qu’il ré­gale (mar­rons gla­cés, crème de mar­rons, confi­ture…).

Du­rable sans trai­te­ment

Le bois de châ­tai­gnier est aus­si dur que ce­lui du chêne mais avec une plus grande ré­gu­la­ri­té de fibres. Ses ta­nins na­tu­rels lui per­mettent de très bien ré­sis­ter aux at­taques des cham­pi­gnons et des in­sectes, un atout qui joue en sa fa­veur face aux bois trai­tés pour l’ex­té­rieur. Connue de longue date, cette du­ra­bi­li­té ex­cep­tion­nelle a per­mis de l’uti­li­ser pour faire des char­pentes, des tuiles, des huis­se­ries, des pi­quets de vignes, des clô­tures… Peu exi­geant, le châ­tai­gnier a trou­vé dans le centre et le sud de la France, mais aus­si en Bre­tagne, des terres pro­pices à sa vé­gé­ta­tion, des sols acides et pauvres en cal­caire. Au­jourd’hui, le bois de châ­tai­gnier peut donc avan­ta­geu­se­ment rem­pla­cer les bois exo­tiques dans de mul­tiples ap­pli­ca­tions (lames de ter­rasse, bar­dages, etc.) d’au­tant que, pro­duit dans l’hexa­gone et is­su de fo­rêts bien gé­rées, il in­duit des éco­no­mies de trans­port et, par consé­quent, moins de pol­lu­tion.

Fa­cile à trans­for­mer

Re­pous­sant fa­ci­le­ment après la coupe, le châ­tai­gnier pro­duit ra­pi­de­ment des tiges ré­gu­lières. Pen­dant des dé­cen­nies, cette trans­for­ma­tion des jeunes bois fut l’oeuvre des feuillar­diers du Li­mou­sin. Jeunes tiges et feuillards ins­pirent au­jourd’hui ar­ti­sans et créa­teurs qui ri­va­lisent d’ima­gi­na­tion pour nous pro­po­ser des meubles très de­si­gn et d’éton­nants ob­jets dé­co.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.