De la Haute-Ta­ren­taise à la val­lée de Bo­zel

Une ar­chi­tec­ture d’al­ti­tude en Sa­voie blanche

Maison et Travaux - - La Une - SO­PHIE GIAGNONI PHO­TOS AN­TO­NIO DUARTE (SAUF MEN­TION CONTRAIRE)

Ar­chi­tec­ture d’al­ti­tude en Sa­voie blanche

Af­fi­chant un re­lief ver­ti­gi­neux, avec le point culmi­nant de la Sa­voie à 3 855 mètres à la Grande Casse, ces deux hautes val­lées se re­joignent à Moû­tiers, qui ap­pa­raît comme une porte d’en­trée vers les som­mets.

Dans la pre­mière val­lée, où coule l’Isère, l’al­ti­tude va­rie de 744 mètres à 3 779 mètres au mont Pour­ri ; dans la se­conde, où ser­pente le Do­ron de Bo­zel, on part de 465 mètres pour culmi­ner à 3 855 mètres ! Au­tre­fois agri­coles, ces ter­ri­toires au riche pa­tri­moine ar­chi­tec­tu­ral ru­ral se sont tour­nés vers le ski lorsque cette ac­ti­vi­té s’est dé­ve­lop­pée au cours du siècle der­nier. Son em­preinte est au­jourd’hui bien pré­sente dans le pay­sage et dé­ter­mi­nante dans l’éco­no­mie. Le pres­ti­gieux do­maine des Trois val­lées, l’un des plus beaux et des plus vastes d’Eu­rope, se dé­ploie en grande par­tie sur ces val­lées. Ici, les noms pres­ti­gieux de Mé­ri­bel, Cour­che­vel, Val d’Isère ou en­core Les Arcs, lors­qu’ils ne sont pas de créa­tions ré­centes, dé­si­gnent aus­si de char­mants vil­lages et ha­meaux, dont la per­son­na­li­té a été pré­ser­vée et a for­te­ment in­fluen­cé l’ar­chi­tec­ture des sta­tions de der­nière gé­né­ra­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.