9 pon­ceuses ex­cen­triques

Vi­bra­tion et ro­ta­tion en duo

Maison et Travaux - - La Une -

DLes cri­tères de choix

e la tra­di­tion­nelle pon­ceuse vi­brante au mo­dèle à bande, les pon­ceuses élec­tro­por­ta­tives se sont spé­cia­li­sées pour rem­plir par­fai­te­ment leur mis­sion se­lon le tra­vail à réa­li­ser : finition de meuble, dé­ca­page de grandes sur­faces, pré­pa­ra­tion des fonds avant mise en pein­ture… L’as­pi­ra­tion des pous­sières, les vi­bra­tions et le bruit res­tent des pro­blèmes ma­jeurs même si des pro­grès no­tables ont été réa­li­sés dans ces do­maines.

Vi­bra­tion et ro­ta­tion en duo

Ses deux mou­ve­ments com­bi­nés rendent l’ef­fi­ca­ci­té de la pon­ceuse ex­cen­trique net­te­ment su­pé­rieure à celle d’une vi­brante. Elle exé­cute des tra­vaux qui vont du dé­gros­sis­sage au po­lis­sage, et son pla­teau cir­cu­laire peut suivre les courbes d’une car­ros­se­rie, par exemple. In­con­vé­nient : elle ne ponce pas dans les coins. La puis­sance et l’am­pli­tude de l’os­cil­la­tion sont deux cri­tères dé­ter­mi­nants quant à l’usage de la pon­ceuse. Dans les faits, on re­marque qu’elles sont tri­bu­taires l’une de l’autre.

■ La puis­sance est sou­vent su­pé­rieure à celle des pon­ceuses vi­brantes : de 200 à 450 W en­vi­ron pour un mo­dèle do­té d’un pla­teau de 125 mm de dia­mètre ; de 400 à plus de 700 W pour celles équi­pées en 150 mm de dia­mètre (plus mar­gi­naux, ces der­niers mo­dèles sont des­ti­nés à un usage pro­fes­sion­nel).

■ L’am­pli­tude de l’os­cil­la­tion, me­su­rée en mil­li­mètre, est la dis­tance entre l’axe du mo­teur et ce­lui du pla­teau. Plus l’am­pli­tude est grande, plus les grains de l’abra­sif vont ba­layer une sur­face im­por­tante et en­le­ver plus de ma­tière, et plus la pon­ceuse est ef­fi­cace en dé­gros­sis­sage-dé­ca­page.

■ Un va­ria­teur de vi­tesse, pré­sent sur de nom­breuses ma­chines, per­met de sé­lec­tion­ner la vi­tesse d’os­cil­la­tion se­lon la na­ture du ma­té­riau et le type de pon­çage (gros­sier, fin, po­lis­sage…). À part le mo­dèle Bosch, les autres ma­chines ne pré­cisent pas com­ment uti­li­ser les vi­tesses.

■ La fixa­tion de l’abra­sif s’ef­fec­tue ex­clu­si­ve­ment par sys­tème au­to-agrip­pant, type Vel­cro. Pour une bonne as­pi­ra­tion des pous­sières, il est im­pé­ra­tif de bien ajus­ter les per­fo­ra­tions de l’abra­sif sur celles du pla­teau de la pon­ceuse ; une tâche fa­ci­li­tée avec le mo­dèle Bosch qui four­nit un dis­po­si­tif d’ajus­tage.

■ Le pla­teau est adap­té au pon­çage de tout ma­té­riau. Outre des abra­sifs, il peut re­ce­voir un disque en « peau de mou­ton » ou en feutre pour le po­lis­sage ; en éponge pour l’ap­pli­ca­tion de cire et de ver­nis. Le pla­teau est dé­mon­table pour être rem­pla­cé en cas d’usure, ou chan­gé par un mo­dèle « souple » pour le pon­çage in­ter­mé­diaire, de finition, de po­lis­sage et pour les sur­faces courbes.

■ La te­nue en main s’avère im­por­tante pour maî­tri­ser les vi­bra­tions. Elle est ex­cel­lente lorsque la pon­ceuse est équi­pée d’une poi­gnée ar­rière qui per­met de la main­te­nir et de la gui­der à deux mains : une sur la poi­gnée, l’autre ap­puyant sur le corps de la pon­ceuse. Une poi­gnée sup­plé­men­taire (à l’avant) aug­mente la qua­li­té de la te­nue. Les pon­ceuses de « paume » ne per­met­tant pas sou­vent une te­nue à deux mains sont plus com­pactes, moins lourdes, se fau­filent par­tout mais exigent une poigne ferme.

■ Le poids joue un rôle im­por­tant lors­qu’on tra­vaille sur une sur­face ho­ri­zon­tale : plus la ma­chine est lourde (plus de 2 kg), plus elle at­taque le ma­té­riau sans avoir à trop ap­puyer des­sus. En re­vanche, il de­vient un han­di­cap quand on en­tre­prend le pon­çage des pa­rois ver­ti­cales.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.