Un jar­din en car­rés

Ve­nue du fond des âges, cette tech­nique a sé­duit Ju­lie qui, en la met­tant en pratique, a fait de son po­ta­ger une plai­sante aire de pro­me­nade, et du jar­di­nage, un agréable loi­sir. Sa créa­tion pas à pas.

Maison et Travaux - - La Une - TEXTE ET PHO­TOS ÉLI­SA­BETH DELAIGUE

À vos me­sures

À vos me­sures TrèT­rès en vogue, le po­ta­ger en car­rés nn’est pas né d’hier ! Au Moyen Âge, cette tech­nique per­met­tait de conci­lier pro­duc­tion po­ta­gère eet jar­din d’agré­ment. Dans le jar­din­din de Ju­lie, les cultures se fai­saient en llignes, ce qui de­man­dait beau­coup de tra­vail d’en­tre­tien et exi­geait de chaus­ser des bottes à la moindre averse. La mise en place de planches sur toute la sur­face du po­ta­ger va, bien sûr, consi­dé­ra­ble­ment ré­duire la sur­face de culture, mais Ju­lie va bé­né­fi­cier d’un jar­din ac­ces­sible à tout mo­ment.

Les bé­né­fices de cette tech­nique

Un jar­din en car­rés, c’est d’abord une or­ga­ni­sa­tion simple et pratique qui :

- ré­duit le tra­vail d’en­tre­tien, à un

point consi­dé­rable,

- di­ver­si­fie les cultures tout en fa­ci­li­tant la ges­tion de la pro­duc­tion,

- struc­ture l’es­pace de ma­nière très dé­co­ra­tive. Le jar­din est ain­si trans­for­mé en un lieu at­trac­tif, riche d’une di­ver­si­té qui in­vite à la flâ­ne­rie. De plus, le ca­rac­tère lu­dique de ces car­rés, four­millant de mille tré­sors, plaît par­ti­cu­liè­re­ment aux pe­tits… et conti­nue à sé­duire les grands en­fants qui som­meillent en nous !

Un plan ré­flé­chi

Deux cas peuvent se pré­sen­ter. - Vous ins­tal­lez quelques planches de culture dans votre jar­din. Choi­sis­sez l’es­pace le plus en­so­leillé, du ma­tin au soir, et le plus à l’abri du vent. Pen­sez aus­si à la proxi­mi­té du point d’eau et du lo­cal pour ran­ger les ou­tils.

- Vous trans­for­mez en­tiè­re­ment votre jar­din. Éta­blis­sez un plan de la sur­face dis­po­nible afin de dé­fi­nir le nombre de planches de culture à mettre en place. Cha­cune pour­ra être di­vi­sée en « car­rés » ou « par­celles », de 30 x 30 cm au mi­ni­mum, ac­cueillant une va­rié­té de culture. La di­men­sion d’une planche ne doit pas ex­cé­der 120 cm de lar­geur pour que le jar­di­nier ac­cède ai­sé­ment aux plants sans avoir à pié­ti­ner la terre. En­fin, pour son bien-être comme pour le plai­sir du pro­me­neur, la dis­tance idéale entre deux planches est de 80 cm. Ces al­lées, qui peuvent pa­raître royales sur le plan, sont d’une lar­geur né­ces­saire pour pas­ser la brouette ou la ton­deuse, et per­mettent à la vé­gé­ta­tion de s’épa­nouir li­bre­ment.

Des bor­dures na­tu­relles

Elles sont le plus sou­vent réa­li­sées en planches de bois, mais peuvent aus­si être consti­tuées de de­mi­ron­dins fi­chés dans le sol ou de pan­neaux tres­sés en gau­lettes de châ­tai­gnier.

Le choix de Ju­lie : elle a uti­li­sé des planches de chêne, de 17 cm de hau­teur en 32 mm d’épais­seur, qu’elle a fait dé­bi­ter par une scie­rie voi­sine. Le châ­tai­gnier et le dou­glas sont aus­si des es­sences ré­sis­tantes, ce­pen­dant on peut mettre en oeuvre des planches de cof­frage, de pré­fé­rence non trai­tées.

Re­com­man­da­tions : désher­ber et bê­cher l’aire cor­res­pon­dant à la sur­face de chaque planche per­met d’aé­rer et de dé­com­pac­ter la terre. Après

cet ef­fort pro­fi­table, vous pour­rez po­si­tion­ner vos bor­dures qu’il faut mettre de ni­veau pour évi­ter le ruis­sel­le­ment de l’eau.

Des al­lées sans sou­ci

Elles doivent être pra­ti­cables en toutes sai­sons et de­man­der peu d’en­tre­tien, mais aus­si par­ti­ci­per à l’es­thé­tique de l’en­semble ! Des al­lées d’herbe na­tu­relle ou en­ga­zon­nées offrent une belle fraî­cheur mais de­vront être ré­gu­liè­re­ment ton­dues avec finition ma­nuelle le long des bor­dures. Une autre so­lu­tion consiste à désher­ber les al­lées puis à épandre des vé­gé­taux broyés que l’on se pro­cure gra­tui­te­ment dans cer­taines dé­chet­te­ries. Il existe aus­si des couvre-sol à forte va­leur es­thé­tique comme les écorces de co­co ou de ca­cao, les co­peaux de bois, l’ar­doise ou la terre cuite pi­lée, etc., ven­dus en jar­di­ne­ries. Comp­tez entre 5 et 10 cm d’épais­seur pour un revêtement bien sta­bi­li­sé. Dal­ler ou pa­ver les al­lées im­plique un in­ves­tis­se­ment plus im­por­tant, mais un en­tre­tien qua­si nul.

Le choix de Ju­lie :

elle a op­té pour des co­quilles de moule, qu’elle a trou­vées en bord de ma­rais, près du port de Brouage (Cha­rente-Ma­ri­time). Elles sont dé­po­sées là par une en­tre­prise lo­cale. Avec l’au­to­ri­sa­tion de la mu­ni­ci­pa­li­té et l’aide de vo­lon­taires mus­clés, elle a rem­pli de gros sacs de coques qui, une fois épan­dues, ont été écra­sées pour of­frir cet as­pect bleu­té qui rap­pelle, en beau­coup moins cher, l’ar­doise pi­lée !

Au fi­nal, la sur­face de culture a certes di­mi­nué, mais au pro­fit d’une ges­tion plus fa­cile des plantes po­ta­gères ou d’agré­ment, dans un jar­din où il fait bon cir­cu­ler sans « en avoir plein les bottes ».

1 Ju­lie tend des cor­deaux pour

ma­té­ria­li­ser l’em­pla­ce­ment des planches de culture.

Ce­la lui per­met de re­pé­rer les plantes

qu’il faut dé­pla­cer et celles qui res­te­ront

en place.

1

AVANT

Fleurs et lé­gumes étaient culti­vés en lignes dans ce po­ta­ger clos de mu­rets et, faute de temps, les mau­vaises herbes avaient vite fait d’en­va­hir les cultures.

2

2 Après avoir en­fon­cé des pieux d’en­vi­ron 60 cm aux quatre coins du car­ré de culture, elle po­si­tionne les planches de chêne, vé­ri­fie le ni­veau, pré­perce le bois et fixe chaque ex­tré­mi­té à l’aide de deux tire-fond.

3

3 Les pieux ont été choi­sis ronds pour fa­ci­li­ter la fixa­tion : un pieu car­ré risque de tour­ner en s’en­fon­çant et il de­vient plus dif­fi­cile d’y fixer la planche. Les têtes qui dé­passent sont re­cou­pées à la scie.

6 La re­plan­ta­tion se fait vite. Les planches de culture n’ex­cèdent pas 120 cm (lg. max) et sont es­pa­cées d’au moins 80 cm.

6

4

4 En­suite les al­lées sont bê­chées. L’ex­cé­dant de terre est ré­cu­pé­ré pour rem­plir les car­rés où du com­post et du ter­reau ont été ajou­tés.

5 En dres­sant le plan, Ju­lie a pré­vu un pas­sage en dia­go­nale : il fa­ci­lite les va-et-vient de la brouette et rompt la ri­gi­di­té du da­mier.

5

7 L’amé­na­ge­ment des al­lées se ter­mine en éta­lant les co­quilles de moule. Ju­lie en laisse une quan­ti­té suf­fi­sante pour qu’une fois pi­lées, elles forment un ta­pis de 5 à 7 cm d’épais­seur.

8

8 Il reste à hy­dro­fu­ger les coupes des pieux en pin trai­té. Le jar­din en car­rés est prêt à re­ce­voir plants et se­mis. Il fau­dra en­core quelques mois pour que la vé­gé­ta­tion prenne toute sa place.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.