Une ex­po­si­tion fa­vo­rable Des ou­ver­tures pra­tiques

Maison et Travaux - - Guide Confort -

T rès sou­vent im­po­sée par la confi­gu­ra­tion de la mai­son, l’orien­ta­tion de la vé­ran­da peut aus­si l’être par son en­vi­ron­ne­ment. Ce­la étant, chaque ex­po­si­tion exige des trai­te­ments par­ti­cu­liers.

■ L’ex­po­si­tion sud

(voire sud/sud-est), pri­vi­lé­giée par l’ar­chi­tec­ture bio­cli­ma­tique, est aus­si re­te­nue dans les ré­gions froides pour pro­fi­ter d’un maxi­mum d’en­so­leille­ment et de cha­leur en hi­ver. Elle re­quiert tou­te­fois des pro­tec­tions so­laires pour maî­tri­ser les ar­deurs es­ti­vales.

■ Ins­tal­lée au nord,

la vé­ran­da ne re­çoit ja­mais de so­leil di­rect (rayon­ne­ment dif­fus), mais bé­né­fi­cie de la même lu­mière na­tu­relle une grande par­tie de l’an­née. On peut lui re­pro­cher sa froi­deur en hi­ver (à com­pen­ser par une iso­la­tion adap­tée), tou­te­fois cette ex­po­si­tion s’ap­pré­cie dans les ré­gions sou­mises à un très fort en­so­leille­ment es­ti­val.

■ Pla­cée à l’est,

la vé­ran­da re­çoit le so­leil le ma­tin et reste fraîche le reste du temps. C’est l’ex­po­si­tion idéale dans le sud de la France. Dans les ré­gions moins chaudes, elle doit faire l’ob­jet d’une bonne iso­la­tion pour la pé­riode froide.

■ L’ex­po­si­tion ouest

bé­né­fi­cie du so­leil tout l’après-mi­di, mais il y a un risque de sur­chauffe en été. Dans les ré­gions très en­so­leillées, ven­ti­la­tion aux heures pro­pices et pro­tec­tions so­laires ex­té­rieures sont de ri­gueur. L’hi­ver, cette ex­po­si­tion manque de lu­mière.

Elles font com­mu­ni­quer la vé­ran­da à la fois avec l’in­té­rieur de la mai­son et avec l’ex­té­rieur. Par ailleurs, les ou­ver­tures jouent aus­si un rôle im­por­tant dans la ven­ti­la­tion et les échanges ther­miques.

■ Cô­té cir­cu­la­tion.

L’idéal est la baie cou­lis­sante (de 2 à 6 van­taux), car elle offre une large ou­ver­ture : 50 % (2 rails), 66 % (3 rails), voire 75 % (4 rails). Entre mai­son et vé­ran­da, la ver­sion à ga­lan­dage, qui s’es­ca­mote à l’ou­ver­ture dans une cloi­son de dou­blage, li­bère to­ta­le­ment le pas­sage, sans em­pié­ter sur la pièce. Les portes re­pliables en ac­cor­déon (rail unique) li­bèrent 95 % de la lar­geur de la baie, mais en­combrent un cô­té in­té­rieur.

■ Cô­té ther­mique.

Moins larges d’ou­ver­ture, les portes-fe­nêtres à frappe se ré­vèlent plus iso­lantes que les baies cou­lis­santes : leur étan­chéi­té à l’air est ren­for­cée par des joints fixes qui s’écrasent à la fermeture. Elles sont pré­co­ni­sées sur des fa­çades très ex­po­sées au vent et à la pluie. Cou­plées à des ou­vrants pla­cés en hau­teur, elles contri­buent à la ven­ti­la­tion na­tu­relle de la pièce. Idéa­le­ment, 25 % de la sur­face vi­trée de la vé­ran­da doit pou­voir s’ou­vrir.

1. GRANDS PAS­SAGES

Cette vé­ran­da en alu­mi­nium s’ouvre de chaque cô­té par de grandes baies à 2 van­taux cou­lis­sants à iso­la­tion ren­for­cée. Ho­mo­lo­guée CSTB, classe éner­gé­tique A. Prix sur de­vis. « CMC 60 ». SCHÜCO.

2. STYLE VIC­TO­RIEN

Re­pre­nant l’es­thé­tique des vé­ran­das du XIXe siècle, dont le toit or­ne­men­té à 3 pentes, ce mo­dèle en alu­mi­nium adopte des portes-fe­nêtres bat­tantes ou­vrant à l’an­glaise. L’es­pace in­té­rieur reste libre. Prix sur de­vis. « Élé­ganz ». VÉ­RAN­DA RI­DEAU.

Dans la me­sure où il li­mite les ponts ther­miques, le ma­té­riau de la struc­ture in­flue peu sur le confort.

■ Pour la lu­mi­no­si­té,

l’acier et l’alu­mi­nium tirent leur épingle du jeu. D’une très bonne ré­sis­tance mé­ca­nique, ils offrent tous deux des pro­fi lés très fins (jus­qu’à 25 mm en acier) pou­vant ac­cueillir de grandes baies vi­trées. Le clair de vi­trage (lu­mière en­trante) est op­ti­mal. Concer­nant les os­sa­tures en bois, op­tez pour des bois contre­col­lés pour une meilleure sta­bi­li­té di­men­sion­nelle.

■ Pour le confort ther­mique,

le bois reste le meilleur iso­lant. L’acier, quatre fois moins conduc­teur que l’alu­mi­nium, a un pou­voir iso­lant tou­te­fois li­mi­té. Il le com­pense par une os­sa­ture de faibles sec­tions (qui en­gendrent peu de dé­per­di­tions), et cer­tains pro­fi lés in­tègrent une rup­ture de pont ther­mique avec une double ou triple chambre d’iso­la­tion et une âme en com­po­site ren­for­cée de fibre de verre (gamme « Ja­ni­sol » de Jan­sen, De­ca­sys­tem). Quant à l’alu­mi­nium, ses pro­fi lés sont tous à rup­ture de pont ther­mique, ce qui lui offre d’ex­cel­lentes per­for­mances.

■ Pour conju­guer lu­mi­no­si­té et iso­la­tion,

cer­tains fa­bri­cants de vé­ran­das (Vie & Vé­ran­da, Arehal) mixent le bois ou l’acier (os­sa­ture et char­pente) à l’alu­mi­nium (châs­sis).

1. EN FI­NESSE

En alu­mi­nium, sa fi­nesse ri­va­lise avec l’acier dont elle adopte le style. À par­tir de 1 200 €/m2. « Eden », réa­li­sa­tion so­cié­té ARMORAL, adhé­rente VÉ­RAN­DAS STYLE DE VIE. SA­PA BUIL­DING SYS­TEM.

2. BEL OU­VRAGE

Dans la tra­di­tion des vé­ran­das en acier, celle-ci agré­mente ses fins pro­fi­lés de vo­lutes et pointes de flèche en fer for­gé. De 2 800 à 3 200 €/m2 po­sé. SERRES ET FER­RON­NE­RIES D’AN­TAN.

Tout en gé­rant au mieux les ap­ports lu­mi­neux, la toi­ture de la vé­ran­da doit as­su­rer l’iso­la­tion ther­mique (so­leil di­rect) et pho­nique (pluie, grêle…).

■ La toi­ture vi­trée fait rê­ver…

Ce­pen­dant, le choix d’un double vi­trage à la fois ré­sis­tant à la casse et bon iso­lant ther­mique et pho­nique (voir page sui­vante : « Des doubles vi­trages per­for­mants ») fait vite grim­per la note. Si l’on ajoute, sur­tout dans les ré­gions si­tuées au sud, les risques d’éblouis­se­ment et de sur­chauffe en été, les pré­fé­rences s’orientent plu­tôt vers des toi­tures mixtes, as­so­ciant des pan­neaux pleins à des par­ties vi­trées. Bon com­pro­mis, la toi­ture pleine avec puits de lu­mière per­met de com­bi­ner des ap­ports de lu­mière gé­né­reux et des am­pli­tudes ther­miques mo­dé­rées.

■ Les pan­neaux sand­wichs opaques

sont les plus iso­lants ther­mi­que­ment et les moins oné­reux. Ils in­cluent un iso­lant (mousse dure, po­ly­sty­rène, laine de verre…) entre deux pa­re­ments. Ils sont conseillés dans les ré­gions de sur­chauffe es­ti­vale (sur­tout plein sud) ou de froid très ri­gou­reux. Les toi­tures tra­di­tion­nelles (ar­doises ou tuiles) sont aus­si iso­lantes que celles de la mai­son, mais con­trai­re­ment aux pan­neaux sand­wichs, leur poids éle­vé im­pose un sou­bas­se­ment ma­çon­né.

■ Les pan­neaux opaques iso­pho­niques

de forte épais­seur (env. 70 mm) sont de bons iso­lants acous­tiques. Ils se dotent d’une mem­brane souple et de mul­tiples couches aux den­si­tés dif­fé­rentes, as­so­ciées à une masse lé­gère (contre les bruits d’im­pact) ou lourde (contre les bruits aé­riens).

■ Les pan­neaux trans­lu­cides al­véo­laires

en po­ly­car­bo­nate ou mé­tha­cry­late, lé­gers et beau­coup moins chers que le verre, su­per­posent plu­sieurs couches (ép. 16 à 40 mm) re­vê­tues de trai­te­ments qui ré­flé­chissent ou ré­cu­pèrent les ap­ports so­laires. Ils offrent un bon confort ther­mique et op­tique (jus­qu’à 71 % de lu­mière trans­mise), mais ils res­tent très so­nores.

La ma­jeure par­tie d’une vé­ran­da étant vi­trée (60 à 80 %), le rôle du vi­trage est pré­pon­dé­rant pour le confort ther­mique. Se­lon les ré­gions et les ex­po­si­tions, il s’agit d’op­ti­mi­ser ou de ré­duire au maxi­mum les ap­ports d’éner­gie so­laire (fac­teur so­laire FS) et de lu­mière (trans­mis­sion lu­mi­neuse TL). Dans tous les cas, il est né­ces­saire que le double vi­trage choi­si li­mite les dé­per­di­tions de cha­leur en hi­ver (son co­ef­fi­cient Ug doit se rap­pro­cher de 1 W/m2.K).

■ Le double vi­trage à iso­la­tion ther­mique ren­for­cée

(ITR), plu­tôt pour les fa­çades orien­tées au nord et à l’est, conserve bien la cha­leur de la mai­son et laisse en­trer l’éner­gie so­laire pro­ve­nant de l’ex­té­rieur (FS d’env. 60 %), ain­si que la lu­mière (TL 73 %) : « Ther­mo­bel » d’AGC, « Cli­ma­plus Dual 1.0 » de Glas­so­lu­tions, « Op­ti­therm » de Pil­king­ton.

■ Le double vi­trage peu émis­sif

(à contrôle so­laire), plu­tôt pour les orien­ta­tions au sud et à l’ouest, li­mite en été l’en­trée de la cha­leur so­laire (FS de 27 à 38 %), tout en évi­tant l’éblouis­se­ment (TL de 42 à 71 %) : « Ther­mo­bel Sto­pray Sil­ver » (ou « Ener­gy ») d’AGC, « Cli­ma­plus Sun » ou « Xtreme 60/28 » de Glas­so­lu­tions, « Sun­cool » de Pil­king­ton. Ce double vi­trage contrôle aus­si le so­leil en hi­ver : avec un fac­teur so­laire bas (28 %), la trans­mis­sion lu­mi­neuse reste à en­vi­ron 60 % (verre dit « à haute sé­lec­ti­vi­té »).

■ Le verre feuille­té acous­tique,

pré­co­ni­sé en toi­ture, se com­pose de deux vitres d’épais­seur dif­fé­rente, sé­pa­rées par une lame d’air ou de gaz, entre les­quelles sont in­ter­ca­lées des feuilles d’iso­lant acous­tique en PVB (Po­ly-Vi­nyl-Bu­ty­ral). Il at­té­nue consi­dé­ra­ble­ment les bruits (de 42 à 50 dB).

Su­bis­sant di­rec­te­ment les va­ria­tions cli­ma­tiques, la vé­ran­da, même bien iso­lée, doit pa­rer aux sur­chauffes comme aux grands froids.

■ En été, les pro­tec­tions so­laires sont in­dis­pen­sables, sur­tout avec une ex­po­si­tion su­douest. Si la toi­ture est vi­trée, le vi­trage est pro­té­gé par des vo­lets rou­lants, des pan­neaux ou des stores cou­lis­sants ( plus ef­fi­caces, po­sés à l’ex­té­rieur). Les toiles tech­niques (Mer­met, « Sol­tis » de Fer­ra­ri, Ray­flec­tiss, Re­flex’sol) ren­voient jus­qu’à plus de 85 % des rayons so­laires sans les ab­sor­ber. Elles peuvent in­té­grer un ma­te­las iso­lant qui amé­liore aus­si le confort d’hi­ver. En fa­çade, le brise-so­leil ex­té­rieur (orien­table, mo­bile et té­lé­com­man­dable) est le plus ef­fi­cace, bien adap­té aux grandes baies vi­trées. En­fin, cer­tains doubles vi­trages iso­lants logent aus­si, entre les feuilles de verre, un store à la­melles à com­mande au­to­ma­tique ou ma­nuelle (« Ther­mo­bel Store » d’AGC, « Cli­ma­plus Screen » de Glas­so­lu­tions).

■ En hi­ver, la vé­ran­da ré­cu­père des ca­lo­ries gra­tuites si, dans une ré­gion en­so­leillée, elle est bien ex­po­sée. Quant au chauf­fage, le sys­tème le plus ef­fi­cace passe par le sol (in­té­gré dans la chape), ali­men­té de pré­fé­rence par une pompe à cha­leur air/eau. Par grand froid, un ap­point peut se ré­vé­ler né­ces­saire (radiateurs ra­diants ou, mieux, poêle à bois). Si votre ins­tal­la­tion le per­met (as­sez di­men­sion­née), vous pou­vez aus­si pro­lon­ger votre cir­cuit de chauf­fage cen­tral jus­qu’à la vé­ran­da en ajou­tant des radiateurs eau chaude.

La vé­ran­da doit être bien aé­rée et ven­ti­lée pour évi­ter toute conden­sa­tion et re­nou­ve­ler l’air in­té­rieur. Le plus sou­vent, une ven­ti­la­tion na­tu­relle suf­fit, au moyen de grilles de ven­ti­la­tion et d’ou­vrants en fa­çade et/ou en toi­ture.

■ Pour faire en­trer l’air neuf

dans la vé­ran­da, les grilles sont ins­tal­lées le plus bas pos­sible (du cô­té des vents do­mi­nants). Pour éva­cuer l’air vi­cié, d’autres grilles sont pla­cées en par­tie haute, à au moins deux mètres de dis­tance de la ven­ti­la­tion basse. La sur­face de la ven­ti­la­tion haute doit être une fois et de­mie su­pé­rieure à celle du bas. Sur ce prin­cipe, les me­nui­se­ries in­tègrent dans leurs pro­fi lés un aé­ra­teur en par­tie basse et un ex­trac­teur d’air en par­tie haute.

■ Pour aé­rer lar­ge­ment la pièce,

baies cou­lis­santes et portes-fe­nêtres se conjuguent aux ou­vrants (ta­ba­tière et fe­nêtres de toit, à souf­flets ou os­cil­lo-bat­tantes), ins­tal­lés en par­tie haute. Très pra­tiques, cer­taines toi­tures iso­lantes mo­to­ri­sées peuvent s’ou­vrir de moi­tié.

■ Dans cer­tains cas

(cli­mat, très grande vé­ran­da, cui­sine, pis­cine…), il faut re­cou­rir à une ven­ti­la­tion mé­ca­nique contrô­lée (VMC) en ins­tal­lant un ex­trac­teur d’air mo­to­ri­sé en toi­ture.

Soi­gnez l’éclai­rage pour votre confort vi­suel ! Comme la vé­ran­da est prin­ci­pa­le­ment vi­trée, elle dis­pose de ce fait de peu de sur­faces ré­flé­chis­santes, pro­pices aux éclai­rages in­di­rects.

■ Pour évi­ter les zones d’ombre,

l’éclai­rage zé­ni­thal di­rect est as­su­ré par des spots (ha­lo­gènes basse ten­sion ou Leds) in­té­grés au pla­fond ou dans la struc­ture, en­cas­trés dans les pan­neaux de toi­ture ou les che­vrons. Choi­sis­sez-les orien­tables et avec va­ria­teur afin de mo­du­ler la lu­mière.

■ Pour l’éclai­rage d’am­biance,

ap­pliques mu­rales et lampes à po­ser se ré­par­tissent ha­bi­le­ment. Tous les câ­blages sont ca­chés dans les mon­tants de la struc­ture, ce qui fa­ci­lite le rac­cor­de­ment.

2

1

1

2

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.