Le pare-va­peur, une obli­ga­tion ?

Maison et Travaux - - Le Point Sur… -

Pro­duit peu coû­teux, un pa­re­va­peur peut être pré­vu dans la plu­part des cas. OUI, sur les plan­chers bois où les risques de conden­sa­tion sont im­por­tants. Le pa­re­va­peur est conti­nu, bien join­toyé en pé­ri­phé­rie, entre les lés et aux pas­sages des gaines. Dé­cli­né sous forme de feuille ou de mem­brane, il li­mite ou em­pêche le che­mi­ne­ment et la stag­na­tion de la va­peur d’eau dans les pa­rois. Il se dé­roule vers le vo­lume chauf­fé, sa­chant que le co­ef­fi­cient Sd (ex­pri­mé en mètre), qui est l’in­di­ca­teur de ré­fé­rence des pare-va­peur, doit af­fi­cher une va­leur éle­vée. NON, dans les cas sui­vants : sur une dalle bé­ton ou au-des­sus d’un pla­fond en plaques de plâtre ; éga­le­ment sous les pro­duits souf­flés (ex­cep­tion faite de la ouate de cel­lu­lose) ; en­fin quand les combles per­dus sont par­ti­cu­liè­re­ment in­ac­ces­sibles. Une mem­brane d’étan­chéi­té à l’air peut faire office de pare-va­peur : « Stop­vap » d’Iso­ver (129 € TTC le rou­leau de 40 x 1,50 m), « mem­brane Ursa Sé­co » d’Ursa (240 € TTC le rou­leau de 50 x 1,50 m).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.