Les Arcs 1600

LABELLISÉS PA­TRI­MOINE DU XXE SIÈCLE

Maison et Travaux - - La Maison Dans Sa Région -

De­puis le dé­but du XXI e siècle, l’État a dé­cer­né un peu plus de 260 la­bels « Pa­tri­moine du XX e siècle ». Les Arcs 1600, re­con­nus en 2006, comptent par­mi les sta­tions dites de la « troi­sième gé­né­ra­tion », ou en­core « in­té­grées ». Créées dans les an­nées 1960, ces sta­tions ont été conçues ex ni­hi­lo, dans un site vierge, à l’usage ex­clu­sif des skieurs, pour ré­pondre à l’en­semble de leurs be­soins : du sta­tion­ne­ment de leur voi­ture en dé­but de sé­jour aux in­fra­struc­tures spor­tives, en pas­sant par l’hé­ber­ge­ment et les ser­vices de proxi­mi­té né­ces­saires à un sé­jour de va­cances con­for­table.

Un pro­jet avant-gar­diste

Pre­mière construc­tion du do­maine des Arcs, la sta­tion 1600, alors bap­ti­sée « Pierre Blanche », fut créée en 1968. Sa réa­li­sa­tion fut confiée à un pro­mo­teur unique, Ro­ger Go­di­no qui, pour sa concep­tion, s’en­tou­ra d’une équipe de jeunes ar­chi­tectes, réunis sous l’au­to­ri­té bien­veillante de Char­lotte Perriand. Col­la­bo­ra­trice de Le Cor­bu­sier en tant qu’ar­chi­tecte, et de Jean Prou­vé en tant que de­si­gner, cette femme re­con­nue pour sa puis­sance créa­trice est sou­vent consi­dé­rée comme l’âme du groupe d’ar­chi­tectes ayant oeu­vré aux Arcs. Au ser­vice d’une ac­ti­vi­té en plein es­sor, le ski, leur pro­jet consis­tait ici à réa­li­ser un cadre bâ­ti fonc­tion­nel et es­thé­tique, dans le res­pect du site, mais aus­si de l’ar­chi­tec­ture tra­di­tion­nelle exis­tante, d’une part en usant de ses ma­té­riaux (no­tam­ment beau­coup de bois), d’autre part en ne cher­chant sur­tout pas à en don­ner un vul­gaire si­mu­lacre. Il n’était pas ques­tion d’imi­ter, mais bien d’af­fir­mer une au­then­ti­ci­té autre.

Dans le res­pect du site

La sta­tion s’ins­crit sur un ter­rain re­la­ti­ve­ment exi­gu si­tué dans une pente. Pro­fi­tant de la dé­cli­vi­té, les ar­chi­tectes ont pla­cé les par­kings en contre­bas de la sta­tion, qu’ils ont vou­lue par ailleurs en­tiè­re­ment pié­tonne. Des im­meubles se couchent le long de cette pente, d’autres, au contraire, se dressent per­pen­di­cu­lai­re­ment à cel­le­ci. Dans les deux cas, leur im­plan­ta­tion est gui­dée par la recherche d’une bonne ex­po­si­tion au so­leil, et par la vo­lon­té d’of­frir une vue dé­ga­gée à leurs oc­cu­pants. Un tra­vail très im­por­tant a été me­né sur ces vues, et plus glo­ba­le­ment sur le rap­port entre l’in­té­rieur et l’ex­té­rieur des lo­ge­ments. La concep­tion des bal­cons et baies vi­trées a été gui­dée par exemple par deux contraintes : of­frir un af­flux maxi­mal de lu­mière et une vue la plus large pos­sible.

Pro­jet to­ta­le­ment no­va­teur en 1969, les Arcs 1600 ont été construits dans un sou­ci d’in­té­gra­tion au pay­sage et à la pente, avec des ma­té­riaux

ty­piques de la ré­gion. Le bâ­ti­ment nom­mé La Cas­cade

pré­sente un dé­ca­lage de pro­fon­deur entre chaque étage,

afin d’of­frir des ter­rasses en­so­leillées à tous les ni­veaux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.