Le choix du ma­té­riau

Maison et Travaux - - Jardin -

Quelle que soit la na­ture des conte­nants, mieux vaut les choi­sir avec une ré­serve d’eau : elle évite l’ar­ro­sage quo­ti­dien et est très pra­tique pen­dant les ab­sences, au moins pour un week-end.

Cô­té pots. Le plas­tique, plus lé­ger, convient mieux que la terre cuite, sur les re­bords de fe­nêtre. Tra­di­tion­nelle, la terre cuite est pour­tant un ma­té­riau avan­ta­geux car, po­reuse, elle as­sure une fonc­tion de ré­gu­la­tion de la tem­pé­ra­ture lors des chaudes jour­nées d’été. En s’éva­po­rant, l’eau abaisse en ef­fet la tem­pé­ra­ture. Mais il faut alors ar­ro­ser très ré­gu­liè­re­ment pour évi­ter que les ra­cines ne se des­sèchent. La terre cuite peinte donne une touche plus mo­derne, mais elle n’est pas per­méable à l’eau. Des pe­tits conte­nants en toile trouvent aus­si leur place sur une fe­nêtre.

Cô­té jar­di­nières. Le choix des ma­té­riaux est plus im­por­tant. Le plas­tique in­jec­té do­mine, grâce à une large gamme de co­lo­ris. Le bois avec un bac plas­tique à l’in­té­rieur ap­porte une note ori­gi­nale. D’autres ma­tières sont dis­po­nibles comme le po­ly­stone (mé­lange de fibres et de plas­tique), la ré­sine tres­sée fa­çon ro­tin, le mé­tal zin­gué… Là en­core, le poids im­por­tant de la terre cuite ne joue pas en sa fa­veur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.