LA PIERRE NA­TU­RELLE UN IN­VES­TIS­SE­MENT DU­RABLE

IN­TEM­PO­RELLE ET UL­TRA­RO­BUSTE, LA PIERRE NA­TU­RELLE SE POSE COMME LA VA­LEUR SÛRE DES PLANS DE TRAVAIL. POUR UNE CUI­SINE DE HAUTE QUA­LI­TÉ QUI TRA­VERSE LES AN­NÉES SANS S’USER !

Maison et Travaux - - Matériothèque -

Re­con­nue de­puis tou­jours pour sa beau­té et sa ro­bus­tesse, la pierre peut être pré­dé­cou­pée dans des di­men­sions stan­dard (lon­gueur maxi­male 3 mètres), mais elle se tra­vaille sur­tout sur me­sure.

Des plaques fa­çon­nées

D’une épais­seur de 10 à 40 mm, les plaques se posent di­rec­te­ment sur les meubles bas et sur un tas­seau sup­port fixé au mur, ou bien par-des­sus un pan­neau de bois quand on sou­haite une ri­gi­di­té ren­for­cée. La pose d’un chant rap­por­té per­met de don­ner l’illu­sion d’une épais­seur im­por­tante. Le chant peut être droit et chan­frei­né ou plus tra­vaillé (ar­ron­di, en quart-de-rond, en bec-de-cor­bin...). L’évier se pose en sous-face de plan, pour une in­té­gra­tion par­faite. Mais la pierre offre aus­si la pos­si­bi­li­té de fa­çon­ner un évier, soit en le taillant dans la masse, soit en as­sem­blant plu­sieurs plaques, pour ob­te­nir une cuve pro­fonde.

LES GRA­NITS

En fi­ni­tion po­lie ou flam­mée, ils offrent une très large pa­lette de couleurs mou­che­tées, vei­nées ou unies.

Les avan­tages. Ul­tra­dure et non po­reuse, la sur­face du gra­nit ré­siste aux chocs, aux rayures, aux taches et à la cha­leur jus­qu’à 300 °C. Les in­con­vé­nients. Le coût est très va­riable. Le prix. De 200 à 600 € le mètre li­néaire en moyenne (en 65 cm de pro­fon­deur).

L’AR­DOISE

Pierre schis­teuse, elle pré­sente un as­pect cli­vé ca­rac­té­ris­tique à l’état brut. Elle peut être aus­si adou­cie, c’est-à-dire à la fois po­lie et mate. Les co­lo­ris sont le noir, le gris an­thra­cite, le vert, le vio­let et l’oxy­dé (plus rare et plus cher).

Les avan­tages. L’ar­doise s’adapte à tous les styles et elle se ma­rie très bien au bois.

Les in­con­vé­nients. La sur­face doit être pro­té­gée par un trai­te­ment hy­dro­fuge (« MN Huile pour schistes », Li­tho­fin).

Le prix. À par­tir de 230 € le mètre li­néaire.

LES PIERRES CAL­CAIRES ET LE MARBRE

Elles offrent une très grande va­rié­té d’as­pects. La pierre de Bour­gogne pré­sente de nom­breux co­lo­ris chauds. La pierre bleue du Hai­naut, grise, peut être adou­cie comme l’ar­doise ; po­lie ou flam­mée comme le gra­nit. Grise ou verte, la pierre d’An­roche, po­lie, flam­mée ou adou­cie, pré­sente des em­preintes ca­rac­té­ris­tiques de fos­siles.

Les avan­tages. Ces pierres ap­portent à la cui­sine un ca­chet in­com­pa­rable, dans un style clas­sique pour le marbre et la pierre de Bour­gogne, et plu­tôt contem­po­rain avec la pierre bleue et celle d’An­roche.

Les in­con­vé­nients. Les roches cal­caires craignent l’aci­di­té (ci­tron, vi­naigre, tomate...). On doit les pro­té­ger contre l’eau et les taches de graisse : un pro­duit hy­dro­fuge et oléo­fuge suf­fit (« Flecks­top Plus », Li­tho­fin).

Le prix. De 320 € à plus de 500 € le mètre

li­néaire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.