Construire au­jourd’hui RÉ­IN­TER­PRÉ­TA­TION DES AN­CIENS SÉ­CHOIRS À TA­BAC

Maison et Travaux - - La Maison Dans Sa Région -

Du Bor­de­lais, on connaît sur­tout la vigne. Ce­pen­dant, d’autres pro­duc­tions ont mar­qué de leur em­preinte les pay­sages de sa cam­pagne. Ain­si en es­til du ta­bac et du maïs, des cultures souvent as­so­ciées, comme en té­moigne l’élé­va­tion de nom­breux sé­choirs. Simples pa­ral­lé­lé­pi­pèdes, cou­verts de bar­dage en bois, avec pan­neaux mo­biles, le tout gé­né­ra­le­ment ba­di­geon­né de gou­dron pour pro­té­ger le bois des in­tem­pé­ries, ces construc­tions se ren­contrent en nombre dans l’Entre-deux-Mers, sur les col­lines de la Réole, dans les can­tons d’Au­ros et de Ba­zas. Par­fois ré­ha­bi­li­tées à usage d’ha­bi­ta­tion, ces construc­tions ins­pirent éga­le­ment des pro­jets d’architecture contem­po­raine, telle cette réa­li­sa­tion de l’ar­chi­tecte bor­de­lais Al­fred Chi­diac, bap­ti­sée la « To­bac­co House ». sou­ligne la ver­ti­ca­li­té du bâ­ti­ment et uti­lise un ma­té­riau ré­gio­nal. Dans notre pro­jet, nous avons rem­pla­cé les van­telles (lames de bar­dage ho­ri­zon­tales per­met­tant l’aé­ra­tion et donc le sé­chage du ta­bac ou du maïs), par des brise-so­leil orien­tables. Il était d’abord pré­vu de peindre le bar­dage en noir, pour rap­pe­ler la cou­leur de l’huile de vi­dange ap­pli­quée sur les sé­choirs et granges. A. C. Ce type de construc­tion pré­sente plu­sieurs atouts éco­no­miques et tech­niques. La mai­son est très com­pacte, sur la base d’un rec­tangle qui, dans notre pro­jet, me­sure 16 x 6 mètres, et 6 mètres de haut. Nous avons op­té pour une construc­tion en pan­neaux de bois mas­sif (type KLH), iso­lée par l’ex­té­rieur avec de la fibre de bois (ép. 10 cm). La faible épais­seur des murs (20 cm env.) ré­duit peu l’es­pace in­té­rieur. En outre l’utilisation de pan­neaux mas­sifs a per­mis une mise en oeuvre ra­pide de l’en­ve­loppe en 2 jours. La com­pa­ci­té du pro­jet ré­duit éga­le­ment les dé­per­di­tions ca­lo­ri­fiques. De grandes baies vi­trées orien­tées plein sud per­mettent de chauf­fer la mai­son en hi­ver uni­que­ment par ap­port so­laire. Ins­pi­rée des mai­sons pas­sives, sans étude ther­mique préa­lable, la concep­tion fait ap­pel au bon sens. Les brise-so­leil, en plus de contrô­ler l’ap­port d’air, gèrent l’ap­port so­laire en pro­té­geant la mai­son d’une sur­chauffe es­ti­vale. Et la fibre de bois, iso­lant ther­mique, fait éga­le­ment bar­rage à la cha­leur en été. Ain­si la mai­son af­fiche tou­jours quelques de­grés de moins que l’ex­té­rieur, et se ra­fraî­chit vite en soirée. Si les ma­té­riaux uti­li­sés sont lé­gè­re­ment plus coû­teux que ceux d’une construc­tion « tra­di­tion­nelle », la com­pa­ci­té de la mai­son et l’utilisation en bar­dage de vo­liges en pin des Landes ont per­mis de maî­tri­ser le bud­get. Ce qui a coû­té le plus, c’est sur­tout le sou­bas­se­ment en­ter­ré sur la to­ta­li­té de la sur­face de la mai­son, en bé­ton ban­ché, pour re­prendre la pous­sée des terres ar­gi­leuses.

CHI­DIAC AR­CHI­TECTES & AS­SO­CIÉS 35, rue Au­sone - 33000 Bor­deaux Tél. : 09 81 48 80 04 http://chi­diac-ar­chi­tectes.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.