9 scies sau­teuses

Cham­pionnes de la coupe

Maison et Travaux - - Maison & Travaux -

Pour suivre un trait de coupe si­nueux, réa­li­ser une « fe­nêtre » dans un pan­neau, dé­cou­per un plan de travail en bois… Rien ne vaut la scie sau­teuse ! De plus, avec des lames adé­quates, elle peut scier dif­fé­rents ma­té­riaux tels que les mé­taux, le plas­tique, le car­re­lage… Au­jourd’hui, la plu­part des mo­dèles s’équipent d’un mou­ve­ment pen­du­laire qui amé­liore très net­te­ment le dé­bit et les per­for­mances de la ma­chine. Elle pro­pose éga­le­ment de chan­ger de lame sans ou­til. Le sys­tème est plus ou moins pra­tique d’une marque à l’autre.

Les cri­tères dé­ter­mi­nants

Puis­sance et vi­tesse, pro­fon­deur de travail et mou­ve­ment pen­du­laire donnent un aper­çu des per­for­mances d’une scie sau­teuse.

p La puis­sance ab­sor­bée des mo­dèles tes­tés va­rie de 620 à 750 W, soit les ma­chines les plus puis­santes pro­po­sées dans les grandes sur­faces de bri­co­lage. C’est un cri­tère dé­ter­mi­nant pour la plu­part des scies qui dis­posent d’un nombre de courses/mi­nute maxi­mum si­tué entre 3 000 à 3 200 tr/min.

p Les pro­fon­deurs de coupe va­rient de 85 à 140 mm dans un bois tendre (la moi­tié moins dans un bois dur), de 5 à 10 mm dans l’acier et de 15 à 35 mm dans l’alu­mi­nium. Ce sont des per­for­mances am­ple­ment suf­fi­santes pour des tra­vaux cou­rants.

p Le mou­ve­ment pen­du­laire est pré­sent sur toutes les scies tes­tées. Le ré­glage s’ef­fec­tue sur 4 po­si­tions. La po­si­tion « 0 » cor­res­pond au sciage « clas­sique » : la lame monte et des­cend ra­pi­de­ment, le sciage s’ef­fec­tuant lors­qu’elle re­monte. La lame frotte donc sur le ma­té­riau en des­cen­dant, ce qui ra­len­tit le travail, gêne l’éva­cua­tion des sciures et fa­vo­rise l’échauf­fe­ment de la lame et du ma­té­riau. La po­si­tion « 0 » est obli­ga­toire sur le mé­tal, le PVC et les ma­té­riaux fra­giles. Ré­glée de « 1 à 3 », la lame se re­tire en ar­rière lors de la des­cente et avance en re­mon­tant. L’éjec­tion des sciures est amé­lio­rée, l’échauf­fe­ment est at­té­nué, la puis­sance de coupe dé­cu­plée. On choi­sit le ré­glage en fonc­tion de la du­re­té des ma­té­riaux, en sa­chant que la po­si­tion maxi. est ré­ser­vée aux sciages de gros dé­bit, car la coupe, plus ra­pide, est aus­si plus gros­sière et moins pré­cise.

Une bonne se­melle

Tou­jours en contact avec le ma­té­riau, elle sert d’ap­pui à la scie et fa­ci­lite son dé­pla­ce­ment.

p Sa com­po­si­tion est d’im­por­tance… En acier inox ou alu­mi­nium, la se­melle ré­siste mieux aux rayures et à la rouille. En tôle d’acier peinte, elle al­lège la scie mais pré­sente vite des traces d’usure qui peuvent nuire à la glisse et rayer le sup­port. Une se­melle en ma­té­riau de syn­thèse à clip­ser sur l’exis­tante évi­te­ra les rayures sur les ma­té­riaux fra­giles.

p In­cli­nable à droite ou à gauche pour scier en biais jus­qu’à 45°, la se­melle se règle sans ou­til grâce à un le­vier ou tra­di­tion­nel­le­ment avec une clé Al­len four­nie. Des gra­dua­tions de 0, 15, 30 et 45° per­mettent un ré­glage sur ces va­leurs cou­rantes. Sur cer­taines scies, le ré­glage s’ef­fec­tue en conti­nu de 0 à 45°.

p Une pos­si­bi­li­té de re­cul de la se­melle est pro­po­sée sur la plu­part des ma­chines pour amor­cer des sciages en plein bois ou pour scier au plus près d’un obs­tacle.

p Un guide de coupe pour scier en ligne droite pa­ral­lè­le­ment au chant d’un pan­neau ou pour dé­cou­per un cercle peut être fixé sur la se­melle. Moins en­com­brant lors de l’utilisation, le cou­teau di­vi­seur in­té­gré et es­ca­mo­table sous la scie (Ryo­bi) per­met de scier droit. Très pra­tiques aus­si, la pro­jec­tion d’un rayon la­ser et/ou la pré­sence d’un éclai­rage.

p Un pare-éclats en plas­tique se fixe par em­boî­te­ment sur l’avant de la se­melle. Il n’est pas in­dis­pen­sable d’au­tant que sa mise en place est dif­fi­cile, et qu’il s’abîme as­sez ra­pi­de­ment. L’utilisation de lames spé­ci­fiques pour les pan­neaux pla­qués (stra­ti­fié, mé­la­mi­né…), la mé­thode du sciage, le pa­re­ment vi­sible pla­cé des­sous ou la pose d’un ru­ban adhé­sif sur la ligne de coupe évitent les éclats.

Souf­fler et as­pi­rer les sciures

Une souf­fle­rie in­té­grée dé­gage le trait de coupe des sciures. Des scies pos­sèdent un sé­lec­teur qui dé­braye la souf­fle­rie pour fa­ci­li­ter l’as­pi­ra­tion des sciures et évi­ter la pro­jec­tion des co­peaux mé­tal­liques et du li­quide uti­li­sé pour le re­froi­dis­se­ment de la lame. Le rac­cor­de­ment sur le tuyau d’un as­pi­ra­teur (si le ø est le même !) s’ef­fec­tue à l’ar­rière de la scie ou au ni­veau de la se­melle, mais n’est pas vrai­ment in­dis­pen­sable.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.