Un en­duit chanvre et chaux

Re­mède au confort in­té­rieur

Maison et Travaux - - Réussir - CATHERINE LE­VARD PHO­TOS AN­TO­NIO DUARTE RÉA­LI­SA­TION LES ATE­LIERS DE VÉ­RONE AR­CHI­TECTE MA­RIE OS­MONDE BAL­SAN

Pro­té­ger le bâ­ti et ga­ran­tir un air in­té­rieur sain sont les atouts de cet en­duit, re­vê­te­ment na­tu­rel des ma­çon­ne­ries. La ri­gueur de la mise en oeuvre est au ni­veau des avan­tages re­cher­chés.

AvA­vec cet en­duit 100 % na­tu­rel, on ccon­serve l’as­pect au­then­tique du bâ­ti an­cien. On ne parle pas d’iso­la­tion, car l’épais­seur nné­ces­saire à as­su­rer cette opé­ra­tra­tion ne pour­rait te­nir avec un sim­pleil en­duit.di Sauf sur une bâ­tisse telle que celle-ci, dont les murs font dé­jà 70 cm d’épais­seur et sont éga­le­ment pro­té­gés par un en­duit de chaux à l’ex­té­rieur.

Un ré­gu­la­teur d’am­biance

Réa­li­sé sur 5 à 6 cm d’épais­seur, cet en­duit ap­porte une cor­rec­tion ther­mique non né­gli­geable, il laisse res­pi­rer les murs et ré­gule le taux d’hy­gro­mé­trique am­biant, on dit qu’il est « pers­pi­rant ». Lé­gè­re­té, sta­bi­li­té et sou­plesse ajoutent leur bien­fait à ce re­vê­te­ment tra­di­tion­nel éco­lo­gique, d’as­pect rus­tique mais non gros­sier. L’ap­pli­ca­tion s’ef­fec­tue sur des murs propres (en­duit, plâtre et ci­ment exis­tants se­ront éli­mi­nés). Les sup­ports les mieux adap­tés sont la pierre, la terre et la brique rouge.

Une com­po­si­tion dans l’ordre

L’en­duit s’ap­plique en deux couches, cha­cune ayant une for­mu­la­tion qui lui est propre.

Pour la pre­mière couche de 3 à 4 cm d’épais­seur (voire beau­coup plus), ap­pe­lée « dé­gros­si », on uti­lise : la chè­ne­votte ca­li­brée C020 de Tech­ni­chanvre (tige longue du chanvre consti­tuée de nom­breux ca­naux ren­fer­mant de l’air), la chaux aé­rienne CL 90 et la chaux hy­drau­lique NHL 3,5 (Chaux et En­duits de Saint As­tier). L’ordre d’in­tro­duc­tion des agré­gats (eau com­prise) dans la bé­ton­nière est aus­si im­por­tant que leur do­sage : - Ver­ser 50 litres d’eau, 25 kg de chaux aé­rienne CL 90 et 8 kg de chaux hy­drau­lique NHL 3,5. At­tendre que cette bar­bo­tine soit bien ho­mo­gène pour ajou­ter pro­gres­si­ve­ment 100 litres de chè­ne­votte C020. Lais­ser tour­ner de 3 à 5 mi­nutes jus­qu’à ce que le mé­lange soit blanc, ce qui si­gni­fie que les fibres sont cor­rec­te­ment en­ro­bées de chaux. Ne ja­mais ra­jou­ter de l’eau, ce qui au­rait comme consé­quence de trop la­ver la chè­ne­votte de son liant, la chaux. La consis­tance de l’en­duit per­met de l’ap­pli­quer ma­nuel­le­ment. Elle peut être mo­di­fiée par un ap­port d’eau et de chaux pour une ap­pli­ca­tion pro­je­tée, mais l’en­duit est alors moins iso­lant. En ef­fet, plus il y a de chaux, moins l’en­duit est iso­lant, car moins il y a d’air.

Pour la se­conde couche de 2 à 3 cm d’épais­seur : - Ver­ser dans la bé­ton­nière 45 litres d’eau et 50 kg de chaux aé­rienne CL 90. Nor­ma­le­ment, il ne faut ja­mais ap­pli­quer un en­duit à la chaux aé­rienne de plus d’1 cm d’épais­seur, car la chaux aé­rienne a be­soin du gaz car­bo­nique de l’air pour son dur­cis­se­ment (la car­bo­na­ta­tion, le re­tour à

la pierre), mais la chè­ne­votte est conduc­trice d’air même en grosse épais­seur. Puis, in­cor­po­rer par pe­tite quan­ti­té 100 litres de chè­ne­votte ca­li­brée C005 (fibres courtes). Lais­ser tour­ner jus­qu’à ob­te­nir un mé­lange onc­tueux et ho­mo­gène.

Les quelques dé­tails qui comptent

1° Sur des murs hé­té­ro­clites et à re­liefs ac­cen­tués, il est re­com­man­dé de fixer un grillage à poule gal­va­ni­sé (la chaux at­taque l’acier) sur le­quel le dé­gros­si ac­cro­che­ra mieux.

2° La veille de la mise en oeuvre, les sup­ports se­ront mouillés au pul­vé­ri­sa­teur, opé­ra­tion à re­nou­ve­ler le len­de­main avant de com­men­cer.

3° Les deux couches s’ap­pliquent de bas en haut du mur. Un dé­lai de 2 jours mi­ni­mum est né­ces­saire entre ces deux étapes, afin qu’une pre­mière car­bo­na­ta­tion se fasse cor­rec­te­ment au coeur de l’en­duit.

3° bis Lorsque l’on com­mence la se­conde couche d’un mur, il faut la fi­nir pour évi­ter les marques de re­prise.

4° Les bois de­vront être pro­té­gés par des adhé­sifs col­lés au nu de la fi­ni­tion de l’en­duit pour évi­ter d’ar­ra­cher ce­lui-ci lors de leur dé­col­le­ment.

5° Avant d’ap­pli­quer l’en­duit en forte épais­seur contre les bois, on les larde de clous pour fa­vo­ri­ser l’ac­croche.

6° En­fin, le port de gants est obli­ga­toire ; et se pro­té­ger les yeux est plus pru­dent.

3 Pour ren­for­cer l’ac­croche de l’en­duit sur un mur de com­po­si­tion hé­té­ro­clite, fixer un grillage avec des clous ca­va­liers en acier gal­va­ni­sé.

1 Avec un mar­te­let (mar­teau du bri­que­teur), pi­que­ter le joint des pierres pour éli­mi­ner dé­pôt de ci­ment, en­duit ou ré­si­dus de plâtre.

2 Les gaines se­ront noyées dans 5 à 6 cm d’en­duit. Dans un pre­mier temps, scel­ler les boî­tiers élec­triques avec du ci­ment prompt.

5

Mouiller les sup­ports avant l’ap­pli­ca­tion est in­dis­pen­sable : la 1re fois, la veille de la mise en oeuvre; la 2de, le ma­tin même.

6

Dans la bé­ton­nière, pré­pa­rer une bar­bo­tine bien do­sée avant d’ajou­ter petit à petit, pour évi­ter la for­ma­tion de bou­lettes, la chè­ne­votte à fibres longues uti­li­sée en 1re couche.

4

Les adhé­sifs qui

pro­tègent le bois ne de­vront

pas être re­cou­verts par l’en­duit pour pou­voir être re­ti­rés. Lar­der

les bois de clous : l’en­duit y

tien­dra mieux.

12

Ap­pli­quer la 2de couche sans in­ter­rup­tion, d’un bout à l’autre du mur, pour évi­ter les marques de re­prise.

10

Pour que ces mor­ceaux de brique adhèrent ( pho­to 9), ajou­ter de la colle à plâtre (« Pré­gy­colle » ou MAP) et de l’eau dans l’en­duit.

11

At­tendre plu­sieurs jours entre les 2 couches, sans trop de cou­rant d’air. Mouiller le sup­port avec un pul­vé­ri­sa­teur avant de re­prendre le chan­tier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.