Une cu­ve­rie amé­na­gée en loft

Maison et Travaux - - Reportage - So­phie Gia­gno­ni Pho­to­graphe A. Duarte Gîte La cu­ve­rie de Ci­teaux

Près de Beaune, cette bâ­tisse aux pro­por­tions im­pres­sion­nantes, na­guère lieu de pro­duc­tion vi­ti­cole, s’est trans­for­mée en un gîte confor­table.

Le bâ­ti­ment doit son es­pace dé­cloi­son­né à son pas­sé agri­cole. Afin de res­pec­ter l’iden­ti­té du lieu, il n’a pas été di­vi­sé. Par exemple, au rez-de-chaus­sée, seules les chambres amé­na­gées dans les an­ciens ate­liers sont sé­pa­rées de la vaste pièce à vivre. Celle-ci ras­semble le sa­lon, la salle à man­ger et la cui­sine, dont la chambre prin­ci­pale n’est sé­pa­rée que par une cloi­son cou­lis­sante. Le tout sous une hau­teur de pla­fond de 4,30 m !

De­puis le XIIIe siècle, l’ab­baye de Cî­teaux pos­sé­dait de nom­breuses vignes sur le ter­ri­toire de Sa­vi­gny-lès-Beaune (Bour­gogne). A n de veiller à leur bonne cul­ture, les moines construi­sirent au XVIIe siècle cet im­pres­sion­nant bâ­ti­ment agri­cole, en­tiè­re­ment dé­vo­lu à la fa­bri­ca­tion du vin.

Du gre­nier à la cave Ache­mi­nés des vignes dans des pa­niers, les rai­sins ré­col­tés étaient his­sés dans le gre­nier pour être égrap­pés. Par de pe­tites trappes rondes mé­na­gées dans le sol, les grains étaient en­suite je­tés dans des cuves si­tuées au ni­veau du des­sous, pour y être pres­sés. Par de nou­velles trappes rondes, le pré­cieux li­quide était en­suite di­ri­gé vers la cave, où il était mis en fûts et conser­vé. Toutes les ou­ver­tures se re­grou­paient sur la fa­çade nord-est, tour­née vers la rue, tan­dis que les pi­gnons et la fa­çade su­douest étaient aveugles. Les vo­lumes in­té­rieurs étaient to­ta­le­ment dé­cloi­son­nés au gre­nier et dans la cave, alors que le

rez-de-chaus­sée abri­tait des ate­liers à l’une de ses ex­tré­mi­tés, que pro­lon­geaient des ap­pen­tis ados­sés à la fa­çade sud-ouest sans fe­nêtre. Sous cette confi­gu­ra­tion, des­ti­née à ces fonc­tions, cette cu­ve­rie fonc­tion­na jus­qu’en 2006.

Mé­moire vive

Hé­ri­tiers de la cu­ve­rie, les nou­veaux pro­prié­taires sou­hai­taient ne pas trans­for­mer sa phy­sio­no­mie de fa­çon ra­di­cale, mais au contraire in­ter­ve­nir de la ma­nière la plus lé­gère pos­sible, en consi­dé­rant qu’un jour, peut-être, la cu­ve­rie se­rait ap­pe­lée à re­trou­ver ses fonc­tions ori­gi­nelles. Pas ques­tion donc, par exemple, de cloi­son­ner l’es­pace, ni de faire dis­pa­raître les trappes de cir­cu­la­tion entre les étages. Ni de dé­po­ser le ma­gni­fique pa­ve­ment du sol en pierres de Bour­gogne. Leur pro­jet s’est ain­si très vite orien­té vers un amé­na­ge­ment de type loft, sans nou­velles cloi­sons. Cui­sine, sa­lon, salle à man­ger co­ha­bitent avec une suite pa­ren­tale

Face au ca­na­pé, cette nou­velle ou­ver­ture donne ac­cès à l’ar­rière du bâ­ti­ment et éclaire le sa­lon. Elle consti­tue une ré­plique mo­derne de la porte char­re­tière d’ori­gine qui lui fait face. Le sol, res­té tel quel, est en pierres de Bour­gogne. En­fin, d’an­ciens ton­neaux évoquent le pas­sé du lieu.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.