Une ré­plique re­cou­verte de bois brû­lé

Si­tuée dans le dé­par­te­ment du Mor­bi­han, cette mai­son de va­cances s’est vue ad­joindre une ex­ten­sion re­cou­verte d’un bar­dage en bois brû­lé. Une réa­li­sa­tion ori­gi­nale et réus­sie qui a re­çu le prix Ar­chi­tec­ture de Bre­tagne en 2012.

Maison et Travaux - - Dossier - Pho­to­graphe Thi­bault Mon­ta­mat Ar­chi­tectes MAD ar­chi­tec­ture + NeM ar­chi­tectes

S ise entre le parc de Brière et le golfe du Mor­bi­han, dans un sec­teur pro­té­gé au titre des Mo­nu­ments his­to­riques, cette mai­son de va­cances construite en bé­ton à la fin des an­nées 70 a tra­ver­sé quatre dé­cen­nies sans su­bir la moindre mo­di­fi­ca­tion. Ce n’est qu’à la fin des an­nées 2010 que ses pro­prié­taires ont sou­hai­té l’agran­dir tout en lui conser­vant son charme désuet. Un épi­neux di­lemme ré­so­lu par les ar­chi­tectes qui ont su sa­tis­faire à cette de­mande dont la contra­dic­tion n’exis­tait qu’en ap­pa­rence.

Une ré­plique à l’iden­tique

Il s’agis­sait donc d’aug­men­ter la sur­face de la mai­son sans tou­cher à l’exis­tant. Une dif­fi­cul­té à la­quelle s’ajou­taient un bud­get ser­ré de 35 000 € et un dia­logue im­pé­ra­tif avec l’ar­chi­tecte des Mo­nu­ments his­to­riques. Ce der­nier exi­geait no­tam­ment que la vo­lu­mé­trie et la forme de l’ex­ten­sion soient sem­blables aux construc­tions en­vi­ron­nantes. S’en te­nir à l’es­sen­tiel, prendre le ca­hier des charges au pied de la lettre, telle fut la dé­marche ob­ser­vée par les ar­chi­tectes

Chambre es­ti­vale

Dé­co­ra­tion choi­sie

En ce qui concerne la dé­co­ra­tion, les pro­prié­taires n’ont pas vou­lu re­pro­duire l’am­biance ré­so­lu­ment 70 (pa­pier peint fleu­ri et meubles en for­mi­ca) de la mai­son Des­ti­née aux va­cances, la mai­son n’est ou­verte qu’à la belle sai­son. As­si­gnée à re­ce­voir les in­vi­tés de la fa­mille, l’ex­ten­sion se­ra uti­li­sée un peu moins long­temps en­core. Par­tant du constat de cet em­ploi uni­que­ment es­ti­val, les ar­chi­tectes ont op­té pour une iso­la­tion mi­ni­mum : de la laine de roche entre les mon­tants de l’os­sa­ture bois et sous le bar­dage de la toi­ture. Les vi­trages mis en oeuvre sont simples, com­plé­tés par des vo­lets cou­lis­sants qui ferment la mai­son en hi­ver. En­fin, un ra­dia­teur élec­trique as­sure le confort ther­mique pour les quelques rares soi­rées fraîches de l’été.

pour dé­mê­ler ce noeud de contraintes. Leurs maîtres d’ou­vrage étant at­ta­chés à l’ap­pa­rence de leur mai­son, ils leur pro­posent, plu­tôt que de la mo­di­fier, d’en cons­truire une deuxième, iden­tique mais plus pe­tite. Une sorte de ré­plique ho­mo­thé­tique qui ne s’adosse ni ne s’ac­cole au mo­dèle ori­gi­nal, mais se dresse à quelque dis­tance de lui, en s’y ac­cro­chant par un seul point. Ce choix a per­mis de dis­so­cier clai­re­ment les usages, l’ex­ten­sion étant ré­ser­vée à l’hé­ber­ge­ment des in­vi­tés, mais aus­si de res­pec­ter les contraintes bud­gé­taires des pro­prié­taires. En ef­fet, l’ab­sence de mo­di­fi­ca­tion des fa­çades exis­tantes est une op­tion très éco­no­mique.

25

m2 sur­face ga­gnée

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.