Chau­dière à conden­sa­tion

L’ins­tal­la­tion d’une chau­dière de der­nière gé­né­ra­tion per­met de réa­li­ser jus­qu’à 30 % d’éco­no­mie sur votre fac­ture de chauf­fage. Elle fonc­tionne au fioul ou au pro­pane et né­ces­site le plus sou­vent un sto­ckage sé­cu­ri­sé.

Maison et Travaux - - Guide Confort -

É qui­pe­ment de chauf­fage simple et éprou­vé, d’un ex­cellent rap­port qua­li­té/prix, la chau­dière à conden­sa­tion peut être ali­men­tée au pro­pane (un gaz de pé­trole li­qué­fié) ou au fioul. Le sys­tème de com­bus­tion dif­fère lé­gè­re­ment mais les ca­rac­té­ris­tiques, per­for­mances et prix sont les mêmes pour l’uti­li­sa­teur. Le ren­de­ment d’une chau­dière à conden­sa­tion at­teint sou­vent 109 %. Il est lé­gè­re­ment in­fé­rieur pour les chau­dières à conden­sa­tion fioul ( jus­qu’à 106 %), par ailleurs lé­gè­re­ment plus chères à l’achat.

At­ten­tion aux brû­leurs et aux émet­teurs

Jus­qu’ici ré­ser­vés aux chau­dières à gaz, les brû­leurs mo­du­lants équipent dé­sor­mais un grand nombre de chau­dières à conden­sa­tion fioul. Le brû­leur s’ajuste en per­ma­nence aux be­soins réels de cha­leur : les cycles de fonc­tion­ne­ment sont plus longs, les ren­de­ments meilleurs et les émis­sions pol­luantes ré­duites. Il faut pré­fé­rer ces brû­leurs mo­du­lants aux brû­leurs une ou deux al­lures. Les brû­leurs par flamme froide va­rient quant à eux de 25 à 100 % et peuvent at­teindre une puis­sance mi­ni­male al­lant jus­qu’à 3 kW, idéale pour les be­soins de chauf­fage plus faibles des mai­sons mieux iso­lées. Ces deux gé­né­ra­teurs (gaz ou fioul) peuvent bien sûr fonc­tion­ner avec les mêmes émet­teurs : ra­dia­teurs et/ou plan­cher chauf­fant. La chau­dière se­ra d’au­tant plus ef­fi­cace qu’elle fonc­tion­ne­ra en mode conden­sa­tion. Pour ce­la, la tem­pé­ra­ture de re­tour de l’eau du cir­cuit de chauf­fage doit être in­fé­rieure à une cer­taine tem­pé­ra­ture (la tem­pé­ra­ture du point de ro­sée du fioul ou du gaz, aux alen­tours de 50 °C). Ce­la im­plique que l’ins­tal­la­tion de chauf­fage com­porte, dans le cas d’une ins­tal­la­tion an­cienne, des ra­dia­teurs sur­di­men­sion­nés (c’est gé­né­ra­le­ment le cas). Dans le cas d’une ins­tal­la­tion nou­velle, un plan­cher chauf­fant ou des ra­dia­teurs basse tem­pé­ra­ture se­ront pré­fé­rables.

Ap­pro­vi­sion­ne­ment et sto­ckage

Le sto­ckage consti­tue l’un des points clés de l’ins­tal­la­tion. Pour le fioul, il existe de nom­breuses confi­gu­ra­tions pos­sibles en fonc­tion no­tam­ment du type de ré­ser­voir (acier, ma­tières plas­tiques….) et de l’im­plan­ta­tion (en­foui, en plein air, dans la mai­son…). Les règles tech­niques et de sé­cu­ri­té sont fixées par un ar­rê­té du 1er juillet 2004. L’achat de la ci­terne (pas de lo­ca­tion pos­sible) est à votre charge. Le pro­pane peut quant à lui être sto­cké en ci­terne ou, dans cer­tains cas, être li­vré en ré­seau. Le sto­ckage est alors réa­li­sé à l’échelle de la com­mune et chaque mai­son dis­pose d’un comp­teur. Si vous ré­si­dez dans une com­mune où existe un ré­seau de pro­pane en dé­lé­ga­tion de ser­vice pu­blic, il ne faut pas hé­si­ter : «On bé­né­fi­cie alors d’une ré­par­ti­tion pour l’en­semble de

la com­mune des coûts de li­vrai­son, de mise en place de la ci­terne et du ré­seau. Avec un coût entre 7 et 9 cen­times d’eu­ros/kWh, le pro­pane en ré­seau est moins cher que le oul (entre 9 et 10 cen­times), et proche du

gaz na­tu­rel (entre 7 et 8 cen­times d’eu­ros) » , ex­plique Joël Pe­des­sac, di­rec­teur gé­né­ral du Co­mi­té fran­çais Bu­tane Pro­pane. Il existe éga­le­ment des mi­ni-ré­seaux, le plus sou­vent à l’échelle d’une co­pro­prié­té. Le ta­rif est alors moins in­té­res­sant qu’avec un ré­seau, mais plus in­té­res­sant qu’en ci­terne. Dans le cas où au­cun ré­seau n’est dis­po­nible, vous pou­vez choi­sir un dis­tri­bu­teur de pro­pane qui vous four­ni­ra la ci­terne. Seul im­pé­ra­tif : dis­po­ser d’un es­pace ex­té­rieur (100 m2 su sent) car, con­trai­re­ment au oul, il est in­ter­dit d’ins­tal­ler une ci­terne de pro­pane dans la mai­son ni même dans un en­droit cou­vert (ap­pen­tis, par exemple). La ci­terne (2,5 m sur 1 m de dia­mètre) peut être en­ter­rée ou lais­sée en plein air. Vous pou­vez ache­ter la ci­terne, bien sûr, mais aus­si la louer au four­nis­seur de pro­pane. Comme pour le gaz, on paie en­suite un abon­ne­ment men­suel pour la lo­ca­tion du comp­teur (20 à 30 eu­ros) et le pro­pane consom­mé. « Le coût du pro­pane en ci­terne est plus éle­vé (en­vi­ron 12 cen­times d’eu­ros/ kWh) que le oul, mais moins cher que l’élec­tri­ci­té »

com­plète Joël Pe­des­sac.

1

3

2

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.