Un jar­din de bulbes pour co­lo­rer le prin­temps

L’au­tomne est le mo­ment ap­pro­prié pour plan­ter les bulbes de prin­temps. Le ré­sul­tat, vi­sible des mois plus tard, né­ces­site d’an­ti­ci­per les com­po­si­tions.

Maison et Travaux - - Jardin -

L e ré­veil du jar­din au prin­temps s’or­ga­nise dès l’au­tomne pré­cé­dent. Tout jar­di­nier doit in­té­grer ce e maxime, en par­ti­cu­lier pour les bulbes de prin­temps. Car, même s’ils se conservent bien hors de terre, au frais et dans le noir, les plan­ter au prin­temps ne leur lais­se­rait pas as­sez de temps pour pro­duire les ra­cines su santes pour ga­ran­tir une belle orai­son. Ils doivent donc pas­ser l’hi­ver en terre a n que le froid in­hibe leur crois­sance jus­qu’à l’ar­ri­vée des tem­pé­ra­tures plus clé­mentes. Il leur faut une sai­son froide au jar­din a n d’être prêts à le co­lo­rer. La di culté pour le jar­di­nier ré­side alors dans le choix des em­pla­ce­ments, en ima­gi­nant l’ef­fet sup­po­sé quand les bulbes sor­ti­ront de terre cinq à six mois plus tard.

Com­po­ser son dé­cor

Par­se­mer le jar­din de bulbes de­mande de dé­ter­mi­ner des zones pri­vi­lé­giées. Les mas­sifs de plantes vi­vaces perme ent de belles as­so­cia­tions, et mas­que­ront de leur feuillage ce­lui étri des bulbes une fois la orai­son pas­sée. Ce der­nier aide le bulbe à re­cons­ti­tuer ses ré­serves, il ne doit donc pas être cou­pé avant d’être jaune. Pour ce e rai­son, les bulbes pré­coces ins­tal­lés dans la pe­louse se­ront dis­po­sés da­van­tage sur les bor­dures, a n de re­prendre les tontes au centre en les lais­sant tran­quilles un peu plus long­temps. Les pe­tites tu­lipes bo­ta­niques sont idéales dans ce contexte. Les mas­sifs d’ar­bustes nains ou taillés donnent aus­si l’oc­ca­sion d’in­sé­rer des bulbes qui égaye­ront la ver­dure de leurs cou­leurs. L’ail dé­co­ra­tif est en vogue pour cet usage, au­tant que les nar­cisses et tu­lipes. Pour les ama­teurs d’iris, les es­pèces bul­beuses (Iris hol­lan­di­ca) se na­tu­ra­lisent fa­ci­le­ment dans ce cas. En bor­dures om­bra­gées et sous les arbres, le mus­ca­ri se dé­ve­loppe ra­pi­de­ment, c’est le plus vi­gou­reux avec les cro­cus.

Une plan­ta­tion or­ga­ni­sée

À l’achat, les bulbes les plus gros at­tirent l’oeil, mais leur taille n’o re pas la ga­ran­tie d’une belle orai­son. Il faut d’abord vé­ri er leur état : un as­pect sain, sans tache, sans trou et sans par­ties molles au­gure la réus­site. Quand on choi­sit de les ac­qué­rir en ma­ga­sin, on s’aper­çoit qu’ils ar­rivent très tôt dans les rayons, par­fois dès la n sep­tembre. Mieux vaut alors les ache­ter ra­pi­de­ment et les conser­ver chez soi au frais, dans un ca­ba­non de jar­din ou à la cave, a n qu’ils ne germent pas pré­ma­tu­ré­ment. La plan­ta­tion s’éche­lonne de la mi-oc­tobre à la n no­vembre. L’aide d’un plan­toir à bulbes s’avère pré­cieux car il est conçu pour re­ti­rer une ca­ro e de terre que l’on re­met di­rec­te­ment au-des­sus du bulbe plan­té. Le geste est simple et ra­pide. La seule di culté se­ra de trou­ver le sens de cer­tains oi­gnons, pour les pla­cer la tête en haut ! Ils n’ont e ec­ti­ve­ment pas tous une pe­tite pointe re­pé­rable. Mais les bour­geons ra­ci­naires se voient as­sez bien en gé­né­ral.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.