Le Lan­gue­doc au pied du pic Saint-Loup

Au nord de Mont­pel­lier, le pic Saint-Loup dresse sa ma­jes­tueuse sil­houette haute de 658 mètres. Les vil­lages qui l'en­tourent, im­plan­tés sur un ter­ri­toire de gar­rigues et de vi­gnobles, abritent des ves­tiges mé­dié­vaux re­mar­quables ou brillent par leur ar­chi

Maison et Travaux - - La Maison - So­phie Gia­gno­ni Pho­to­graphe An­to­nio Duarte

Dans ce ter­ri­toire long­temps dé­vo­lu à une éco­no­mie liée à l'agri­cul­ture, la syl­vi­cul­ture et l'éle­vage, l’ha­bi­tat co­existe sous des formes grou­pées et iso­lées. Grou­pé, il s’est dé­ve­lop­pé sur des es­paces res­treints a n d’éco­no­mi­ser les terres culti­vables. Au XIVe siècle, il s’est re­tran­ché der­rière des pa­lis­sades, puis au XVe siècle, pen­dant la guerre de Cent Ans, der­rière des rem­parts. Jus­qu’au XVIIe siècle, il gran­dit der­rière ceux-ci, né­ces­sai­re­ment en hau­teur. Une phy­sio­no­mie que l'on re­trouve au­jourd'hui avec la forme étroite et al­lon­gée des mai­sons de vil­lages où co­exis­taient toutes les classes so­ciales avec leurs construc­tions propres. Dans les plaines et les gar­rigues, l’ha­bi­tat iso­lé ap­pa­raît sous la forme de mas, des an­ciennes mé­tai­ries ori­gi­nel­le­ment des­ti­nées à as­su­rer une vie en au­tar­cie.

Dans la val­lée de la Buèges, cer­née de gar­rigues, SaintJean-de-Buèges conserve une phy­sio­no­mie hé­ri­tée de ses

ori­gines mé­dié­vales. Grou­pées aux pieds d’une église

ro­mane et d’un châ­teau fort, les mai­sons du vil­lage ar­borent

de belles fa­çades de pierre per­cées de portes ar­ron­dies et

d’étroites fe­nêtres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.