De l’éle­vage à la vigne

Des siècles d’ar­chi­tec­ture ru­rale

Maison et Travaux - - La Maison Dans -

Ré­pu­tée au­jourd’hui pour son vignoble, ce e ré­gion de gar­rigues a long­temps connu une éco­no­mie ba­sée sur l’agri­cul­ture, la syl­vi­cul­ture et l'éle­vage. Les hommes, outre les cultures vi­vrières, culti­vaient éga­le­ment un peu de chanvre et de sa­fran. Ce n'est qu'au XVIIIe siècle que la cul­ture de la vigne y de­vint im­por­tante. La vie s'or­ga­ni­sait alors au­tour du mas dont la construc­tion re­monte quel­que­fois au Moyen-Âge. Ces bâ­tisses im­po­santes, construites en hau­teur, ac­cueillaient les ani­maux au rez-de-chaus­sée tan­dis que les étages étaient dé­vo­lus à l’ha­bi­ta­tion. Sou­vent très simples, leur sin­gu­la­ri­té tient à la pré­sence d’un es­ca­lier ex­té­rieur en pierre condui­sant à un porche cou­vert sur­éle­vé.

Une vie en au­tar­cie

Au­tour du mas, pre­naient place de vastes bâ­ti­ments d’ex­ploi­ta­tion et no­tam­ment la ber­ge­rie, puis plus tard, les chais. Tout y était conçu pour vivre en au­tar­cie. Ces en­sembles ap­par­te­naient his­to­ri­que­ment à des nobles, des bour­geois ou des re­li­gieux, mais étaient ex­ploi­tés par des pay­sans. Les nobles vi­vaient à Mont­pel­lier ou dans des châ­teaux, comme ce­lui de Baulx à SaintJean-de-Buèges. Les bour­geois ré­si­daient dans les vil­lages, où ils oc­cu­paient des charges, comme celles de consul, de vi­guier (ma­gis­trat), ou de chi­rur­gien, par exemple. Ori­gi­nel­le­ment re­tran­chés der­rière des mu­railles, dont ils com­mencent à sor­tir dès les XVIe siècle, et qu’ils dé­bordent to­ta­le­ment à par­tir du XVIIe siècle, les vil­lages sont cons­ti­tués de mai­son dites po­ly­va­lentes. En hau­teur, celles-ci abritent

SYL­VIE L’HOS­TIS, res­pon­sable des édi­tions de l’of­fice de tou­risme du Grand Pic Saint-Loup

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.