Ter­rasses en pierre re­cons­ti­tuée

Ces lames en pierre re­cons­ti­tuée, fa­çon bois brut, en ter­rasse et au­tour de la pis­cine se fondent avec dis­cré­tion dans un en­vi­ron­ne­ment na­tu­rel.

Maison et Travaux - - Sommaire - Pho­tos : Or­sol.

En Nou­velle Aqui­taine, les pro­prié­taires de cette mai­son agré­men­tée d’une gé­né­reuse pis­cine ont d’abord dé­ci­dé de ré­no­ver leur ter­rasse avec du bois. Mais l’en­tre­tien et l’al­té­ra­tion de la cou­leur les en ont dis­sua­dés. Ayant dé­jà es­suyé les plâtres d’un ex­té­rieur consti­tué de lames bois com­po­sites à la piètre qua­li­té, ils ont op­té pour un dal­lage en pierre re­cons­ti­tuée. Tein­tée dans la masse pour des coupes in­vi­sibles, sa fi­ni­tion réa­liste re­pro­duit la sen­sa­tion de tou­cher na­tu­rel du bois vieilli. Elle les a im­mé­dia­te­ment convain­cus. La ga­ran­tie de la sta­bi­li­té de la cou­leur et l’épais­seur du ma­té­riau de 35 mm – qui donne un sen­ti­ment de ro­bus­tesse –, créant une re­tom­bée élé­gante cô­té pis­cine, ont fi­ni de les dé­ci­der.

Ligne com­plète pour ter­rasse et pis­cine

Ces lames de 1 000 x 200 mm ne se contentent pas de re­pro­duire l’as­pect du bois, elles offrent des vei­nages mar­qués à cra­que­lés. Ils ont été vieillis pour don­ner un as­pect plus chêne brun. Cette pierre re­cons­ti­tuée se fond ain­si dans le dé­cor de vé­gé­ta­tion sau­vage qui en­toure la mai­son. Pro­po­sées dans un es­prit ma­drier, conformes à toutes les normes né­ces­saires pour un usage en ex­té­rieur (au gel, à l’usure, à la dé­gra­da­tion des cou­leurs, aux tâches acides ou en­core à la glis­sance), ces lames se dé­clinent en dal­lage, mais éga­le­ment en une ligne de mar­gelles angles en­trant et sor­tant qui ont ha­billé les abords de la pis­cine. Une ter­rasse au ca­rac­tère trem­pé dans le bois, vi­brante de na­tu­rel.

Des qualités po­ly­morphes

Fa­bri­quée de ma­nière in­dus­trielle, la pierre re­cons­ti­tuée est un mé­lange des gra­nu­lats de pierre, de sable, de liants et d’ad­ju­vants spé­ci­fiques. Moins chère que la pierre na­tu­relle qu’il faut ex­traire et fa­çon­ner, son ap­pli­ca­tion s’est ré­pan­due. D’au­tant que, tein­tée dans la masse, elle re­vêt de nom­breux as­pects : pierre cal­caire, ar­doise ou, en­core, bois. Elle pos­sède d’autres avan­tages : elle se dé­cline en mar­gelles, pi­liers, ba­lus­trades, et autres amé­na­ge­ments de l’out­door. Comme le car­re­lage, la pierre re­cons­ti­tuée peut être mise en oeuvre dans un mor­tier de scel­le­ment. Mais il vaut mieux op­ter pour une pose col­lée – avec natte de drai­nage pour éva­cuer l’eau, double en­col­lage et joint souple, im­pé­ra­tifs – sur chape en bé­ton sèche. Autre pos­si­bi­li­té, quand la dalle de sup­port en bé­ton vient à man­quer : la pose sur lit de sable. Simple à réa­li­ser, elle né­ces­site, ce­pen­dant, de dé­cais­ser le ter­rain de 10 cm pour les sols peu dé­for­mables et de 30 cm pour les sols

fins ou ar­gi­leux. Il faut aus­si in­té­grer l’épais­seur du dal­lage. Pré­voir, alors, une nappe géo­tex­tile, un tout-ve­nant ou un drai­nage du lit de pose, si le sol est im­per­méable. Puis, le lit de sable sec est réa­li­sé. La pose des dalles s’ef­fec­tue par des mou­ve­ments de va-et-vient pour chas­ser les vides d’air, en lais­sant un joint entre lames de 5 à 10 mm. Une mise en oeuvre ra­pide à pros­crire sur les dal­lages d’épais­seur in­fé­rieure à 35 mm, ou avec mar­gelles de pis­cine et marches d’es­ca­lier

PIERRA.

4. Es­prit in­dus­triel pour ces dalles pro­po­sées en trois teintes et deux épais­seurs : 25 ou 35 mm. Pour ha­biller les ter­rasses, plages de pis­cines ou al­lées de jar­din. Di­men­sions : 750 x 450 mm. 35 € le m2. Ghi­sa.

OR­SOL.

1. Les grands for­mats sont ten­dance. Cette lame en pierre re­cons­ti­tuée af­fiche des di­men­sions gé­né­reuses. Ma­de­ra.

2. Les mar­gelles de 35 mm d’épais­seur as­sor­ties au dal­lage ha­billent la pis­cine pour un es­pace out­door uni­forme jus­qu’aux abords de l’eau. Tein­té dans la masse, ce dal­lage re­pro­duit à s’y mé­prendre l’as­pect na­tu­rel du chêne vei­nage vieilli jus­qu’à son tou­cher.

DA­NIEL MOQUET.

7. Li­ber­té des lignes grâce à ces pa­vés qui rap­pellent la pierre brute. Leur as­pect bos­se­lé ap­porte une touche de na­tu­rel tout en ré­sis­tant à tous les as­sauts. 39 € le m2. Pa­vé La Cou­ture.

COSENTINO

3. Cette sur­face ul­tra­com­pacte à base de cé­ra­mique, de verre et de quartz s’ins­pire des pierres na­tu­relles. Non po­reuse, ré­sis­tante aux taches, aux rayures, à l’abra­sion... elle est un al­lié idéal des ter­rasses fa­ciles à en­tre­te­nir. 450 € du mètre li­néaire. Dek­ton Da­nae.

OR­SOL.

5. Ce dal­lage re­pro­duit des pierres cal­caires vieillies. Pour ob­te­nir un ef­fet na­tu­rel, cette pierre re­cons­ti­tuée tein­tée dans la masse al­terne les gammes de nuances. 50,70 € le m2. Oda­lis.

BRADSTONE.

6. Taille XXL et al­lure contem­po­raine pour cette dalle pa­rée de teintes gri­sées. Son grain fin et sa sur­face lé­gè­re­ment tra­vaillée ap­portent de la lu­mi­no­si­té. Di­men­sions : 1 000 x 800 mm ; ép. : 35 mm. 66 € le m2. New York.

NEXTÉRIA.

8. Grâce à son épais­seur de 63 mm, cette dalle as­pect bé­ton couvre ter­rasses, al­lées pié­tonnes et voies car­ros­sables. Di­men­sions : 300 x 300 mm ; 300 x 150 mm ; 300 x 450 mm. 33,50 € le m2. Dalle Gi­ronde.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.