Ter­rasses

Ter­rasses bois

Maison et Travaux - - Sommaire - Pho­tos Jé­rôme Ga­nio­vec­chio­li­no pour Sil­ver­wood.

Deux ma­té­riaux de ca­rac­tère – la pierre na­tu­relle ré­gio­nale et un bar­dage bois – se par­ta­geaient la fa­çade. Lorsque les pro­prié­taires ont en­vi­sa­gé de ré­no­ver leur ter­rasse, ils ont lo­gi­que­ment choi­si le bois. Consi­dé­rée comme une conti­nui­té de la mai­son, la ter­rasse a été conçue pour pro­fi­ter du jar­din. Elle a donc été scin­dée en deux par­ties. Un pre­mier es­pace cou­vert de 3,90 x 3,80 m se trans­forme en coin co­sy avec vue sur le jar­din à l’abri des cha­leurs ou des in­tem­pé­ries. La se­conde ter­rasse af­fiche de grandes di­men­sions : 7,6 x 3 m. Le choix de lames de bois trouve ain­si toute sa co­hé­rence, car elles créent une uni­té entre les deux ter­rasses.

Une es­sence pé­renne

Mais il a fal­lu rompre avec la sen­sa­tion de lon­gueur in­duite par ce for­mat grâce à une mise en oeuvre exempte de coupes, aux fixa­tions ali­gnées au cor­deau. Du coup, un soin par­ti­cu­lier a été ap­por­té au sens de pose. L’ins­tal­la­tion des lames de ma­nière per­pen­di­cu­laire à la fa­çade de la mai­son at­té­nue les lignes fuyantes et ap­porte de la pro­fon­deur. Une pente douce a éga­le­ment été pré­vue afin de fa­vo­ri­ser l’écou­le­ment de l’eau. Les pro­prié­taires de cette lon­gère ont en­fin op­té pour une es­sence spé­ci­fique : le pin rouge du Nord. Ils sou­hai­taient lais­ser vivre cette ma­tière brute, ame­née à se pa­ti­ner avec le temps pour adop­ter des teintes de gris plus claires. Pour que ce bois ré­si­neux ré­siste aux aléas mé­téo­ro­lo­giques, les lames, comme les lam­bourdes en sous-face, sont pré­ser­vées en au­to­clave classe 4. Pin, ipé, mé­lèze, dou­glas : le choix des es­sences pour une ter­rasse en bois est vaste. Au-de­là de la di­men­sion es­thé­tique, trou­ver la plus adap­tée, reste la pre­mière ques­tion à se po­ser. Au­jourd’hui, les bois ré­si­neux – pin syl­vestre en tête – couvrent gé­né­reu­se­ment les ter­rasses, bien ai­dés par un rap­port qua­li­té/prix avan­ta­geux. Ils concur­rencent les bois exo­tiques lea­ders de la ré­sis­tance aux in­tem­pé­ries ; mais ces der­niers peuvent po­ser un pro­blème d’ap­pro­vi­sion­ne­ment. Et ne plus vrai­ment faire ri­mer bois avec éco­lo­gie. Alors, si on veut du green en out­door, on vé­ri­fie que les bois choi­sis sont es­tam­pillés FSC ou PEFC, deux la­bels qui cer­ti­fient l’ori­gine du bois. En outre, les lames de ter­rasse ain­si que les lam­bourdes doivent être com­pa­tibles classe d’em­ploi 4. Cette der­nière ga­ran­tit que le bois va ré­sis­ter à l’eau.

Lam­bourde ou plots ré­glables

Cô­té pose, c’est le sup­port qui reste dé­ter­mi­nant. S’il est dur – dalle bé­ton, an­cien dal­lage ou car­re­lage – et que la hau­teur

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.