Une ferme trans­fi­gu­rée

Des vo­lumes re­vi­si­tés

Maison et Travaux - - Sommaire -

C’est dans un pe­tit vil­lage vos­gien de 300 âmes que Ga­brielle choi­sit de réa­li­ser un pro­jet qui lui est cher : amé­na­ger une vieille bâ­tisse en ha­bi­ta­tion confor­table pour re­ce­voir les voya­geurs et vi­si­teurs de la ré­gion. L’édi­fice date de 1920, une pé­riode de re­cons­truc­tion qui a sui­vi les bom­bar­de­ments des­truc­teurs de la Pre­mière Guerre mon­diale. La ré­no­va­tion concerne la grange, l’écu­rie, la cour in­té­rieure et les es­paces ex­té­rieurs, lais­sant pour l’ins­tant de cô­té le lo­ge­ment prin­ci­pal. Le bâ­ti­ment est sain. La char­pente et les poutres en bon état sont ren­for­cées ; la toi­ture est à re­faire et les pièces n’ayant ja­mais été ha­bi­tées, il faut pen­ser en­tiè­re­ment l’iso­la­tion, l’ou­ver­ture de fe­nêtres, le rem­pla­ce­ment des plan­chers et la créa­tion des ré­seaux d’ali­men­ta­tion en eau, en élec­tri­ci­té et d’as­sai­nis­se­ment.

Le temps du chan­tier

Pour réa­li­ser ces amé­na­ge­ments, la pro­prié­taire fait ap­pel à l’ar­chi­tecte Ch­ris­tian Vincent. Elle lui fait part de sa vo­lon­té

de conser­ver la struc­ture en bois ap­pa­rente pour pré­ser­ver l’au­then­ti­ci­té du lieu. Les poutres abî­mées par les vers sont ra­bo­tées : un ver­mi­fuge est in­jec­té dans des trous per­cés tous les 20 cm ; ils sont en­suite re­fer­més à l’aide d’un bou­chon de bois. La composition des plan­chers des étages, trop faible pour sup­por­ter des charges d’un usage do­mes­tique, est mo­di­fiée : elle est dé­sor­mais com­po­sée de so­lives pour conso­li­der, d’un pre­mier plan­cher, d’une épais­seur de laine de verre, puis de planches d’OSB vi­tri­fiés. La toi­ture de la cour in­té­rieure est par­tiel­le­ment dé­po­sée et une par­tie du sol est dé­cais­sée pour rat­tra­per le ni­veau de l’en­trée. Dans la mai­son, une dalle de bé­ton est cou­lée au rez-de-chaus­sée ; elle re­ce­vra les ser­pen­tins du chauf­fage au sol re­cou­vert d’une se­conde chape. Les murs ex­té­rieurs sont en­tiè­re­ment dé­cré­pis pour ré­vé­ler les pierres et un en­duit à la chaux leur donne cette teinte lé­gè­re­ment ocre. Les cadres des ou­ver­tures sont ci­men­tés et les fe­nêtres rem­pla­cées par des baies aux me­nui­se­ries aluminium. Réa­li­sées sur me­sure par un ar­ti­san fer­ron­nier lo­cal, Jean-Luc Mel­lé, à Aze­railles, elles re­çoivent un double-vi­trage.

La pro­messe d’un gîte

Der­rière une grande porte de bois, la cour pré­serve l’in­ti­mi­té des hôtes, ins­tal­lés à leur aise dans un jar­din abri­té des

Un mé­lange sub­til de mo­bi­lier tra­di­tion­nel et contem­po­rain ha­bille les pré­cieux vo­lumes de la grange

re­gards et des in­tem­pé­ries. Un grand mur- ri­deau prolonge le sé­jour sur cet es­pace ex­té­rieur. La dis­tri­bu­tion du gîte pro­fite des vo­lumes aty­piques de la grange et de l’écu­rie. Les dif­fé­rences de ni­veaux sou­lignent la dis­tinc­tion et la ré­par­ti­tion des pièces. La cui­sine (Cui­si­nel­la) trouve sa place sous un pla­fond bas, à l’en­droit au­tre­fois ré­ser­vé au bé­tail. Le sa­lon et la salle à man­ger res­pirent sous une double hau­teur gé­né­reuse, sur­plom­bée d’une mez­za­nine que dis­si­mule un bar­dage de bois à claire-voie ; il laisse cir­cu­ler la lu­mière na­tu­relle. À l’étage, deux chambres sont créées. Elles sont re­liées par une boîte rouge qui ren­ferme deux salles de bains. Sous les combles, la salle de pro­jec­tion, comme une boîte ni­chée dans la char­pente exis­tante, s’isole der­rière une pa­roi de po­ly­car­bo­nate et ses me­nui­se­ries en bois sur me­sure.

Confort élec­trique, cha­leur douce et dis­si­mu­lée

Avec des murs de pierre très épais et une bonne iso­la­tion in­té­rieure en laine de verre ( 2 x 100 mm), le confort ther­mique est lar­ge­ment as­su­ré par l’ins­tal­la­tion d’ap­pa­reils élec­triques dans toute la mai­son. Pas de ra­dia­teur ap­pa­rent,

Grâce aux plan­chers ap­parents, le charme est res­té in­tact

La fa­çade de la grange ré­no­vée se dis­tingue des autres construc­tions du vil­lage. Les pierres sèches sont dé­voi­lées, re­cou­vertes d’un ba­di­geon de chaux qui pro­tège le ma­té­riau tout en ré­vé­lant ses teintes va­riées et ses ir­ré­gu­la­ri­tés.

1

1. Les ma­té­riaux d’ori­gine sont res­pec­tés : la brique est mise à nu, les élé­ments de struc­ture et de char­pente par­ti­cipent à l’am­biance au­then­tique du gîte. 2. La cour in­té­rieure pro­fite des ca­rac­té­ris­tiques des dif­fé­rents ni­veaux : en­so­leillé, abri­té, ex­po­sé, iso­lé, pour of­frir de nom­breux coins dé­diés à la dé­tente.

3. L’abon­dance de bois dans la ré­gion et le confort qu’ap­porte un feu de che­mi­née en hi­ver font de l’in­sert (Stûv, 21/85 DF avec sor­tie D250) le vé­ri­table coeur de la mai­son.

2

1

1. La mez­za­nine qui sur­plombe le sa­lon forme un es­pace in­ter­mé­diaire entre les pièces de jour et de nuit. 2. Un es­ca­lier de bé­ton ci­ré dis­tri­bue les vo­lumes hauts consa­crés aux chambres et aux salles de bains.

3. La ré­par­ti­tion pro­fite des dif­fé­rences de ni­veaux d’ori­gine : le sa­lon se trouve en contre­bas, la mez­za­nine forme un pre­mier pa­lier, et la salle de pro­jec­tion est comme une boîte sus­pen­due à la char­pente. 2

1

3

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.