1 De l’ha­bi­ta­tion à la grange, un ha­bi­tat re­nou­ve­lé

Maison et Travaux - - La Maison Dans Sa Région -

« Petites, bis­cor­nues, sombres, mo­destes... » Au­tant d’ad­jec­tifs qu’em­ploie l’ar­chi­tecte Gé­rard Ba­tal­la pour don­ner à sai­sir les ca­rac­té­ris­tiques ty­piques des mai­sons de vil­lage cham­pe­noises. Celle-ci n’échap­pait pas à la règle. Ses pro­prié­taires lui ont confié la mis­sion de l’agran­dir en lui ap­por­tant un maxi­mum de lu­mière.

P lu­tôt que de re­ma­nier la mai­son exis­tante, étroit boyau condam­né par ses pro­por­tions à res­ter exi­gu et mal­com­mode, Gé­rard Ba­tal­la se tourne vers la grange voi­sine. Construite en pierre de meu­lière et ro­gnons de si­lex, do­tée d’une meilleure ex­po­si­tion au sud – qui té­moigne de la va­leur ac­cor­dée au­tre­fois aux dé­pen­dances agri­coles – et de plus gé­né­reux vo­lumes, celle-ci pré­sente des atouts qui ne de­mandent qu’à être va­lo­ri­sés. En quête de vo­lumes Dans l’en­ve­loppe évi­dée de la grange (sur­face au sol de 60 m2), Gé­rard Ba­tal­la ins­talle un vaste sa­lon-salle à man­ger, dont une par­tie se trouve dé­ployée sur toute la hau­teur du bâ­ti­ment, tan­dis qu’une autre ap­pa­raît sur­mon­tée d’un plan­cher d’étage. Une dif­fé­rence de hau­teur de pla­fond qui crée un vo­lume ori­gi­nal et in­té­res­sant. Pre­nant ap­pui sur de grosses poutres exis­tantes, ce plan­cher est consti­tué de so­lives mé­tal­liques ha­billées en sur­face d’un double plan­cher iso­lé, lais­sé ap­pa­rent en sous-face. Ce plan­cher par­tiel forme un pe­tit bal­con in­té­rieur au-des­sus du sa­lon. Il porte, en outre, une suite pa­ren­tale Un nou­veau bâ­ti­ment de liai­son L’ex­ten­sion qui re­lie l’an­cienne mai­son d’ha­bi­ta­tion et la grange est réa­li­sée en os­sa­ture bois, avec un sys­tème de po­teaux poutres, iso­lée en laine mi­né­rale et bar­dée de Red Ce­dar. Tour­nées vers l’ouest, ses gé­né­reuses ou­ver­tures sont équi­pées de me­nui­se­ries en alu­mi­nium bleu à rup­ture de pont ther­mique. L’ex­ten­sion re­lie les rez-de-chaus­sée, mais aus­si les étages des deux an­ciens bâ­ti­ments, per­met­tant de mul­ti­plier les cir­cu­la­tions et de les flui­di­fier. Elle contient au rez-de-chaus­sée une cui­sine, à l’étage un gé­né­reux es­pace de détente et, de­puis peu, une chambre d’en­fant.

Cir­cu­la­tion de la lu­mière

Ex­po­sée au sud, la grange ne bé­né­fi­ciait jus­qu’ici que d’étroites ou­ver­tures. Sa fa­çade est lar­ge­ment ou­verte, sur toute sa hau­teur, grâce à un por­tique mé­tal­lique qui re­prend les charges de la char­pente et de la toi­ture. La dé­coupe du par­quet d’étage, avec son pe­tit bal­con in­té­rieur, est étu­diée pour op­ti­mi­ser la cir­cu­la­tion de la lu­mière jus­qu’au fond de la pièce. Une cir­cu­la­tion ac­crue en­core par la mise en place de fe­nêtres in­té­rieures qui, par des jeux d’oblique, per­mettent à la lu­mière pro­ve­nant de l’est de pé­né­trer jusque dans la chambre pa­ren­tale. Mi­toyenne, la fa­çade est ne com­por­tait ori­gi­nel­le­ment au­cune fe­nêtre. La créa­tion de trois fe­nêtres de toit pal­lie ce manque. La mai­son pro­fite do­ré­na­vant d’ou­ver­tures ex­po­sées aux quatre points car­di­naux.

Confort ther­mique

Construits avec un double pa­re­ment ex­té­rieur et in­té­rieur, les murs de la grange, comme ceux de l’ha­bi­ta­tion, pré­sentent une belle épais­seur de 50 cm. Ils sont en­duits à l’in­té­rieur d’un mor­tier de chanvre et de chaux aé­rienne, qui a ren­for­cé en­core leur iso­la­tion en gar­dant le bé­né­fice de l’iner­tie. Les pla­fonds sont iso­lés de laine mi­né­rale. En­fin, au chauf­fage par le sol basse tem­pé­ra­ture ali­men­té par une chau­dière à gra­nu­lés s’ajoute un poêle à bois l

2

1

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.