La bai­gnoire

En ma­tière de baignoires, l’offre est plé­tho­rique. Du pro­duit ba­sique au plus luxueux, tous les pro­fils de consom­ma­teur sont ci­blés. Pas si simple de faire son choix...

Maison et Travaux - - Sommaire - Par Bé­né­dicte Le Gué­ri­nel.

qu’il me faut

Même si les ventes de baignoires, en concur­rence avec les douches, ac­cusent une baisse im­por­tante, cet ac­ces­soire reste in­con­tour­nable. D’ailleurs, nom­breux sont ceux qui rêvent de pos­sé­der une douche et une bai­gnoire, sy­no­nyme de bien-être et de re­laxa­tion. La bai­gnoire en acier reste l’apa­nage du neuf dans les lo­ge­ments col­lec­tifs. En ré­no­va­tion, les pro­prié­taires s’orientent le plus sou­vent vers l’acry­lique. D’une épais­seur moyenne de 3,2 mm, mou­lée et ren­for­cée avec de la fibre de verre, elle offre une grande di­ver­si­té de formes et de styles – no­tam­ment mi­ni­ma­liste –, avec des bords et arêtes fins. Plus haut de gamme, la ré­sine de syn­thèse – deux feuilles d’acry­lique en­ser­rant une charge mi­né­rale – se dé­ve­loppe. La bai­gnoire gagne ain­si en ri­gi­di­té et conserve mieux l’eau en tem­pé­ra­ture. Ce ma­té­riau convient bien aux baignoires îlots. Cer­tains fa­bri­cants ont dé­ve­lop­pé leur propre acry­lique, qui bé­né­fi­cie de qua­li­tés par­ti­cu­lières. C’est le cas du Qua­ryl, mis au point par Villeroy & Boch, ou du To­plax, d’Aquarine. Sur le mar­ché du très haut de gamme, sou­vent dans le cadre de pro­jets d’ar­chi­tectes, on trouve des baignoires en pierre, en cuivre ou en bois. Quant aux baignoires en « so­lid sur­face », comme le Co­rian, le Hi-Macs ou l’Oxi­rion, elles fa­vo­risent une hy­per­per­son­na­li­sa­tion des pro­duits et se po­si­tionnent sur le mar­ché du luxe.

RICHARDSON.

Bai­gnoire îlot en acry­lique blanc, avec struc­ture vi­sible en frêne na­tu­rel, à ins­tal­ler au centre de la pièce. Ta­blette porte-ob­jet. Chro­mo­thé­ra­pie en op­tion. 168 x 76 cm. 2 520 €. Malmö. GLASS chez

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.