Le Pays d’Is­soire

Si­tué au sud du Puy-de-Dôme, le pays d’Is­soire offre le spec­tacle de doux re­liefs on­du­lés, nés de son his­toire vol­ca­nique. Là, qu’ils soient éta­blis au creux de ses val­lées en­cais­sées ou au som­met de ses pro­mon­toires es­car­pés, les vil­lages pré­sentent une

Maison et Travaux - - Sommaire - Par So­phie Gia­gno­ni. Photos : An­to­nio Duarte.

un conden­sé d’Au­vergne

Tra­ver­sé par l’Al­lier, du sud au nord, le ter­ri­toire du Pays d’Is­soire pré­sente une grande va­rié­té de pay­sages qui ré­sulte de sa ri­chesse géo­lo­gique. De part et d’autre du cours de l’Al­lier s’étend une plaine fer­tile, bor­dée d’édi­fices vol­ca­niques qui ap­pa­raissent sous la forme de pro­mon­toires. À leur som­met se sont gref fés des vil­lages tels No­nette ou Mont­pey­roux. Plus à l’ouest, sur la rive gauche de l’Al­lier, se dé­ploie un ter­ri­toire ver­doyant tra­ver­sé par de nom­breuses ri­vières, ap­pe­lées, ici, des « couzes », et le long des­quels se blot­tissent la plu­part des vil­lages comme

Saint- Flo­ret ou Cham­peix. Au sud de ce pays de Couzes se dé­roulent les doux re­liefs de la plaine du Lem­bron. Ils fi­nissent par s’éle­ver pour don­ner nais­sance aux terres d’es­tive du vaste Cé­zal­lier dans le­quel l’ha­bi­tat se ré­vèle moins pré­sent. La rive droite de l’Al­lier pré­sente d’autres pay­sages en­core. Le Li­vra­dois est un pays de moyenne mon­tagne, par­se­mé de nom­breux ha­meaux.

Ri­chesse du sous-sol, ri­chesse de la pierre

À cette grande di­ver­si­té de pay­sages ré­pond une va­rié­té d’ im­plan­ta­tion et d’ar­chi­tec­ture. La grande ri­chesse ar­chéo­lo­gique du sous-sol suf­fit, à elle seule, à la jus­ti­fier. De la blonde pierre d’ar­kose des maisons vi­gne­ronnes de Mont­pey­roux aux orgues ba­sal­tiques des ma­jes­tueuses de­meures sei­gneu­riales d’Us­son, le sous- sol au­ver­gnat ré­vèle, ici, son in­croyable pa­lette de roches. Gra­nit, gneiss, schistes, cal­caires, roches vol­ca­niques noires, pa­vés d’ar­giles rouges, entre autres pierres, se trouvent tous pré­sents en pays d’Is­soire. Cer­tains vil­lages, si­tués au contact de sols dif­fé­rents, pré­sentent ain­si aux fa­çades de leurs maisons des ap­pa­reillages de moel­lons po­ly­chromes.

Une terre sculp­tée par l’His­toire

In­fluences mé­ri­dio­nales et al­lures de Tos­cane

La plu­part de ces ma­çon­ne­ries n’étaient ce­pen­dant pas lais­sées ap­pa­rentes au­tre­fois, mais, au contraire, re­cou­vertes d’en­duits réa­li­sés au mor­tier de chaux, puis de ba­di­geons co­lo­rés, fré­quem­ment dé­co­rés de frises, de ban­deaux ou en­core de faux en­ca­dre­ments peints dans des cou­leurs contras­tées. Cette tra­di­tion d’en­duits co­lo­rés et de dé­cors, as­so­ciée à la pré­do­mi­nance des cou­ver­tures en tuiles ca­nal, avec leur cou­ron­ne­ment de rangs de gé­noise, confère à ce ter­ri­toire au­ver­gnat des al­lures de Tos­cane dès lors que le so­leil y brille. Des al­lures

que ne dé­mentent ni le re­lief val­lon­né ni la phy­sio­no­mie des vil­lages. Sou­vent per­chés, de temps en temps blot­tis, la plu­part des vil­lages ap­pa­raissent, d’une part, éta­gés, d’autre part or­ga­ni­sés de ma­nière concen­trique. Leur coeur est consti­tué par le corps dense des ha­bi­ta­tions : maisons « bloc en hau­teur » , hautes, étroites et join­tives, ra­mas­sées de part et d’autre de rues étroites, sou­vent pen­tues. Des­si­nant un pre­mier cercle au­tour de ce coeur, les jar­dins po­ta­gers ap­pa­raissent re­tran­chés der­rière des murs clos. Au- de­là de ces murs se trouvent les vignes, puis, en­fin, les ver­gers et les cultures.

Un ha­bi­tat sin­gu­lier, la mai­son vi­gne­ronne

Par­mi ces maisons de vil­lage se re­trouve un ha­bi­tat sin­gu­lier qui té­moigne de l’im­por­tance et de l’an­cien­ne­té du vi­gnoble dans cette contrée. Il s’agit de la mai­son vi­gne­ronne. En 1880, le Puy- de- Dôme était le troi­sième dé­par­te­ment fran­çais pro­duc­teur de vin, et la plu­part de ses ha­bi­tants par­ti­ci­paient à la pro­duc­tion. Par­fai­te­ment adap­tée à la confi­gu­ra­tion res­ser­rée des vil­lages de la ré­gion, la mai­son vi­gne­ronne su­per­pose cave et cu­ve­rie au rez- de- chaus­sée, ha­bi­ta­tion à l’étage, et pi­geon­nier sous les combles. En fa­çade, un es­ca­lier ex­té­rieur donne ac­cès à l’ha­bi­ta­tion et abrite dans son corps l’ac­cès à la cave. Il est lui-même pro­té­gé par un auvent, ap­pe­lé en pa­tois « cour­cour ». Dans des bourgs comme Mont­pey­roux ou Boudes, ces maisons de­meurent om­ni­pré­sentes ●

L’ode à la pierre

Si­tué en contre­bas d’Us­son, sur le ter­ri­toire de Va­rennes-sur-Us­son, le châ­teau de La Fouil­houze im­pres­sionne au­tant par son site que par sa so­lide ar­chi­tec­ture mé­dié­vale. Construit au XVe siècle, cette mai­son forte est consti­tuée d’un lo­gis-don­jon qui donne sur une cour in­té­rieure fer­mée par de hauts murs, au­tour de la­quelle s’or­donnent des dé­pen­dances agri­coles. Ses toi­tures de tuiles rouges offrent un pe­tit air mé­ri­dio­nal à ses ma­çon­ne­ries de ba­salte noir.

Ac­cro­ché à un pi­ton vol­ca­nique face à la chaîne des Puys, Us­son s’ins­crit par­mi les plus beaux vil­lages de France. De sa for­te­resse mé­dié­vale, où la reine Mar­got trou­va re­fuge à la fin du XVIe siècle, ne sub­siste rien, mais la ville conserve un beau pa­tri­moine de maisons vi­gne­ronnes et de maisons nobles construites en ba­salte noir.

De style Re­nais­sance, ce por­tail donne ac­cès à l’une des plus belles maisons d’Us­son : la mai­son dite des Ca­pi­taines. Ses pierres d’en­ca­dre­ment sont taillées dans de l’Ar­kose, va­rié­té tendre de grès lo­cal, tache claire éclai­rant de sombres ma­çon­ne­ries.

11. Le vil­lage de Saint-Flo­ret ap­pa­raît blot­ti dans une cu­vette de roches, ses construc­tions s’éche­lon­nant entre les ves­tiges d’un châ­teau féo­dal ac­cro­ché en par­tie haute et les rives du Pa­vin en par­tie basse. Entre les deux, ses ruelles mé­dié­vales dé­roulent leur tis­su dense de maisons vi­gne­ronnes.

22. Si­tué face au châ­teau de Cha­lus, dans l’Em­bron, cet ali­gne­ment de pe­tits lo­gis vi­gne­rons à per­rons s’adosse au rem­part d’une en­ceinte mé­dié­vale. La pe­tite pla­cette sur la­quelle ils se trouvent concentre un pa­tri­moine re­mar­quable qui vaut le dé­tour.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.