Les bases d’une mai­son évo­lu­tive et lu­mi­neuse

Maison et Travaux - - Dossier Spécial / Prix De La Rénovation - ANNE ET SA­MUEL LOISEAU ar­chi­tectes, agence Pixl Ar­chi­tectes

Au­jourd’hui, de nom­breuses mai­sons in­di­vi­duelles res­tent fi­gées, tan­dis que les fa­milles s’agran­dissent et que les modes de vie changent. Il est bien sou­vent im­pos­sible d’aug­men­ter leur sur­face pour des rai­sons fon­cières, éco­no­miques ou construc­tives. Notre concept de ré­ha­bi­li­ta­tion s’ap­puie sur la ca­pa­ci­té d’évo­lu­tion grâce à des moyens simples et ef­fi­caces (notre salle de bains) et sur l’op­ti­mi­sa­tion des cir­cu­la­tions en pro­po­sant des « cou­loirs ran­ge­ment » (notre dres­sing). Une mai­son 1930 est par es­sence très sombre, car cui­sine et salle de bains au rez-de-chaus­sée se sont ajou­tées au fil du temps. Ce sont des ex­ten­sions en mar­teau qui al­longent l’em­prise au sol et masquent les ou­ver­tures des pièces plus cen­trales. Pour as­su­rer un éclai­rage na­tu­rel op­ti­mal des es­paces ser­vis (sé­jour, cui­sine, chambres, etc.), nous concen­trons les es­paces ser­vants (cel­lier, dres­sing, es­ca­lier, etc.) au centre de la mai­son. En outre, la pose de cloi­sons cou­lis­santes fa­ci­lite l’en­trée de la lu­mière au coeur de la mai­son.

1er étage Combles Rez-de-chaus­sée

Le bar sert d’in­ter­mé­diaire entre la cui­sine et la salle à man­ger.

L’es­ca­lier est un élé­ment fixe dans ce grand dé­cloi­son­ne­ment.

La grande salle de bains du 1er étage, dé­sor­mais dé­vo­lue aux en­fants.

Au­tour du noyau cen­tral, les chambres s’or­ga­nisent.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.