CHAUMIERE ZEN

Lorsque les pro­prié­taires ac­tuels l'ont ac­quise, ils ont dé­ci­dé de la re­loo­ker tant à l'ex­té­rieur qu'à l'in­té­rieur, la ren­dant plus convi­viale par l'ad­jonc­tion de grandes baies vi­trées et la trans­for­ma­tion du jar­din en parc d'agré­ment. La ré­no­va­tion s'est

Maisons Normandie - - Sommaire - Re­por­tage Photos : Ré­mi Hon­dier – Texte : M.a.benjamin

Il y a main­te­nant deux dé­cen­nies, ce sont des rai­sons pro­fes­sion­nelles qui ont conduit Bri­gitte et An­dré vers ce pe­tit vil­lage de la val­lée de l'eure. Ils y ont po­sé leurs va­lises dans cette chau­mière construite par un ar­chi­tecte en 1976. Quand on dé­couvre ce pe­tit pa­ra­dis, tout à la fois la val­lée de l'eure et leur pro­prié­té qu'ils ont mé­ta­mor­pho­sée au­jourd'hui, on conçoit bien qu'il soit dif­fi­cile de la quit­ter, chose à la­quelle, l'heure de la re­traite étant ve­nue, ils de­vront bien se ré­soudre un jour pro­chain. Ve­nus de Rouen, où ils ré­si­daient dans une mai­son, certes, confor­table, mais sans cet en­vi­ron­ne­ment d'arbres et de fleurs, ils ne de­vaient ja­mais re­gret­ter de quit­ter la grande mé­tro­pole pour cette bour­gade pro­té­gée de toutes sortes de nui­sances. Dès qu'on y ar­rive, c'est le sen­ti­ment de sé­ré­ni­té qui se dé­gage, une plé­ni­tude qui va en gran­dis­sant à la vue de cette char­mante chau­mière et de son parc bor­dé une haie de thuyas, les­quels ont été plan­tés dans les an­nées 70. Ils ont si bien pro­fi­té du cli­mat de la ré­gion qu'ils ont pros­pé­ré et gran­di, jus­qu'à at­teindre une dou­zaine de mètres de haut. Cette haie ap­porte une in­ti­mi­té cer­taine et fait bar­rière aux vents et à la pluie, re­cons­ti­tuant un pe­tit bo­cage au­tour de la mai­son. De­puis la ter­rasse en cé­ra­mique de Buch­tal, l'es­pace que l'on dé­couvre a des al­lures mé­ri­dio­nales : une fon­taine et un tran­sat, un coin ro­man­tique avec sa ton­nelle cou­verte de gly­cine, un sa­lon de jar­din ro­man­tique, un pont à la fa­çon jar­din de Mo­net, une cas­cade et le pé­tille­ment de l'eau, un pe­tit che­min de cailloux blancs vers une per­go­la chi­noise avec un Bud­dha et une lan­terne

Dans une am­biance en chêne mas­sif, un style vin­tage et un meuble Louis XV re­loo­ké

De grandes baies vi­trées au sa­lon et des meubles re­pa­ti­nés à l’an­cienne dans la cui­sine

« Quand nous nous sommes ins­tal­lés, nous confie la maî­tresse de mai­son, il y avait beau­coup moins de plan­ta­tions et d'arbres. Les pom­miers exis­taient, les ce­ri­siers et les mi­ra­bel­liers, aus­si, mais nous avons plan­té de nom­breuses es­sences : érable pourpre, Li­qui­dam­bar, sor­bier des oi­seaux… un to­tal de plus de 300 es­sences vé­gé­tales. » Une fois le jar­din pay­sa­gé, nos amis se sont at­te­lés au bâ­ti. Ils ont d'abord trans­for­mé un an­cien coin à bois sur le pi­gnon d'ar­ri­vée en une ra­vis­sante en­trée qui donne sur la cui­sine. Que ce soit pour la dé­co­ra­tion ou pour l'amé­na­ge­ment, ils ont concré­ti­sé la plu­part de leurs pro­jets. Et au­jourd'hui en­core ils en­vi­sagent de trans­for­mer le préau sous ro­seau que l'on dé­couvre à cô­té de la chau­mière, en une pièce vi­trée qui pour­rait ser­vir de jar­din d'hi­ver ou de salle de jeux pour les pe­tits-en­fants… Si on se re­met dans l'op­tique d'il y a vingt ans, la dé­co a consi­dé­ra­ble­ment évo­lué. À l'époque de l'ac­qui­si­tion, la mode était aux bois sombres. Le par­ti pris dé­co­ra­tif d'éclair­cir les meubles de la mai­son fut com­plé­té par la créa­tion de grandes baies vi­trées qui ap­por­tèrent une vue ap­pré­ciable sur le parc. Au fil du temps, les goûts ont évo­lué : les cou­leurs ten­dance, le gris, le blanc, le beige sont tou­jours en vogue. Un exemple en est don­né par la cui­sine où, au­pa­ra­vant, les mo­bi­liers étaient en chêne fon­cé.

Une pa­tine à l’an­cienne a per­mis de re­loo­ker les boi­se­ries de lit et les che­vets de la chambre

Re­pa­ti­nés à l'an­cienne, ils ap­portent une lu­mi­no­si­té im­por­tante à cette pièce. En de­hors de la cui­sine, les meubles de la mai­son sont en me­ri­sier. Pour la dé­co, nos amis en sont pas res­tés in­ac­tifs. Du reste, ils se com­plètent : ma­dame brode, mon­sieur en­cadre ! De très nom­breux ob­jets de charme ont été ré­no­vés par Bri­gitte : bro­de­ries sur ca­na­pés, abat-jour, ta­bleaux, linge de mai­son : quant à An­dré, il a éga­le­ment mon­tré son sa­voir-faire dans plu­sieurs do­maines : en­ca­dre­ment, pa­tine bois sur des meubles de la salle à man­ger et sur un meuble Louis XV cam­pa­gnard dont l'exis­tant a été conser­vé au ni­veau des en­ca­dre­ments de portes et de ti­roirs. Il a éga­le­ment fait mer­veille dans le tra­vail de ta­pis­sier en res­tau­rant avec ta­lent un ca­na­pé ac­quis dans une bro­cante. Dans toute la mai­son – les pro­prié­taires ont par­cou­ru quelques pays d'ex­trême-orient – de nom­breuses sta­tuettes fêtent la culture asia­tique. Ici, un Bud­dha fé­mi­nin d'ori­gine bir­mane, là une déesse de Ba­li ou une lan­terne chi­noise. La Thaï­lande est un pays d'élec­tion pour nos hôtes, pro­fon­dé­ment at­ti­rés par la sta­tuaire et le spi­ri­tuel de ce pays. De voyage en voyage, les ob­jets rap­por­tés de ce pays ont pris toute leur place dans la dé­co­ra­tion de cette mai­son. D'ailleurs, la mai­son nor­mande – comme toutes les mai­sons du monde qui savent voya­ger – une terre d'asile pour de nom­breuses cultures d'ailleurs et de par­tout. Les tra­di­tions gagnent à s'as­so­cier dans le meilleur es­prit de l'éclec­tisme.

Ci-contre : un meuble Louis XV cam­pa­gnard en me­ri­sier. Les ti­roirs et les en­ca­dre­ments ont été lais­sés dans leur es­sence d'ori­gine, tan­dis que le reste du meuble a été re­pa­ti­né à l'an­cienne, re­loo­ké dans une pa­tine gris-vert.

La pièce prin­ci­pale bé­né­fi­cie d'un grand ap­port de lu­mi­no­si­té grâce aux baies vi­trées. Au pre­mier plan, la salle à man­ger Louis XV cam­pa­gnard. Les chaises viennent de chez Camille & Vence. Le ser­vice an­glais est un hé­ri­tage fa­mi­lial. Dans le sa­lon, ca­na­pé et fau­teuils en cuir, ain­si que meubles en noyer de chez Bois et Chif­fons.

L'une des chambres de la mai­son sous un lustre en mé­tal pa­ti­né de chez Bois et Chif­fons. Les meubles de cette chambre ont éga­le­ment fait l'ob­jet d'un re­trai­te­ment as­so­ciant les cou­leurs d'ori­gine, pré­ser­vées sur cer­taines par­ties du mo­bi­lier, à une teinte plus claire et plus ac­tuelle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.