CE QUE VEULENT LES ROSES…

Maisons Normandie - - Maison D'architecte - Textes et pho­tos : JP &A La­garde

Pre­mier in­dice : les es­sentes re­cou­vrant la fa­çade ex­té­rieure de la mai­son ! Deuxième in­dice : au-des­sus de la che­mi­née du sa­lon, ce ta­bleau si­gné Ca­mille Mar­chand, fi­gu­rant les fa­laises de Veules-les-roses. Une vraie mai­son d'ar­chi­tecte im­plan­tée sur la Côte d'al­bâtre au coeur de notre belle pro­vince nor­mande.

Se­rions-nous au pays de Flau­bert ? - Presque ! Cam­pée sur les rives du grand fleuve qui char­rie les au­to­mo­biles vers Pa­ris ou vers Rouen se­lon l'heure, cette de­meure aux fa­çades re­cou­vertes d'es­sentes en planches de bois, ar­bore en son som­met une iro­nique casquette Hauss­man­nienne, presque « à la za­zou ». Témoignage pro­vo­ca­teur ou ré­sul­tat pos­sible de la qua­li­té d'écoute, dont a fait preuve en ce lieu l'ar­chi­tecte char­gée du pro­jet. Si le maître de mai­son tient à son pays d'ori­gine : l'île de France (In­dice: le pe­tit chat blanc qui tra­verse la pas­se­relle sur la pho­to du jar­din s'ap­pelle "ti­ti", il tient ce nom d'oi­seau du quai de la Mé­gis­se­rie; Pa­ri­sien le ti­ti !), mais dans le coeur de son épouse, reste an­cré le sou­ve­nir du rou­le­ment des vagues sur les ga­lets, des fa­laises de sa terre na­tale. « Je suis pra­ti­que­ment née sur les ga­lets de Veules les Roses, j'y re­tourne chaque an­née. Pour moi, une an­née sans Veules est une an­née de mi­sère, il y fait tou­jours beau, si ce n'est pas dans le jar­din ou de­hors, c'est dans mon coeur. Là-bas, j'aime tout, les lu­mières, les mai­sons, les odeurs ». Pièce maî­tresse, la cui­sine est ori­gi­na­le­ment im­plan­tée et dis­tri­buée, l'ex­pres­sion « cui­sine à vivre » prend ici tout son sens. Pas éton­nant que les mots odeur, sa­veur, goût, re­viennent sou­vent dans la conver­sa­tion de notre hô­tesse. Elle aime cui­si­ner, ré­ga­ler ses in­vi­tés, elle joue vo­lon­tiers les ar­pèges de la cui­sine nor­mande. Se­lon elle, de cette cui­sine re­la­tion­nelle naît la convi­via­li­té. La re­la­tion est-elle meilleure au­tour d'un plat normand qu'au­tour d'une re­cette d'une ori­gine dif­fé­rente? Le dé­bat est ou­vert. Louée huit an­nées, puis ac­quise, on en­ta­ma de sé­rieux tra­vaux. « Nous avons créé une pre­mière ex­ten­sion sur le jar­din pour créer la cui­sine. Une se­conde au-des­sus du ga­rage nous a per­mis d'ac­qué­rir chambres et salles de bains ».

Dû au même coup de crayon ha­bile, le bow­win­dow à la toi­ture de forme cin­trée fait écho à la par­tie droite du toit de la mai­son, plon­geant en ar­ron­di vers le jar­din dans le plus pur style Hauss­man­nien. Nan­ti d'une fe­nêtre en chien as­sis, il ap­porte une touche pa­ri­sienne à l'en­semble. Avec les es­sentes de planches en fa­çade, on sert ici un "Pa­ris Dieppe" ! Cô­té rue, pour des rai­sons d'épais­seur de murs, on a dû sup­pri­mer les garde-fous des fe­nêtres. Pour pré­ser­ver la sé­cu­ri­té des oc­cu­pants, chambre d'en­fants par exemple, les fe­nêtres ont été cou­pées en deux dans le sens ho­ri­zon­tal, elles n'ouvrent qu'en par­tie haute, l'autre est fixe. L'en­semble de la mai­son est équi­pée d'une cen­trale d'as­pi­ra­tion de marque "Ci­clo­vac". Cô­té dé­co, le sol des ma­ga­sins "Mai­sons de Fa­mille" a ins­pi­ré notre hô­tesse. Mon­sieur

Fer­rand, créa­teur du sol tein­té et pa­ti­né que l'on dé­couvre dans toute la mai­son, est ve­nu ici ex­pri­mer ses ta­lents. La re­cette : après l'in­ter­ven­tion des ma­çons, un ra­gréage est réa­li­sé. Quand le sol est sec, il re­çoit une pa­tine au moyen de pig­ments de cou­leurs liés à un mé­lange d'es­sence de té­ré­ben­thine et d'huile de lin. Des couches de ver­nis suc­ces­sives viennent dur­cir l'en­semble. Le sol s'en­tre­tient comme un car­re­lage avec un pro­duit brillant… Cette mai­son, con­çue se­lon un concept ar­chi­tec­tu­ral bien adap­té à la Nor­man­die, est aus­si une mai­son de bien­fai­sance. Elle abrite de nom­breux ob­jets de dé­co­ra­tion qui pro­viennent de ventes or­ga­ni­sées par l'in­ter­mé­diaire de notre hô­tesse avec l'as­so­cia­tion de bé­né­voles "En­fance et Par­tage" qui s'oc­cupe de l'en­fance mal­trai­tée.

Une casquette Hauss­man­nienne sert de cou­vre­chef à un en­semble orien­té Nor­man­die par les es­sentes de bois. Oeuf "Dim" ré­cu­pé­ré sur le tour­nage d'une pub. Meubles en teck Ha­bi­tat.

Salle à man­ger, éclai­rages "gla­çons" mo­dèle "Xa­loc" in­té­grés dans un faux pla­fond "Formes et Lu­mières".

Cui­sine de "Cui­si­nelle", cui­si­nière Smegt, té­lé­vi­seur in­té­gré dans la hotte, lampes de Ré­so­nance, ta­bleau "co­chons" de Nour­ry Do­mi­nique, ate­lier à Veules-les-roses. Lustre de "Re­lais des Ar­tistes" Veules-les-roses. Stores Le­lièvre.

Ci-des­sus : sol pa­ti­né par M. Fer­rand (Mai­sons de Fa­mille). Ci-contre : che­mi­née de Mous­se­ron à Ar­cueil… et les fa­laises de Veules-les-roses.

Ci-contre : salle de bains en­fants, vasques de Du­ra­vit, ro­bi­net­te­rie Axor. Boi­se­ries en wen­gué et sa­ni­taires Al­lia. Ci-des­sous : chambre d'en­fants, ri­deaux de Toile de Mayenne. Pas­se­relle et tête du lit : me­nui­se­rie Luch­tens Ver­sailles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.