FAIRE-PART, LE MES­SA­GER DU GRAND JOUR

ENTRE OBLI­GA­TIONS FA­MI­LIALES ET BUD­GÉ­TAIRES, ÇA N’A PAS ÉTÉ SIMPLE, MAIS ÇA Y EST, VOUS AVEZ EN­FIN ÉTA­BLI LA LISTE DE VOS IN­VI­TÉS. BRA­VO ! MAIN­TE­NANT, IL VA FAL­LOIR CHOI­SIR LES FAIRE-PART.

Mariages - - Sommaire -

Simple, ef­fi­cace et cou­ram­ment uti­li­sé, le faire-part reste le moyen le plus clas­sique d’in­for­mer votre en­tou­rage de votre ma­riage. Sa forme, sa cou­leur et son style re­flètent votre per­son­na­li­té et l’im­por­tance que vous don­nez à ce grand jour. Sa concep­tion est donc bien sou­vent une en­tre­prise dé­li­cate. Pour pa­rer une éven­tuelle panne d’ima­gi­na­tion, ou tout sim­ple­ment évi­ter la peur de com­mettre un im­pair, adres­sez-vous à un pro­fes­sion­nel. Avant de faire le tour des spé­cia­listes, comp­tez vos troupes pour dé­fi­nir le nombre de faire-part, de car­tons d’in­vi­ta­tion au vin d’hon­neur et à la ré­cep­tion dont vous au­rez be­soin. Car les faire-part ont pour seule mis­sion d’in­for­mer votre en­tou­rage. Pré­voyez une tren­taine d’exem­plaires sup­plé­men­taires : une ra­ture ou un ou­bli sont si vite ar­ri­vés.

Pre­nez le temps... de com­pa­rer

Les prix, les pres­ta­tions et les styles va­rient. N’hé­si­tez pas à faire le tour des spé­cia­listes de votre ré­gion. De­man­dez des de­vis avec plu­sieurs pro­po­si­tions de pa­pier, de textes, de ty­po­gra­phie, de créa­tions. De­man­dez aus­si les dé­lais. Si vous com­man­dez dans le même temps les cartes de remerciements, les me­nus et pro­grammes d’église, peut-être au­rez-vous plus de fa­ci­li­té pour né­go­cier les prix.

Res­pec­tez les usages

Les spé­cia­listes connaissent sur le bout des doigts le b.a.-ba des usages à res­pec­ter, mais si vous vou­lez être en me­sure de vé­ri­fier que rien n’a été ou­blié, sa­chez que, se­lon l’usage :

• ce sont les fa­milles res­pec­tives des fu­turs ma­riés qui an­noncent le ma­riage, avec, dans l’ordre de ci­ta­tion, la men­tion des grands-pa­rents pa­ter­nels, puis ma­ter­nels, et en­fin celle des pa­rents. Si les aïeuls sont en­core vi­vants, ils se­ront nom­més sur la toute pre­mière ligne du faire-part ;

• les femmes ma­riées prennent le pré­nom de leur ma­ri ; • si les pa­rents sont di­vor­cés, la mère puis le père an­noncent sur deux lignes dis­tinctes le ma­riage de leur en­fant. En cas de re­ma­riage, on cite le nom des deux couples ;

• les titres no­bi­liaires, uni­ver­si­taires, grades mi­li­taires, dé­co­ra­tions de vos grands-pa­rents et de vos pa­rents doivent être men­tion­nés sur le faire-part ;

• le faire-part fait fi­gu­rer le pré­nom de la ma­riée ou du ma­rié avec le pré­nom de son fu­tur conjoint ;

• il com­porte le lieu, la date et l’heure de la cé­ré­mo­nie re­li­gieuse, en in­di­quant éga­le­ment le nom du cé­lé­brant et, si vous le sou­hai­tez, le ren­dez-vous à la mai­rie ;

• En­fin, en bas à droite se trouve l’adresse où re­tour­ner les car­tons ré­ponses.

Soignez la pré­sen­ta­tion

Tra­di­tion­nels, mo­dernes ou per­son­na­li­sés, pre­nez soin de choi­sir le style de vos faire-part en fonc­tion de ce­lui de votre ré­cep­tion. Et pri­vi­lé­giez l’élé­gance et la so­brié­té.

Les faire-part tra­di­tion­nels se com­posent de deux doubles feuillets glis­sés l’un dans l’autre. En vé­lin d’Arches blanc ou ivoire, pré­fé­rez le for­mat 200 x 150, et les lettres an­glaises gra­vées ou im­pri­mées en noir, bleu ma­rine ou vert fon­cé. Vous pou­vez plus sim­ple­ment choi­sir de le pré­sen­ter sur une simple feuille double, les an­nonces de la fa­mille fi­gu­rant dans ce cas sur les pages 1 et 3 du feuillet. Moins conven­tion­nels mais tout aus­si élé­gants, les faire-part à l’ita­lienne, for­mat 330 x 200, se com­posent d’une feuille double sur la­quelle on im­prime les textes d’an­nonce des deux fa­milles face à face. Au centre de ce feuillet se­ront in­di­quées les in­for­ma­tions re­la­tives à la cé­ré­mo­nie. Très ac­tuels, les faire-part mo­dernes se dif­fé­ren­cient es­sen­tiel­le­ment par le fait que ce sont les ma­riés eux-mêmes qui an­noncent leur union. Dans ce cas, toutes les fan­tai­sies en termes de style et de com­po­si­tion sont per­mises. Mais at­ten­tion : n’ou­bliez pas que ces faire-part sont des­ti­nés à tous vos in­vi­tés et que leur pré­sen­ta­tion ne doit cho­quer per­sonne. Les plus créa­tifs s’orien­te­ront vers des faire-part per­son­na­li­sés. Si vous êtes un pro de la créa­tion, vous pou­vez même en­vi­sa­ger de les conce­voir sur or­di­na­teur et de trans­mettre en­suite le dos­sier que vous au­rez préa­la­ble­ment gra­vé sur CD à votre im­pri­meur.

Pré­voyez large au ni­veau des dé­lais

La fa­bri­ca­tion de faire-part de­mande par­fois plus de temps que ce qu’on ima­gine. En te­nant compte de la re­lec­ture des épreuves, des éven­tuelles cor­rec­tions, du dé­lai d’im­pres­sion et de l’en­voi des in­vi­ta­tions, lais­sez-vous un mi­ni­mum de deux mois. Si votre ma­riage se dé­roule en sep­tembre, pré­voyez un en­voi avant les va­cances d’été.

N’ou­bliez pas les car­tons d’in­vi­ta­tion

Dans le même style que les faire-part, les car­tons d’in­vi­ta­tion sont en gé­né­ral un peu plus pe­tits, et ré­di­gés par la mère de la ma­riée ou les ma­riés eux-mêmes. Plans d’ac­cès au vin d’hon­neur et à la ré­cep­tion de­vront y fi­gu­rer clai­re­ment et sim­ple­ment. Pour fa­ci­li­ter l’or­ga­ni­sa­tion de votre ma­riage, vous pou­vez y in­di­quer une date li­mite pour don­ner sa ré­ponse. Si vos in­vi­tés viennent de loin, ajou­tez à votre en­voi quelques in­di­ca­tions qui fa­ci­li­te­ront leur pré­sence : iti­né­raire à suivre et temps de tra­jet en fonc­tion des dif­fé­rents modes de trans­port, liste et ta­rif des hô­tels sé­lec­tion­nés pour as­su­rer leur hé­ber­ge­ment. Si vous avez pré­vu une ac­ti­vi­té bien pré­cise (pique-nique le len­de­main, bai­gnade en pis­cine, ba­lade dans les bois, etc.), men­tion­nez-le éga­le­ment sur le car­ton d’in­vi­ta­tion.

LES ÉDITIONS CRÉA­TIVES

DAN­COURT

LA PE­TITE BA­LEINE

IL

ÉTAIT UN

M

OT

EVENT

OF

P

APER

ARDS P LA­NET C

PA­PIERS

DE

SOI

WOOD’S

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.