L’ÉLÉ­GANCE DU CHAM­PAGNE LA RI­CHESSE DU CRÉ­MANT

LA RI­CHESSE DU CRÉ­MANT LE BOU­CHON S’EX­PULSE, LA MOUSSE CA­RESSE LES VERRES, LES BULLES CRÉ­PITENT SOUS LES PA­LAIS… PAR­TA­GER UN CHAM­PAGNE OU UN CRÉ­MANT À SON MA­RIAGE, C’EST EN­TRER, DÈS LA PRE­MIÈRE GOR­GÉE, DANS UN MONDE EF­FER­VES­CENT DE PLAI­SIR.

Mariages - - Sommaire - PAR ALEXIS GOU­JARD

Au xvi siècle, le moine Dom Pé­ri­gnon au­rait dit : “Je bois des étoiles” lors­qu’il créa le cham­pagne. Il est vrai que les bulles lé­gè­re­ment do­rées filent au nez et en bouche en of­frant une sen­sa­tion de plai­sir fu­gace. Dans un ma­riage, on ré­serve seu­le­ment le cham­pagne au vin d’hon­neur et à l’apé­ri­tif, sou­vent parce que nos pa­rents aiment leur bon rouge à table, se ma­riant, en gé­né­ral, mieux aux plats. Mais la Cham­pagne re­gorge de pé­pites que l’on peut ser­vir de l’en­trée au des­sert à moins de 20 eu­ros la bou­teille. Pour l’apé­ri­tif et l’en­trée, choi­sis­sez plu­tôt un cham­pagne frais et vif, tel un blanc de blancs, fait à base du cé­page char­don­nay. Il éveille les pa­pilles ! Le plat ar­ri­vé, ayez le bon ac­cord. Pour une viande rouge, op­tez pour un cham­pagne ro­sé co­lo­ré et puis­sant ou un blanc gé­né­reux où le pi­not noir do­mine. À l’an­nonce du des­sert, sor­tez le de­mi-sec du sceau à glace. Lé­gè­re­ment su­cré, il s’équi­libre par­fai­te­ment avec les dou­ceurs de fin de re­pas. Si vous pré­fé­rez gar­der le même cham­pagne du dé­but à la fin, pro­po­sez à vos convives, un brut sans an­née, is­su d’un assemblage des trois cé­pages (char­don­nay, pi­not noir et pi­not meu­nier), c’est le plus consen­suel et le plus fa­cile à trou­ver dans le com­merce.

LE CRÉ­MANT, L’EF­FER­VES­CENCE NA­TIO­NALE

Mais pour­quoi ne pas jouer l’ori­gi­na­li­té et faire sau­ter des bou­chons de cré­mant à votre ma­riage ? Le prin­cipe d’éla­bo­ra­tion est le même que ce­lui du cham­pagne mais c’est l’ori­gine et par­fois les va­rié­tés de rai­sin qui changent. On pro­duit du cré­mant dans sept ré­gions fran­çaises, en Al­sace, Bour­gogne, Loire, Ju­ra, Diois, du cô­té de Limoux, à Bor­deaux et bien­tôt en Sa­voie. Vous trou­ve­rez bien des traces de votre fa­mille dans l’une de ces ré­gions. Si­non, ai­mez les cré­mants pour leur di­ver­si­té. Ap­pro­chez le style cham­pe­nois avec le char­don­nay et le pi­not noir de Bour­gogne. Dans un style plus neutre et frais, le cré­mant d’Al­sace, ira à l’apé­ri­tif. Tout en ron­deur, le cré­mant de Loire est le plus gour­mand et les cré­mants de Die et Limoux sont les plus gé­né­reux et par­fu­més. Pour des bulles com­plexes qu’on ser­vi­ra sur un plat éla­bo­ré, nous ai­mons la pa­lette aro­ma­tique d’un cré­mant du Ju­ra. Une grande ri­chesse de bulles pour très sou­vent moins de 10 eu­ros la bou­teille !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.