Vos dé­marches après le ma­riage

SE MA­RIER EST UN BON­HEUR QUI NE DOIT PAS FAIRE OU­BLIER DE PRÉ­VE­NIR CER­TAINES AD­MI­NIS­TRA­TIONS DE VOTRE CHAN­GE­MENT DE STA­TUT. MODE D’EM­PLOI.

Mariages - - Mariage Votre En Pratique -

Oui,

c’est dit, c’est écrit, noir sur blanc, quels que soient le culte, la re­li­gion, le lieu de la cé­ré­mo­nie et de la fête. Le ma­riage est ac­té, vous êtes unis par les liens de l’amour et du ma­riage. Loin d’es­ca­mo­ter les réa­li­tés éco­no­miques et fi­nan­cières, le “oui” s’ouvre sur un pro­to­cole de dé­marches qui n’a rien d’ef­frayant à condi­tion de bien sa­voir l’abor­der. Ces dé­marches servent es­sen­tiel­le­ment à mettre à jour nom de fa­mille si be­soin, adresse, si­tua­tion ci­vile, pour l’épouse es­sen­tiel­le­ment, si­tua­tion fis­cale et aus­si si­tua­tion médicale par rap­port aux ayants droit, et no­tam­ment aux mu­tuelles.

Le centre des im­pôts car, même si tout se fait au­to­ma­ti­que­ment, il faut un cer­tain temps à l’ad­mi­nis­tra­tion fis­cale pour ré­con­ci­lier les sources d’information. Pour ga­gner du temps, contac­tez votre centre des im­pôts (qui change si vous dé­mé­na­gez) et in­for­mez-le de votre nou­veau sta­tut. Deux cé­li­ba­taires qui se réunissent sur une même feuille d’im­pôts en paient moins ; il est donc bon de le si­gna­ler !

La pré­fec­ture, pour les chan­ge­ments d’adresse sur la carte grise et si Ma­dame prend le nom de son ma­ri.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.