Les pillules de la sou­mis­sion

Ac­cros au Xa­nax, Pro­zac ou Lexo­mil, consom­ma­teurs de mor­phine et co­déïne, se­rions-nous de­ve­nus des pri­son­niers consen­tants, en­fer­més de plein gré dans notre ca­mi­sole chi­mique ? C’est ce que sug­gère “l’Age de l’anes­thé­sie”, un es­sai stu­pé­fiant…

Marianne Magazine - - CULTURE - PAR ÈVE CHAR­RIN

Quelle vie me­nons-nous « lorsque nous dé­pen­dons d’an­ti­dé­pres­seurs pour nous main­te­nir à flot, de som­ni­fères pour nous plon­ger dans le som­meil, d’ex­ci­tants pour nous en ti­rer et de drogues di­verses pour faire la fête ? » in­ter­roge Laurent de Sut­ter. Alors que la consom­ma­tion mon­diale d’opioïdes ex­plose et qu’aux Etats-Unis les sur­doses de ces an­ti­dou­leurs tuent da­van­tage que l’hé­roïne, le ver­dict du phi­lo­sophe ap­pa­raît d’une jus­tesse in­quié­tante : « Nous vi­vons une époque qui pro­duit tous les moyens per­met­tant de la fuir », par consé­quent une « époque per­due ». Mais at­ten­tion, Sut­ter n’est pas de ceux qui vi­tu­pèrent le re­lâ­che­ment des moeurs contem­po­rain. Au contraire, ce li­ber­taire épris de mé­ta­phy­sique dé­cèle dans notre consom­ma­tion mas­sive de psy­cho­tropes une « mise sous tu­telle des af­fects », une « po­lice de l’être » adepte du ma­tra­quage chi­mique, une as­si­gna­tion à ré­si­dence on­to­lo­gique. Car les mé­di­ca­ments, ex­plique-t-il, ont pour fonc­tion d’as­su­rer la « sta­bi­li­té » des in­di­vi­dus et, à tra­vers eux, celle de l’ordre so­cial. Ce qui consti­tue sous cou­vert de san­té « un ho­ri­zon nor­ma­tif puis­sant », en­ne­mi de ces « états vagues, flot­tants, épar­pillés », dont on ne sait ja­mais pour­tant « si ceux qui en souffrent n’y gagnent pas aus­si quelque chose ».

Boos­té par les dé­cou­vertes des firmes phar­ma­ceu­tiques, le ca­pi­ta­lisme in­dus­triel s’ef­force dès la fin du XIXe siècle de lut­ter contre « l’ex­ci­ta­tion », cette ten­dance in­con­trô­lable à sor­tir de soi, à va­ga­bon­der. Par­mi les pre­mières sub­stances mises sur le mar­ché pour ré­gu­ler le sys­tème ner­veux fi­gure ain­si l’hy­drate de chlo­ral, un anes­thé­sique qui en­traîne une sen­sa­tion de « dé­ta­che­ment », c’es­tà-dire une abla­tion de tout dé­sir. Il faut se rendre à l’évi­dence : notre phar­ma­co­pée a d’abord vo­ca­tion dis­ci­pli­naire.

WALL STREET SOUS COKE

A cha­cun son car­can : loin de l’hé­bé­tude of­ferte par les tran­quilli­sants, les start-up­pers dis­rup­tifs, tra­ders, rock stars et créa­tifs à haute va­leur mar­chande, fi­gures de proue du ca­pi­ta­lisme ac­tuel, car­burent plu­tôt à la co­caïne – dont Freud, lui-même adepte de la sub­stance, van­tait les mé­rites sti­mu­lants dès la fin du XIXe siècle. Equi­va­lence sai­sis­sante : « Il n’y a de co­caïne qu’en tant que re­qué­rant un sys­tème éco­no­mique adé­quat à sa vo­la­ti­li­té, à son ad­dic­ti­vi­té et à son im­ma­té­ria­li­té, c’es­tà-dire un sys­tème ner­veux abs­trait de­ve­nu ex­ci­ta­tion par­faite. » Blan­chi­ment d’ar­gent, nar­co­dol­lars, taux de change flot­tants, fuite en avant, spé­cu­la­tion, eu­pho­rie et crises, notre éco­no­mie se dope à la coke et fi­nit par en mi­mer les ef­fets, sug­gère l’au­teur, ex­pé­ri­men­ta­teur cu­rieux et fê­tard té­mé­raire qui, à 39 ans, en connaît un rayon en ma­tière de poudre. « Grâce à la co­caïne, écrit-il, le lieu de l’ac­tion se dé­pla­çait du corps mo­teur à la vo­lon­té pure, à l’exer­cice de fa­cul­tés men­tales dé­ta­chées de toutes contin­gences. » Le pro­duit mi­racle li­bère de tout obs­tacle à l’ac­tion, c’est-à-dire, en pre­mier lieu, du corps, ce ba­lourd, pour per­mettre « au cer­veau d’être lui-même », dé­li­vré de la ma­tière, seul maître à bord, non pour di­va­guer, mais au contraire pour at­teindre en­vers et contre tout une ef­fi­ca­ci­té maxi­male. Un idéal très ac­tuel, non ?

LAURENT DE SUT­TER

L’Age de l’anes­thé­sie. La mise sous contrôle des af­fects, de Laurent de Sut­ter, Les

Liens qui li­bèrent, 150 p., 15,50 €.

VOL AU-DES­SUS

D’UN NID DE COU­COU, de Mi­los For­man, avec Jack Ni­chol­son.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.