JOUIR

Marianne Magazine - - CET ÉTÉ -

C’est un des as­pects forts du pays : une so­cié­té de ser­vices, faite pour fa­ci­li­ter le quo­ti­dien. Il y a peu d’en­droits au monde où dé­pen­ser son ar­gent soit aus­si plai­sant. Les gens tra­vaillent énor­mé­ment au

Siam pour ac­cé­der à ce consu­mé­risme non seu­le­ment d’ob­jets, mais d’am­biances, de sor­ties entre amis au karaoké, bars, clubs, res­tau­rants tou­jours plus nom­breux. Le sa­laire mi­ni­mum quo­ti­dien est de

300 bahts (7,91 €). Im­pos­sible de vivre avec ça, il y a sou­vent cu­mul d’em­plois. Et peu de chô­mage. On quitte sans stress un bou­lot, car on est presque cer­tain d’en trou­ver un autre, puis­qu’on y se­ra mal payé. De fait, une cer­taine non­cha­lance existe dans la fa­çon d’ap­pré­hen­der les choses de la vie. Prendre son temps est lié au sys­tème D, à une ré­sis­tance face à l’ex­ploi­ta­tion. Elle est jus­ti­fiée par le cli­mat sub­tro­pi­cal et aus­si ce bon sens

po­pu­laire com­plexe, ti­rant sa vi­ta­li­té du boud­dhisme the­ra­va­da et plus loin, de l’ani­misme. Si on doit faire cer­taines choses, au­tant les faire sans abî­mer son âme, donc en la pré­ser­vant des mau­vaises éner­gies, des émo­tions sales, des ef­forts in­utiles. L’es­prit s’adapte au di­vin, pas au pro­fane, et donc pas au pa­tron, du moins pas au point de dé­truire sa per­son­na­li­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.