L’ADDITION !

Marianne Magazine - - Quelle Époque! Immobilier -

Com­bien coû­te­rait au­jourd’hui de re­cons­ti­tuer, ex ni­hi­lo, une mai­son fa­mi­liale à l’an­cienne, dans des ma­té­riaux aus­si beaux que cos­tauds ? Ar­ti­sans, pro­fes­sion­nels et marques, tous courent après le Graal de la tra­di­tion. “Marianne” sort la cal­cu­lette !

Ré­GION Faute de ra­cines fa­mi­liales clai­re­ment re­ven­di­quées, où s’im­plan­ter ? Où bâ­tir sa mai­son des trois pe­tits co­chons ? Pour le dé­ci­der, il faut du temps, de l’enquête, de la ré­flexion et… de l’ar­gent. En­so­leille­ment, na­ture exal­tante, fo­rêts, lacs, vagues de l’océan, mais aus­si vil­lages his­to­riques, sai­sons, châ­teaux : tout se paye. De même l’ab­sence de nui­sances éta­blies : éo­liennes, cen­trale nu­cléaire, dé­charge ra­dio­ac­tive, cri­mi­na­li­té (se joue par­fois à un dé­par­te­ment près). En re­vanche, po­pu­la­tion sym­pa, ac­cent ré­gio­nal cra­quant, fer­miers bio, fes­ti­val de jazz ou d’opé­ra : la note ex­plose ! Les coins qui cochent à peu près toutes les cases étant bien en­ten­du sou­vent ra­tis­sés par des pro­fes­sion­nels avi­sés.

FAITES VOS COMPTES !

Entre 4 et 6 % de la tran­sac­tion pour la com­mis­sion d’une agence im­mo­bi­lière sé­lec­tive dans des ré­gions comme le Gers, le Lu­be­ron, le Perche…

SI­TUA­TION

Il y a le coût du ter­rain. Et ce­lui, inestimable, de l’en­ra­ci­ne­ment dans un en­vi­ron­ne­ment rac­cord avec vos va­leurs, vos re­pères, vos codes so­ciaux. Trou­ver à un jet de haie ou de pierre sèche la tri­bu qui porte les mêmes pan­ta­lons rose bon­bon que vous l’été, achète aus­si des ra­cines de cur­cu­ma pour ses jus, ou lit Marianne au ca­fé des Sports de­vant un pa­na­ché

– des potes quoi –, ça n’a pas de prix !

Ce qui veut dire que ça en a un énorme dans cer­tains coins… FAITES VOS COMPTES !

La convi­via­li­té monte jus­qu’à 10 000 €/m2 au Cap-Fer­ret (contre 8 000 à Men­ton ou à Cannes, la ca­bane de pê­cheur re­vi­si­tée par Starck ayant vain­cu la villa bling-bling au hit-pa­rade mé­tro­po­li­tain), entre 3 500 et 5 500 € vers Trou­ville et Deau­ville, au­tour de 4 700 à Biar­ritz ou à Saint-Jean-de-Luz. En re­vanche, dans la Creuse, le Ber­ry ou l’Avey­ron, on trouve des pro­prié­tés char­mantes à moins de 1 500 €/m2.

JAR­DIN

Toute mai­son de fa­mille digne de ce nom a un jar­din foi­son­nant, crou­lant sous les roses an­ciennes, peu­plé de bancs de pierre mous­sus, de tables et de chaises en mé­tal vert de gris. Par­fois un bois, un po­ta­ger et même un ver­ger, car (larmes dans la voix) « rien n’est meilleur que l’abri­cot cueilli sur la branche et cro­qué dans le bour­don­ne­ment

en­ivrant des in­sectes ». Evi­dem­ment, pour at­teindre ce ni­veau d’éden ar­bo­ré, beau et fou­traque à la fois, il faut du temps (trois ta­ma­ris, quatre plants de to­mates ce­rises et un kit table-six chaises en plas­tique blanc ne fe­ront pas le job). A moins d’ache­ter di­rect un oli­vier cen­te­naire (pra­tique condam­nable en­traî­nant de l’ar­ra­chage abu­sif dans le sud de l’Es­pagne), on ne peut es­pé­rer plus de 10 à 20 cm de crois­sance par an pour le pe­tit fan­tasme pro­ven­çal le plus cou­ru du mo­ment. L’eu­ca­lyp­tus, en re­vanche, qui double de taille, voire plus, en une an­née, est un bon client, mais lui de­vient sou­vent trop grand (jus­qu’à 30 m !). Quant au fi­guier, il faut sou­vent trois-quatre ans (et un soin ja­loux) avant d’es­pé­rer en ré­col­ter plus d’une unique figue dure comme du bois. Pour les bo­caux de confi­ture, comp­ter en­core deux-trois ans. Il fau­dra sans doute faire in­ter­ve­nir un homme de l’art pour re­créer ce fouillis maî­tri­sé qui fait les vrais beaux jar­dins fa­mi­liaux. Et tra­quer la belle ou­vrage

made in France pour le mo­bi­lier de jar­din qui don­ne­ra l’im­pres­sion d’avoir tou­jours été là… FAITES VOS COMPTES !

Amé­na­ge­ment to­tal d’un jar­din : de 15 000 à

50 000 € (entre 75 et 250 €/m2) se­lon les dif­fi­cul­tés et la so­phis­ti­ca­tion. Bud­get des plan­ta­tions : entre 3 000 et 15 000 €.

Su­blime pal­mier adulte 2,20 m de hau­teur : 485 €. achat-vente-pal­miers.com

Oli­vier vieux de deux cent cin­quante ans au tronc : 374 €. oli­viers-or­ne­ments.com

Fi­guier tige grande taille : 199,90 €. mo­ne­den.fr Hêtre ou pom­mier d’or­ne­ment “grands su­jets” :

89 et 139,90 €. plantes-et-jar­dins.com

Ro­siers an­ciens : entre 21 et 34 € le pied. roses-an­ciennes-eve.com

Chaises de jar­din en mé­tal Fer­mob, mo­dèle 1900 : 185 €. Fau­teuil as­sor­ti : 246 €. Pe­tite table : 371 €. ma­dein­de­si­gn.com

Banc en pierre blanche du Lu­be­ron : 560 €. sculp­tures-bi­dal.com

Table de jar­din en mé­lèze : 690 €. Fau­teuil as­sor­ti : 390 €. Lan­ternes pho­to­vol­taïques : 39 €. land­made.fr Chaises longues chi­liennes rayées Les Toiles du so­leil : 79 €. de­coet­com­pa­gnie.com

MA­Té­RIAUX Im­pos­sible de mé­go­ter sur le ma­tos quand on veut ré­crire son his­toire. Exit le vi­lain cré­pi, la ro­tu­rière tuile mé­ca­nique ou ar­doise fi­bro, le si­nistre par­quet flot­tant, le moche li­no qui imite tout, la re­dou­table che­mi­née in­sert, la char­pente « fer­mette » in­dus­trielle, les faux car­reaux de salle de bains au­to­col­lants et le por­tail d’en­trée Cas­to­ra­ma. La néo­mai­son de fa­mille, à dé­faut d’avoir conser­vé ses mer­veilles d’ori­gine, doit les re­cons­ti­tuer. Dans les an­nées 70 ou 80, folles de mo­der­nisme ou pire de rus­tique chic, la plu­part des lon­gères ou des chau­mières an­tiques ont pris cher : tout est à re­faire. FAITES VOS COMPTES !

Char­pente tra­di­tion­nelle : entre 70 et 90 €/m2. le­bon­char­pen­tier.com

Pierres de taille : entre 300 et 600 €/m3. prix-pose.com

Plan­cher mas­sif en chêne 18 mm avec noeuds ra­bo­té main : 189 €/m2. car­re­sol-par­quet.com Tuiles an­ciennes : 2 500 € pour 7 500 tuiles plates de pays.

Es­ca­lier an­cien en pierre 12 marches : 1 200 €. Porte d’en­trée en noyer XVIIe : 6 000 €. an­ciens-ma­te­riaux.fr

Au­then­tique che­mi­née en pierre XIXe : 2 300 €. ma­te­riaux-an­ciens-bi­dal.com

CONCEP­TION Un bon ar­chi­tecte n’est pas ob­sé­dé par le bé­ton ci­ré, les douches à l’ita­lienne et les cui­sines avec îlot cen­tral. Il songe plu­tôt à l’es­prit des lieux et adopte le « sto­ry­tel­ling » de son client (par exemple une mai­son qui res­sem­ble­rait au ma­noir bre­ton lé­gué par une vieille tante ex­cen­trique, qui au­rait beau­coup voya­gé en Asie). Il an­ti­cipe le be­soin de gre­nier (où en­tas­ser her­biers, ma­rion­nettes, vieux vê­te­ments dans des malles en osier, cours de l’oncle po­ly­tech­ni­cien…), les re­coins, les ca­chettes, les salles de jeux, la res­serre (ou souillarde, comme on dit à la cam­pagne). Il n’or­ga­nise pas la lai­deur et l’en­fer do­mes­tique en op­tant pour des di­men­sions ri­qui­qui (pièces, fe­nêtres, hau­teur sous pla­fond…), mais a l’es­prit pra­tique que le vul­gum pe­cus pri­moac­cé­dant à la pro­prié­té d’une « de­meure » ne pos­sède pas for­cé­ment : il est bé­ton

(là, ça passe, le bé­ton !) sur l’orien­ta­tion, l’épais­seur des cloi­sons, la pente du toit, l’iso­la­tion, l’op­ti­mi­sa­tion de l’en­vi­ron­ne­ment.

FAITES VOS COMPTES !

Entre 8 et 12 % du coût to­tal des tra­vaux.

éQUI­PE­MENTS D’éLITE Ro­bi­net­te­rie, la­va­bos, huis­se­ries, car­re­lages, in­ter­rup­teurs : le diable est dans les dé­tails. Il convient de tra­quer la to­mette au­then­tique aux teintes chaudes, le car­re­lage en ci­ment vin­tage, le fil élec­trique à l’an­cienne, les ra­dia­teurs en fonte dans les bro­cantes, voire la grosse bai­gnoire sur pieds. Evi­dem­ment, les fe­nêtres ne sont pas en PVC, les vo­lets non plus, pour qu’ils puissent pas­ser par ce stade un peu écaillé, juste avant la pein­ture an­nuelle, qui est fol­le­ment « shab­by chic » (de shab­by, « usé, éli­mé »).

FAITES VOS COMPTES !

To­mettes ar­ti­sa­nales : entre 40 et 100 €/m2.

Fe­nêtres en bois, hau­teur 1 m, deux bat­tants :

de 666 à 778 € se­lon lar­geur.

Vo­let bat­tant en bois : 550 € en moyenne.

bud­get-mai­son.com

In­ter­rup­teur en Ba­ké­lite noire ou por­ce­laine blanche : 35 et 45 €. heure-in­dus­trielle.com

Câble élec­trique tex­tile lin : 3 €/m.

lu­mière-et-de­co.com

Am­poules à fi­la­ment rondes LED : de 20 à 29 €.

mer­ci-mer­ci.com

Ro­bi­net mi­ti­geur trai­té cuivre avec bonde, mo­dèle Li­ber­ty : 189 €. ma­sal­le­de­bain.com

La­va­bo ven­tru, avec co­lonne ré­tro en cé­ra­mique blanche “Jo­sé­phine” : 259 €. ma­sal­le­de­bain.com

Bai­gnoire an­cienne sur pattes de lion “Chel­sea” :

679 €. le­mon­de­du­bain.com

Grand ra­dia­teur en fonte “fleu­rie” (à pe­tites vo­lutes sculp­tées) : 645 €. ra­dia­teur-en-fonte.fr VAIS­SELLE DE BONNE FACTURE Le shop­ping de vais­selle au ki­lo­mètre dans les bou­tiques de fast-dé­co (Ikea, Ali­néa) : ça ne va pas le faire. Les mugs, les as­siettes plates de­si­gn, les go­be­lets de toutes les cou­leurs, n’ont pas leur place dans le re­make qui vous oc­cupe. Il va fal­loir chi­ner ou, au moins, ache­ter à de belles et vieilles mai­sons fran­çaises, por­tu­gaises, al­le­mandes, qui ne crachent pas sur les bols bien lourds, les pi­chets ba­lèzes, les cou­verts trop grands pour les pe­tites mains et les fleu­rons d’un

art de la table ou­blié : as­siettes à fro­mage, cloches en verre, ser­vi­teurs muets, sau­cières, vraies tasses à ca­fé, cou­verts à l’usage in­dé­ter­mi­né, du moins de prime abord…

FAITES VOS COMPTES !

Vais­selle dé­cor basque de l’ico­nique mo­dèle “Bearn” HBCM vin­tage : 99 € le lot de 16 as­siettes et 20 € pièce la tasse-sou­coupe. ebay.fr

As­siettes plates en faïence Di­goin (Sar­re­gue­mines) et bols en grès Ma­nu­fac­ture Re­nault : 9,70 et 8,60 € pièce. bien­fait­shop.com

Mé­na­gère ar­gent mas­sif de style Louis XVI, 36 pièces : 1 300 €. proan­tic.com

Verres à pied vin et eau Ar­tois, d’après un mo­dèle de 1895 : 5,20 et 5,40 € pièce. la­tre­so­re­rie.fr

Pi­chet en bar­bo­tine : 37 €. avi­da­por­tu­gue­sa.com

BELLE BAT­TE­RIE DE CUI­SINE Le mi­cro-ondes n’est pas la norme dans les mai­sons de fa­mille. Ta­blées nom­breuses oblige, ça ris­sole, mi­jote, rô­tit qua­si­ment en per­ma­nence. Il faut donc des plats à four in­des­truc­tibles, des co­cottes en fonte, des mar­mites à forte conte­nance (rap­port à l’eau des nouilles pour 12), des cas­se­roles qui se cu­lot­te­ront avec grâce et des poêles qui ne se raye­ront pas au pre­mier coup de four­chette mal pla­cé d’un ado qui avale ses oeufs à même le truc. Un peu d’élec­tro­mé­na­ger lu­dique convi­vial (crê­pière, ap­pa­reil à ra­clette, voire à fon­due bour­gui­gnonne) n’est pas de trop pour les longues soi­rées des va­cances. A por­tée de main, un mixeur plon­geant de com­pé­ti­tion et un ro­bot à tout faire (pâte à tarte, pu­rée, com­pote).

FAITES VOS COMPTES !

Plat à gra­tin en Inox avec cou­vercle, cas­se­role pour pâtes avec pas­soire, poêle en acier émaillé :

16,50, 9,30, 59 € et 45 €. la­tre­so­re­rie.fr

Co­cotte Staub en fonte maxi 37 cm : 339 €.

zwilling-shop.com

Roas­ter ver­ti­cal pou­let en fonte : 139 €.

my­bo­vi­da.com

Crê­pière élec­trique Te­fal Breizh : 99,99 €. au­chan.fr

Ap­pa­reil à ra­clette huit cou­pelles Sim­ply

In­vents Te­fal : 38,92 €. ama­zon.fr

Mixeur plon­geant Seb Op­ti­touch et ro­bot Ma­gi­mix mul­ti­fonc­tion : 41,99 et 499,99 €. la­re­doute.fr

CUISINIÈRE AND CO Cô­té cuis­son, le ma­chin tech­no à ta­bleau de bord com­plexe et in­duc­tion qui couine ou bloque au moindre ou­trage n’est pas le genre d’une mai­son où ça dé­bite sec en cui­sine. On lui pré­fère une ro­buste et vaste chose à car­ros­sage vieillot mais per­for­mance su­per­mo­derne (on ne va pas non plus fonc­tion­ner au bois, juste faire sem­blant). La conser­va­tion des ali­ments, la vais­selle et le linge ré­clament eux aus­si des mo­dèles XXL, so­lides, à la li­mite du for­mat col­lec­ti­vi­tés si l’on ne veut pas im­plo­ser en vol. Faute de pe­tites mains re­cru­tées à vil prix dans la cam­pagne en­vi­ron­nante, il faut donc se ra­battre sur des ma­chines coû­teuses (si c’est pas com­pli­qué, l’époque mo­derne, ma bonne dame !). FAITES VOS COMPTES ! Pia­no de cui­sine Aga, Fal­con ou La Cor­nue : mi­ni­mum 3 000 €. Ré­fri­gé­ra­teur 522 l Bosch : 1 488 €. vil­la­tech.fr Lave-vais­selle Miele XXL : 1 936 €. bou­lan­ger.com Lave-linge 17 kg LG : 1 199 €. bou­lan­ger.com

LITERIE Point de fu­ton, de couette 100 % po­ly­es­ter ou d’oreiller à mé­moire de forme ! Vous vou­lez du lourd, du ma­te­las à res­sort en­sa­ché, voire du crin de che­val, du som­mier ta­pis­sier bien haut, de la plume d’oie, de l’édre­don bouf­fi, du bou­tis bro­dé, du drap doux comme s’il était usé, des cou­ver­tures qui grattent un peu et les chaus­sons à car­reaux qui vont avec. Tout ça de pré­fé­rence made in France. Et tant pis si les aca­riens sont in­vi­tés aus­si, une mai­son de fa­mille est tout sauf un lieu asep­ti­sé. FAITES VOS COMPTES !

Ma­te­las Ul­ti­mate 180 x 200 m : 2 773 €. bio­sense.fr Som­mier ta­pis­sier mêmes di­men­sions grand confort Zeus : 367,20 €. lit-ma­te­las.com

Edre­don gon­flant 90 % du­vet : 466 €. couette-cas­tex.com Oreiller Plume Royal 70 % du­vet de ca­nard : 110 €. du­mas-pa­ris.fr Drap plat en pur lin la­vé : 130 €. mer­ci-mer­ci.com Cou­ver­ture en pure laine vierge mo­dèle Gé­rard­mer : 299 €. lin­vosges.com

Au­then­tiques cha­ren­taises :

29,90 €. mes-pan­toufles.fr

BI­BLIO­THÈQUE Vieux Pa­ris Match et Pic­sou Mag, oeuvres com­plètes d’Enid Bly­ton, clas­siques, bons Ana­tole France, quelques poètes dé­ca­dents (lé­gués par un oncle ori­gi­nal), po­li­ciers old school (tout Si­me­non et Chand­ler, plus Aga­tha Ch­ris­tie pour les pe­tits), en­cy­clo­pé­dies pé­ri­mées, di­cos éche­ve­lés pour le Scrabble à la pa­pa – sans smart­phone –, BD un peu dé­mo­dées (Alix ou As­té­rix plus que Ti­teuf) et SAS ou San An­to­nio cor­nés, ce­la va sans dire. Plus quelques livres de table basse par­fai­te­ment rin­gards et de vrais bons

Sé­LEC­TION

Sé­LEC­TION

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.