Nobel mas­ca­rade

Marianne Magazine - - Le Vif Du Sujet - EM­MA­NUEL LÉ­VY

En ré­com­pen­sant Ri­chard Tha­ler du Nobel d’éco­no­mie, l’aca­dé­mie sué­doise dis­tingue une nou­velle fois des tra­vaux sur les mar­chés ac­tions. Alors que la fi­nance de mar­ché n’est qu’une in­fime par­tie de l’éco­no­mie, elle a em­po­ché près des deux tiers des Nobel de­puis une tren­taine d’an­nées. Certes, Ri­chard Tha­ler, pro­fes­seur à l’uni­ver­si­té de Chi­ca­go, l’antre des néo­li­bé­raux, mène une longue guerre contre l’ho­mo eco­no­mi­cus. Une mas­ca­rade ! Dé­cré­ter que les in­di­vi­dus sont non ra­tion­nels éco­no­mi­que­ment est la meilleure ma­nière d’étu­dier leur com­por­te­ment, et donc de les ma­ni­pu­ler. Pour Tha­ler, le pro­blème ne vient pas des pa­ris fous, comme ceux qui ont pro­vo­qué la crise des sub­primes. Cette spé­cu­la­tion est le lot or­di­naire de la fi­nance de mar­ché, et il s’agit da­van­tage de s’as­su­rer que la ré­gu­la­tion des bourses in­tègre ce pe­tit cor­rec­tif. Voi­là qui n’em­pê­che­ra en rien la pro­chaine crise. Le « cygne noir », comme l’a écrit l’éco­no­miste Nas­sim Ni­cho­las Ta­leb, l’évé­ne­ment qui échappe à la ra­tio­na­li­té parce que per­sonne ne veut le voir, vien­dra à nou­veau tout ba­layer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.