Où l’on voit le poids de Schäuble et de la troï­ka en Eu­rope

Marianne Magazine - - Idées -

L’Eu­ro­groupe est une drôle de créa­ture. Les trai­tés eu­ro­péens ne lui confèrent au­cun sta­tut lé­gal, mais c’est le corps consti­tué qui prend les dé­ci­sions les plus im­por­tantes pour l’Eu­rope. […] Les par­ti­ci­pants s’ins­tallent au­tour d’une grande table rec­tan­gu­laire, et les mi­nistres des Fi­nances de chaque pays se ré­par­tissent des deux cô­tés […]. Le vrai pou­voir ré­side aux deux bouts de la table.

D’un cô­té, à ma gauche, était as­sis Je­roen Di­js­sel­bloem. A sa droite, il y avait Tho­mas Wie­ser, pré­sident du groupe de tra­vail et dé­ten­teur du vrai pou­voir à cette ex­tré­mi­té-là ; à sa gauche, les re­pré­sen­tants du FMI, Ch­ris­tine La­garde et Poul Thom­sen. A l’autre ex­tré­mi­té de la table était as­sis Val­dis Dom­brovs­kis, com­mis­saire char­gé de l’Eu­ro et du Dia­logue so­cial, dont le vrai job était de su­per­vi­ser (au nom de Wolf­gang Schäuble) Pierre Mos­co­vi­ci, as­sis à gauche de l’éco­no­miste let­ton. A la droite de Dom­brovs­kis, Be­noît Coeu­ré, puis Ma­rio Dra­ghi, qui re­pré­sen­taient la BCE.

A la même ex­tré­mi­té que Dra­ghi, mais de l’autre cô­té du coin de la table, se trou­vait Wolf­gang Schäuble. Leur proxi­mi­té créait des étin­celles, mais ja­mais de lu­mière. En­fin, à cô­té de Wolf­gang Schäuble étaient ins­tal­lés ceux que j’ap­pelle ses cheer­lea­ders : les mi­nistres fin­lan­dais, slo­vaque, au­tri­chien, por­tu­gais, slo­vène, es­to­nien, li­tua­nien et mal­tais. J’étais as­sis en face de Schäuble, en dia­go­nale, en­tou­ré de ses fils pro­digues gen­ti­ment as­sis en rang d’oi­gnons : à ma gauche, Mi­chael Noo­nan, l’Ir­lan­dais, à ma droite Luis de Guin­dos, l’Es­pa­gnol, flan­qué de l’Ita­lien Pier Car­lo Pa­doan et du Fran­çais Mi­chel Sa­pin.

Les réunions de l’Eu­ro­groupe suivent un ri­tuel qui montre à quel point la troï­ka et ses usages ont fait main basse sur la gou­ver­nance de l’Eu­rope conti­nen­tale – c’est une des rai­sons pour les­quelles le drame de la Grèce, qui a ac­cou­ché de la troï­ka, est un sym­bole. Chaque fois qu’un thème est mis sur la table, par exemple le bud­get fran­çais ou le dé­ve­lop­pe­ment des banques chy­priotes, Di­js­sel­bloem l’an­nonce tout haut, puis in­vite les re­pré­sen­tants des ins­ti­tu­tions à s’ex­pri­mer sur le su­jet : Mos­co­vi­ci pour la Com­mis­sion eu­ro­péenne, Ch­ris­tine La­garde pour le FMI (ou Poul Thom­sen si elle est ab­sente), en­fin Ma­rio Dra­ghi pour la BCE (Be­noît Coeu­ré in­ter­ve­nant les jours, rares, où Dra­ghi n’est pas là). Une fois que cha­cun des re­pré­sen­tants non élus a don­né le la en li­vrant sa dé­cla­ra­tion et en énon­çant les termes de la dis­cus­sion, les mi­nistres élus peuvent s’ex­pri­mer. Dans toutes les réunions aux­quelles j’ai as­sis­té ou presque, les mi­nistres n’ont eu droit à au­cun temps ré­ser­vé pour pré­sen­ter un ex­po­sé sub­stan­tiel sur le su­jet dé­bat­tu. Un spec­ta­teur im­par­tial et sen­sé en conclu­rait que l’Eu­ro­groupe n’est là que pour per­mettre aux mi­nistres de va­li­der et lé­gi­ti­mer les dé­ci­sions prises en amont par les trois ins­ti­tu­tions. […]

Les mi­nistres des Fi­nances qui as­sistent à leur pre­mier Eu­ro­groupe sont in­vi­tés à pré­sen­ter leurs prio­ri­tés lors d’une dé­cla­ra­tion inau­gu­rale. J’ai com­men­cé la mienne en re­gret­tant la las­si­tude de mes col­lègues. […] J’ai pro­mis

que notre gou­ver­ne­ment as­sai­ni­rait les fi­nances, ap­pli­que­rait de vraies ré­formes et s’at­ta­que­rait aux in­té­rêts ac­quis. […]

C’est la der­nière fois que Mi­chel Sa­pin a ex­pri­mé un sou­tien sans équi­voque à ce que je pro­po­sais.

« Des élec­tions ne sau­raient chan­ger une po­li­tique éco­no­mique », dé­cla­ra Schäuble en fu­sillant Sa­pin du re­gard.

“LES RéUNIONS DE L’EU­RO­GROUPE suivent un ri­tuel qui montre à quel point la troi­ka et ses usages ont fait main basse sur la gou­ver­nance de l’Eu­rope conti­nen­tale.”

Ici, avec Wolf­gang Schäuble, à Ber­lin, le 5 fé­vrier 2015.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.