“TRUMP PARLE à S AVEC LES PEURS”

Marianne Magazine - - MONDE - ALAIN LÉAUTHIER

Il est des ca­deaux d’an­ni­ver­saire plus sym­pa­thiques : à la veille de fê­ter ce­lui de sa vic­toire in­at­ten­due, le 9 no­vembre 2016, voi­là Do­nald Trump bru­ta­le­ment re­plon­gé dans l’af­faire de l’in­gé­rence russe lors de l’élec­tion pré­si­den­tielle. Trois an­ciens pi­liers de son équipe, dont Paul Ma­na­fort, l’ex-di­rec­teur de la cam­pagne, ont été in­cul­pés dans le cadre de l’en­quête confiée au pro­cu­reur spé­cial Ro­bert Muel­ler, ex-pa­tron du

FBI. Et les 12 mo­tifs re­te­nus par le su­per­ma­gis­trat aux pou­voirs éten­dus sont par­ti­cu­liè­re­ment lourds – entre autres « com­plot contre les Etats-Unis », « blan­chi­ment d’ar­gent », « fausses dé­cla­ra­tions » et « non dé­cla­ra­tions de comptes dé­te­nus à l’étran­ger ». Ma­na­fort avait aban­don­né ses fonc­tions au­près du can­di­dat Trump après que les au­to­ri­tés ukrai­niennes eurent ré­vé­lé l’exis­tence d’un ver­se­ment de 11 mil­lions d’eu­ros en sa fa­veur éma­nant de l’ex-pré­sident ukrai­nien Vic­tor Ia­nou­ko­vitch, un proche de Vla­di­mir Pou­tine. Le dé­but de la fin pour Trump ? Jus­qu’à pré­sent, il a fait men­tir toutes les pré­dic­tions : il ne de­vait pas pas­ser le prin­temps, s’ef­fon­drer après l’été et rendre grâce l’au­tomne ve­nue. Il est en­core à la Mai­son-Blanche, mais ra­re­ment dans l’his­toire contem­po­raine des Etats-Unis pré­sident se se­ra mon­tré aus­si cli­vant et, par ef­fet boomerang, au­ra été au­tant haï par ceux qui lui ont pré­fé­ré Hilla­ry Clin­ton, Ber­nie San­ders… ou l’abs­ten­tion. De­puis son in­ves­ti­ture, le 20 jan­vier der­nier, jus­qu’à au­jourd’hui, que ce soit dans la rue ou le cadre des ins­ti­tu­tions po­li­tiques et ju­di­ciaires, ac­ti­vistes de la nou­velle gauche amé­ri­caine, éco­lo­gistes, élus et cadres du Parti dé­mo­crate, gens de mé­dias, ma­gis­trats, avo­cats ou col­lec­tifs de simples ci­toyens au­ront tout es­sayé pour abattre ce­lui qui en­tend

– ou pré­tend – rendre l’Amé­rique « great again ». Mal­gré le chaos ap­pa­rent ré­gnant à la Mai­son-Blanche, les re­mous au sein même du Parti ré­pu­bli­cain, les ra­tés mul­tiples des ré­formes pro­mises – no­tam­ment celle de l’« oba­ma­care », Do­nald Trump ne dé­visse pas vrai­ment. Et semble même se nour­rir des scan­dales et po­lé­miques in­ces­santes que sus­cite sa per­sonne. Aus­si contro­ver­sé que lui, An­drew Jack­son, son mo­dèle, le « pré­sident du peuple » (sep­tième du nom), se fit pa­reille­ment élire, et ré­élire, sur un dis­cours an­ti­es­ta­blish­ment…

“HAP­PY BIR­TH­DAY MR PRESIDENT” chante une cer­taine Amé­rique aux oreilles de Do­nald Trump. L’autre dé­chante… Un an après l’élec­tion, si les suc­cès sont maigres, le fias­co pré­si­den­tiel an­non­cé par beau­coup n’est pas au ren­dez-vous.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.