QUE VI­SéE”

Marianne Magazine - - MONDE -

des ac­cords mul­ti­la­té­raux. Avec des ré­sul­tats concrets, des mil­liards de contrats si­gnés dans le seul cadre bi­la­té­ral, ré­cem­ment en­core avec Sin­ga­pour, qui a ache­té quan­ti­té de Boeing. Que ce­la plaise ou non, ce­la parle aux Amé­ri­cains. La promesse de Trump était de chan­ger le prisme de la dé­ci­sion : est-elle bonne ou pas pour les in­té­rêts de mes com­pa­triotes ? Si c’est le cas, je fonce, et le reste im­porte peu…

Ain­si, quand il met un terme au mo­ra­toire sur le char­bon…

Ab­so­lu­ment. On a de bonnes rai­sons d’être cho­qué par le cy­nisme dont il fait preuve dans le dos­sier ma­jeur du chan­ge­ment cli­ma­tique. A titre per­son­nel, je suis ou­tré par ce dé­ni, mais j’avais aus­si très tôt an­non­cé qu’il sor­ti­rait de l’ac­cord de Pa­ris. Et il l’a fait parce que les Amé­ri­cains sont loin d’être una­ni­me­ment convain­cus par les ar­gu­ments des scien­ti­fiques et des dé­fen­seurs de l’en­vi­ron­ne­ment.

On ne peut nier tout de même qu’il soit en échec sur nombre de dos­siers, la ré­forme fis­cale, les dé­crets in­ter­di­sant l’ac­cès du ter­ri­toire aux na­tio­naux de cer­tains pays à do­mi­nante mu­sul­mane, la ques­tion de l’im­mi­gra­tion clan­des­tine…

La ré­forme fis­cale ? Elle a certes été re­tar­dée, mais elle est au me­nu des se­maines à ve­nir et je ne pense pas qu’il faille l’en­ter­rer si vite. L’af­faire des dé­crets de ban­nis­se­ment a fait cou­ler beau­coup d’encre et, une fois en­core, a sus­ci­té beau­coup d’émo­tion dans une par­tie de l’opi­nion. Mais d’une part la Cour su­prême lui a en par­tie don­né rai­son, et par ailleurs elle n’est pas cen­trale. La pré­sence de 11 mil­lions de clan­des­tins dans le pays, dont beau­coup font tour­ner l’éco­no­mie, est d’une tout autre im­por­tance. Dans ce do­maine aus­si, Trump s’adresse à sa base, joue sur la crainte de l’in­sé­cu­ri­té que re­pré­sen­te­raient les clan­des­tins et celle des em­plois per­dus parce qu’oc­cu­pés par d’autres et à moindre prix. Bien sûr, c’est lar­ge­ment in­exact et ter­ri­ble­ment dé­ma­go­gique, mais nombre d’Amé­ri­cains l’en­tendent quand il dit vou­loir ren­voyer chez eux ceux qui sont en­trés illé­ga­le­ment. Et ce, pour une rai­son fon­da­men­tale qu’on ou­blie trop sou­vent : le res­pect de la loi aux Etats-Unis re­lève qua­si­ment de l’obli­ga­tion sa­crée. Et en la ma­tière Trump se pré­sente en bon ci­toyen, res­pec­tueux de la loi…

Il a pro­mis à ses élec­teurs de pour­suivre l’édi­fi­ca­tion du mur sur toute la fron­tière et, sans par­ler de l’ef­fi­ca­ci­té très dis­cu­table de la me­sure, ne pour­ra pas le faire par manque de fi­nan­ce­ment…

D’abord, n’ou­blions pas que Do­nald Trump n’a pas la pa­ter­ni­té du mur. Sous des formes dif­fé­rentes se­lon les en­droits, il existe dé­jà, et plu­sieurs de ses pré­dé­ces­seurs l’ont fi­nan­cé. Au­tre­ment, je ne me ris­que­rais pas à af­fir­mer aus­si pé­remp­toi­re­ment qu’il ne trou­ve­ra pas l’ar­gent pour te­nir son en­ga­ge­ment. Et, en réa­li­té, nous sa­vons comment de­puis des mois : en pas­sant un deal sur la ques­tion des drea­mers, ces 800 000 jeunes en­trés illé­ga­le­ment sur le ter­ri­toire quand ils étaient mi­neurs et que Ba­rack Oba­ma avait pro­té­gés avec le pro­gramme Da­ca (De­fer­red Ac­tion For Child­hood Ar­ri­vals). On a en l’oc­cur­rence un bel exemple de la mé­thode don­nant-don­nant de Trump. Il a d’abord an­non­cé la fin de Da­ca puis en­ta­mé des dis­cus­sions avec Nan­cy Pe­lo­si et Charles Schu­mer, les re­pré­sen­tants de la mi­no­ri­té dé­mo­crate au Sé­nat et à la Chambre : je pro­tège les drea­mers, vous vous en­ga­gez sur le mur. On a failli abou­tir à un ac­cord en sep­tembre, avant que les uns et les autres ne dur­cissent leurs po­si­tions, mais la né­go­cia­tion n’est pas ter­mi­née et très ré­cem­ment [le 25 oc­tobre], il a re­mis le deal sur le ta­pis…

Et la fin de l’« oba­ma­care » ?

In­con­tes­ta­ble­ment, c’est son plus sé­rieux re­vers. La stra­té­gie « éco­no­mique » de Trump est as­sez simple, si­non ef­fi­cace : abais­ser la dette pu­blique pour faire re­ve­nir et fruc­ti­fier les ca­pi­taux, avec à la clé, pen­set-il, des créa­tions d’em­plois par

U

“AME­RI­CA FIRST !” Son im­pré­pa­ra­tion lé­gis­la­tive et ses la­cunes géo­po­li­tiques au­raient dû lour­de­ment han­di­ca­per Do­nald Trump, mais pour beau­coup de ses conci­toyens, les ré­sul­tats du pré­sident se me­surent avant tout à l’aune de l’éco­no­mie amé­ri­caine. Ici, il bran­dit le dé­cret pré­si­den­tiel de dé­ré­gu­la­tion des ac­ti­vi­tés bour­sières, le 3 fé­vrier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.