Ce dé­pu­té ma­cro­niste qui marche pour l’Azer­baïd­jan

Marianne Magazine - - Sommaire - Par Bru­no Rieth

Se­lon les do­cu­ments que Ma­rianne s’est pro­cu­rés, le dé­pu­té Pierre-Alain Ra­phan a pro­po­sé à l’Azer­baïd­jan de fi­nan­cer une as­so­cia­tion sur la­quelle il au­rait eu la main.

Se­lon les do­cu­ments que “Ma­rianne” s’est pro­cu­rés, le dé­pu­té LREM Pierre-Alain Ra­phan a pro­po­sé à l’Azer­baïd­jan de fi­nan­cer – à hau­teur de 2,8 mil­lions d’eu­ros par an –, une as­so­cia­tion sur la­quelle il au­rait eu la main.

Une ini­tia­tive qui pose ques­tion.

C’est l’un des vi­sages de ce « nou­veau monde » van­té par Em­ma­nuel Ma­cron. Pierre-Alain Ra­phan, élu dé­pu­té de la 10e cir­cons­crip­tion de l’Es­sonne en juin 2017, avait tout pour col­ler au mar­ke­ting des com­mu­ni­cants de la Ma­cro­nie. Tout juste âgé de 34 ans, is­su de la so­cié­té ci­vile, il est à la tête de son propre ca­bi­net de conseil et a dé­ve­lop­pé un lo­gi­ciel de ges­tion d’as­so­cia­tion. Ega­le­ment im­pli­qué dans le monde as­so­cia­tif, pas­sion­né d’arts mar­tiaux, il di­rige la ligue de taek­won­do de l’Es­sonne. A un dé­tail près, peut-être : sa pas­sion dé­bor­dante et in­té­res­sée pour l’Azer­baïd­jan de­puis son en­trée au Pa­lais-Bour­bon… Cette an­cienne Ré­pu­blique so­vié­tique, en guerre de longue date avec l’Ar­mé­nie pour le contrôle de la ré­gion du HautKa­ra­bakh, est sus­pec­tée de­puis de nom­breuses an­nées de se li­vrer à la « di­plo­ma­tie du ca­viar ». Cette po­li­tique vise à se mé­na­ger le sou­tien de res­pon­sables oc­ci­den­taux, à grand ren­fort de ca­deaux somp­tueux (dont ce mets re­cher­ché de la mer Cas­pienne), voire, comme l’ont ré­vé­lé plu­sieurs mé­dias eu­ro­péens, à coups d’eu­ros son­nants et tré­bu­chants. L’émis­sion « Cash In­ves­ti­ga­tion » de France 2 avait ain­si dé­voi­lé cer­taines de ces pra­tiques dans l’Hexa­gone.

Ba­kou ? Connais pas !

Ces his­toires n’ont pour­tant pas re­froi­di le dé­pu­té Pier­reA­lain Ra­phan. Bien au contraire. Dis­rup­tif, le jeune élu de la Ré­pu­blique a même dé­ci­dé de ren­ver­ser les codes, en al­lant lui-même to­quer à la porte de l’am­bas­sade de la Ré­pu­blique cau­ca­sienne en France… Dès ses pre­miers pas à l’As­sem­blée na­tio­nale, Pierre-Alain Ra­phan jette ain­si son dé­vo­lu sur le groupe d’ami­tié France-Azer­baïd­jan et s’en fait élire pré­sident alors que, à ses propres dires, il ne connais­sait « même pas ce pays, ni son nom ». Se­lon la pré­sen­ta­tion faite par l’As­sem­blée na­tio­nale, « les groupes d’ami­tié de l’As­sem­blée na­tio­nale re­groupent les dé­pu­tés qui ont un in­té­rêt par­ti­cu­lier pour un pays étran­ger ». Ra­phan jus­ti­fie au­près de Ma­rianne le sien par les per­for­mances de l’Azer­baïd­jan aux jeux Olym­piques de 2016 en taek­won­do… Peu im­porte, le dé­pu­té se rap­proche ra­pi­de­ment des re­pré­sen­tants azé­ris en France pour or­ga­ni­ser un pre­mier voyage of­fi­ciel en tant que pré­sident du groupe d’ami­tié France-Azer­baïd­jan. Se­lon les in­for­ma­tions de Ma­rianne, le dé­pla­ce­ment est in­té­gra­le­ment pris en charge par Ba­kou.

Gé­né­reux, Pierre-Alain Ra­phan ré­clame éga­le­ment que trois de ses as­sis­tants par­le­men­taires l’ac­com­pagnent. Ils ne se­ront fi­na­le­ment que deux, Yas­sin La­maoui et Oualid Arar (lire l’en­ca­dré, p. 34), à bé­né­fi­cier de la dou­ceur hi­ver­nale de l’ex-Ré­pu­blique so­vié­tique en ce dé­but de mois de novembre 2017. Sur place, le dé­pu­té est pré­sen­té à « Son Ex­cel­lence Mon­sieur Il­ham Aliyev, pré­sident de la Ré­pu­blique d’Azer­baïd­jan » – se­lon le maigre compte ren­du ré­di­gé par le dé­pu­té à son re­tour –, un grand dé­mo­crate élu sans dis­con­ti­nuer de­puis qu’il a hé­ri­té en 2003 de la fonc­tion à la suite du dé­sis­te­ment de son père. Pierre-Alain Ra­phan ren­contre

aus­si l’épouse pré­si­den­tielle qui est éga­le­ment pre­mière vice-pré­si­dente du pays, une par­ti­cu­la­ri­té de « cette Ré­pu­blique dé­mo­cra­tique et laïque », se­lon les mots du dé­pu­té, ain­si que d’autres di­gni­taires du ré­gime. A son re­tour, le par­le­men­taire ma­cro­niste, vi­si­ble­ment ra­vi de ce voyage, s’em­presse d’ex­pli­quer aux re­pré­sen­tants de Ba­kou en France que ce dé­pla­ce­ment « ex­cep­tion­nel […] est le point de départ de très fortes re­la­tions » entre la France et l’Azer­baïd­jan. Il glisse éga­le­ment son sou­hait de voir naître de « fu­turs pro­jets ». Bour­reau de tra­vail, Pierre-Alain Ra­phan sol­li­cite un ren­dez-vous à l’am­bas­sade quelques jours plus tard pour pré­sen­ter le pro­jet qu’il a concoc­té.

Lob­bying pro­ré­gime

Se­lon les do­cu­ments que Ma­rianne s’est pro­cu­rés, le par­le­men­taire fran­çais pro­pose alors à ses in­ter­lo­cu­teurs la créa­tion d’une as­so­cia­tion au doux nom d’Al­fa (Al­liance fran­co-azer­baïd­ja­naise). Une en­ti­té aux contours as­sez flous dont l’ob­jet se ré­sume au fi­nan­ce­ment de pro­jets d’as­so­cia­tions, d’en­tre­prises ou autres or­ga­nismes « pour qu’ ils de­viennent des am­bas­sa­deurs » de l’Azer­baïd­jan. En clair, une struc­ture créée pour faire du lob­bying en fa­veur du ré­gime d’Il­ham Aliev à grand ren­fort de mil­liers d’eu­ros. Mais ce n’est pas tout… Car, pour me­ner à bien cette mis­sion, le dé­pu­té de­mande la mo­dique somme de 2,8 mil­lions d’eu­ros an­nuels, soit 230 000 € par mois. Un sa­cré bud­get ! Et il ne s’ar­rête pas là. Sû­re­ment très sen­sible aux ques­tions de par­tage du temps de tra­vail, l’élu ré­clame éga­le­ment pas moins de trois

ON EST PRIé DE LE CROIRE Pour jus­ti­fier son in­té­rêt sou­dain pour cette Ré­pu­blique du Cau­case, Pier­reA­lain Ra­phan met en avant les bons ré­sul­tats du pays aux JO de 2016 en taek­won­do, cet art mar­tial co­réen dont il pré­side la ligue de l’Es­sonne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.