Made in

Por­tu­gal

Marie Claire Enfants - - Sommaire - › Par Violaine Belle- Croix as­sis­tée d’Hélène Ve­rhelle.

Qui fa­brique quoi et où ? Nous avons com­men­cé notre tour du monde de la fa­çon par la France, voi­ci ve­nu le temps du Por­tu­gal. Tout ce que vous voyez sur cette page est fa­bri­qué au pays des pas­téis de na­ta avec exi­gence et sa­voir-faire.

Quels sont les avan­tages du Made in Por­tu­gal ?

Fa­bri­quer au Por­tu­gal, c’est fa­bri­quer en Eu­rope, ce qui si­gni­fie des coûts de trans­port ré­duits, des dé­lais de li­vrai­son plus courts, un im­pact CO plus faible. Autre élé­ment non né­gli­geable : les fa­bri­cants im­posent de plus pe­tites quan­ti­tés et offrent de meilleures condi­tions de paie­ment. Ils sont plus flexibles et plus ré­ac­tifs que les Asia­tiques. La forte tra­di­tion tex­tile du Por­tu­gal est sy­no­nyme de qua­li­té. De nom­breuses marques ap­pré­cient la créa­ti­vi­té de leurs four­nis­seurs por­tu­gais. S’ils sont blo­qués avec une ma­tière ou une four­ni­ture qui n’est pas ar­ri­vée à temps, ils pro­posent des so­lu­tions de rem­pla­ce­ment ra­pides et adap­tées.

Quels sont les sa­voir-faire por­tu­gais ?

Le Por­tu­gal est pro­duc­teur de pas mal d’ar­ti­sa­nat : tex­tile, chaus­sure, cé­ra­mique, bois pour les meubles et ob­jets de de­si­gn. Le groupe In­di­tex (Zara) fa­brique une grosse par­tie de sa pro­duc­tion au Por­tu­gal et des marques comme Paul Smith, Isa­bel Ma­rant, Kit­su­né, Fin­ger in the Nose ou Ralph Lau­ren pro­duisent tous au moins une de leurs lignes au Por­tu­gal.

Quels sont les élé­ments ca­rac­té­ris­tiques qui res­sortent de votre étude sur le Made in Por­tu­gal ?

Il y a un fort taux de sa­tis­fac­tion, même si les marques se plaignent un peu des prix en­core éle­vés. Au fi­nal, en in­té­grant la qua­li­té du ser­vice, la grande flexi­bi­li­té au ni­veau des quan­ti­tés et des li­vrai­sons, la proxi­mi­té et la com­mu­ni­ca­tion (on y parle bien fran­çais ou an­glais), c’est plus avan­ta­geux que de faire fa­bri­quer en Asie. Cerise sur le gâ­teau, les de­si­gners sont contents de pro­fi­ter du Por­tu­gal quand ils ont le temps. Il fait plus beau qu’à Pa­ris, on mange bien et c’est dé­pay­sant ! Se perdre dans les rues de Por­to, c’est comme faire un voyage dans le pas­sé, la ville s’est un peu fi­gée dans les an­nées 50.

Flo­rence Ro­lan­do est free-lance pour de pres­ti­gieuses ins­ti­tu­tions comme l’Ins­ti­tut Fran­çais de la Mode ou l’Ob­ser­va­toire Éco­no­mique. Fraî­che­ment ins­tal­lée à Por­to, elle a en­quê­té sur le Made in Por­tu­gal.

Wolf & Ri­ta

Clo­taire

Ar­sène et les pi­pe­lettes

Da­ro­no

Fin­ger in the Nose

Bo­na­rium

Lit­tle Mar­cel Par­mi les mo­ti­va­tions des marques à faire fa­bri­quer au Por­tu­gal, on dis­tingue le sa­voir-faire et la flexi­bi­li­té des fa­bri­cants. Ar­sène et les pi­pe­lettes a pous­sé la dé­marche jus­qu'à s'as­su­rer que les usines qu'elle choi­sit excluent le travail des en­fants et soient cer­ti­fiées oe­ko-tek.

Pois Se­lec­tion

Leal­de­si­gn

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.